Accueil | Actualités | Médias | « Délit d’images » bloqué par Facebook après avoir dénoncé une exposition pédophile
Pub­lié le 2 septembre 2015 | Éti­quettes :

« Délit d’images » bloqué par Facebook après avoir dénoncé une exposition pédophile

Pour avoir publié un article dénonçant le contenu zoo-pédophile d'une exposition soutenue par la ville de Marseille et la région PACA, la page Facebook de Délit d'images ainsi que les profils de ses administrateurs ont été bloqués... pour cause de promotion de la pédophilie.

« Nos libertés s’amenuisant, la liberté d’expression étant notre premier combat, nous ne pouvons accepter d’être ainsi censuré par Facebook qui, de plus, laisse publier d’abominables photos pornographiques ou des propos islamiques haineux voire pire… », plaident David Miège et Isabel Orpy dans un communiqué.

Afin de remédier à cela, ces derniers invitent leurs fidèles lecteurs à les suivre en se rendant directement sur leur site ou en s'abonnant à leur lettre d'information. « En venant nous lire en nombre sur le site de Délit d’images, vous nous aiderez à rester libres et à toujours mieux vous informer », concluent-ils.

Rappelons que David Miège est actuellement poursuivi pour une caricature publiée dans Minute et montrant un singe se plaignant d'avoir été comparé à Christiane Taubira. Relaxé en octobre 2014, le dessinateur se retrouve à nouveau poursuivi en appel sur demande du parquet.

À mesure que la liberté d'expression se réduit, la dépendance des sites de réinformation envers les réseaux sociaux paraît de plus en plus contraignante.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This