Accueil | Actualités | Médias | 0 téléspectateur pour France Ô, la chaîne « multiculturelle »
Pub­lié le 3 novembre 2014 | Éti­quettes : , ,

0 téléspectateur pour France Ô, la chaîne « multiculturelle »

30 millions d'euros. C'est la somme qui est payée chaque année par l'État, par la redevance, par vous, pour entretenir une chaîne télé... que personne ne regarde.

En effet, dimanche dernier, entre 18h30 et 20h, personne n'a regardé France Ô, chaîne de la « multiculturalité » qui a obtenu la part de marché inédite de 0% ! Pour être plus précis, en incluant la marge d'erreur, ce sont entre 0 et 4 000 téléspectateurs qui ont suivi les programmes de cette chaîne…

Et pour son record historique, France Ô avait tout juste décroché 0,6 % de part de marché. C'est dire si la « multiculturalité », imposée sur les écrans de tout un chacun via la TNT, intéresse beaucoup de Français.

Autre gaspillage révélé par Le Point : les chaînes de l'outre-mer. Avec le réseau Outre-mer 1er, France Télévisions dépense chaque année 200 millions d'euros pour alimenter une dizaine de chaînes des Dom-Tom... le tout pour un très petit nombre d'habitants. « En Martinique, de nombreux journalistes comblent leur désœuvrement en travaillant, l'après-midi, pour des boîtes de production privées », explique Le Point.

Un haut dirigeant de France Télévisions s'interroge : « Doit-on, en période de restrictions budgétaires, continuer à payer 70 personnes à Wallis-et-Futuna pour fabriquer un seul journal le soir ? »

Mais il y a plus incroyable encore. Lorsqu'une réunion est organisée à Paris et nécessite la présence des représentants syndicaux, France Télévisions doit payer l'avion et des nuits d'hôtel aux délégués de Guadeloupe 1re, de Wallis-et-Futuna 1re, sans oublier leur collègue de Saint-Pierre-et-Miquelon 1re.

À part ça, la redevance augmente presque chaque année.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux