Accueil | Actualités | Médias | D8 : l’intermittente contestataire licenciée
Pub­lié le 23 septembre 2013 | Éti­quettes : , ,

D8 : l’intermittente contestataire licenciée

Derrière les paillettes, les rires forcés et la bonne humeur obligatoire, la réalité sociale de la télévision se révèle souvent beaucoup moins clinquante.

Ainsi, Sophie Tissier, qui, le 30 mai dernier, était intervenue sur le plateau de « Touche pas à mon poste » pour dénoncer ses conditions de travail et sa précarité salariale, vient d'être licenciée par la chaîne D8.

Cette intermittente, en charge du prompteur sur le plateau de l'émission de Cyril Hanouna, avait en effet pris « sauvagement » la parole pour s'élever contre le système salarial, jugé au rabais, en vigueur chez D8, filiale du groupe Canal Plus, suscitant immédiatement l'empathie et la solidarité de façade des divers intervenants de l'émission.

Mais à la rentrée, Sophie Tissier a été définitivement écartée des plannings de production de « Touche pas à mon poste » où elle exerçait depuis plus de deux ans.

Voir aussi : Précarité : les intermittents de D8 se mobilisent

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This