Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Contre la relocalisation et pour le libre-échange, Le Monde désigne son champion

5 juin 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Contre la relocalisation et pour le libre-échange, Le Monde désigne son champion

Contre la relocalisation et pour le libre-échange, Le Monde désigne son champion

5 juin 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Tous les ans, depuis 2000, Le Monde et le Cercle des économistes attribuent leur “Prix du meilleur jeune économiste”. Mais comme le rappelle justement Éléments, ce prix a peu d’intérêt, si ce n’est celui de montrer la tendance actuelle du politiquement correct. Le, ou plutôt, la meilleure jeune économiste de 2020 ne déroge aucunement à la règle, en se positionnant essentiellement contre la “relocalisation” et le “protectionnisme”.

La lauréate 2020 : Isabelle Méjean

La meilleur jeune écon­o­miste de 2020 selon Le Monde, est donc Isabelle Méjean, une Française âgée de 39 ans.

Elle a le pro­fil du par­fait petit chercheur, diplômée de Paris 1 Pan­théon-Sor­bonne, elle a tra­vail­lé au CEPII, un cen­tre de recherche rat­taché au Pre­mier min­istre, et est main­tenant pro­fesseur à l’École poly­tech­nique. Spé­cial­iste du com­merce inter­na­tion­al et de la mon­di­al­i­sa­tion des échanges, elle s’est évidem­ment démar­quée pour ses travaux dans ce domaine, mais qui font avant tout d’elle, la meilleure jeune écon­o­miste du système.

La relocalisation est une fausse bonne idée”

Inter­rogée sur la “relo­cal­i­sa­tion” par Le Monde, dev­enue un vrai enjeu pub­lic en plein coro­n­avirus, elle a déclaré qu’il s’agissait “d’une fausse bonne idée” ajoutant que les “études économiques qui ont été faites ont mon­tré que les poli­tiques pro­tec­tion­nistes sont très coû­teuses pour ceux qui les met­tent en place”.

Pas à une con­tra­dic­tion près, elle a ajouté qu’il “con­vient au con­traire de diver­si­fi­er les sources d’approvisionnement pour réduire notre expo­si­tion à des risques spé­ci­fiques à cer­tains pays ou à cer­taines entre­pris­es” (?). Autrement dit : pro­duire en Europe ? Non, ça coûte vrai­ment trop cher ; il faut max­imiser les prof­its en ayant sim­ple­ment le souci d’avoir plusieurs four­nisseurs (délo­cal­isés bien enten­du) pour éviter de dépen­dre d’un seul en cas de crise sur un pro­duit don­né. Nous ne sommes prob­a­ble­ment pas assez éru­dits pour com­pren­dre la “pen­sée com­plexe” de la nou­velle effigie économique du Monde. Mais nous voyons assez bien quels intérêts matériels et moraux elle sert…devinez lesquels ?

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés