Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
0 téléspectateur pour France Ô, la chaîne « multiculturelle »

3 novembre 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | 0 téléspectateur pour France Ô, la chaîne « multiculturelle »

0 téléspectateur pour France Ô, la chaîne « multiculturelle »

30 millions d’euros. C’est la somme qui est payée chaque année par l’État, par la redevance, par vous, pour entretenir une chaîne télé… que personne ne regarde.

En effet, dimanche dernier, entre 18h30 et 20h, per­son­ne n’a regardé France Ô, chaîne de la « mul­ti­cul­tur­al­ité » qui a obtenu la part de marché inédite de 0% ! Pour être plus pré­cis, en inclu­ant la marge d’er­reur, ce sont entre 0 et 4 000 téléspec­ta­teurs qui ont suivi les pro­grammes de cette chaîne…

Et pour son record his­torique, France Ô avait tout juste décroché 0,6 % de part de marché. C’est dire si la « mul­ti­cul­tur­al­ité », imposée sur les écrans de tout un cha­cun via la TNT, intéresse beau­coup de Français.

Autre gaspillage révélé par Le Point : les chaînes de l’outre-mer. Avec le réseau Out­re-mer 1er, France Télévi­sions dépense chaque année 200 mil­lions d’eu­ros pour ali­menter une dizaine de chaînes des Dom-Tom… le tout pour un très petit nom­bre d’habi­tants. « En Mar­tinique, de nom­breux jour­nal­istes comblent leur désœu­vre­ment en tra­vail­lant, l’après-midi, pour des boîtes de pro­duc­tion privées », explique Le Point.

Un haut dirigeant de France Télévi­sions s’in­ter­roge : « Doit-on, en péri­ode de restric­tions budgé­taires, con­tin­uer à pay­er 70 per­son­nes à Wal­lis-et-Futu­na pour fab­ri­quer un seul jour­nal le soir ? »

Mais il y a plus incroy­able encore. Lorsqu’une réu­nion est organ­isée à Paris et néces­site la présence des représen­tants syn­di­caux, France Télévi­sions doit pay­er l’avion et des nuits d’hô­tel aux délégués de Guade­loupe 1re, de Wal­lis-et-Futu­na 1re, sans oubli­er leur col­lègue de Saint-Pierre-et-Miquelon 1re.

À part ça, la rede­vance aug­mente presque chaque année.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.