L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une lettre de lecteur sur Les Matins de France Culture et la Hongrie

22 décembre 2018

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Veille médias | Une lettre de lecteur sur Les Matins de France Culture et la Hongrie

Une lettre de lecteur sur Les Matins de France Culture et la Hongrie

22 décembre 2018

Temps de lecture : 7 minutes

L’Observatoire publie de temps à autre des extraits de son courrier des lecteurs. La lettre que nous vous transmettons a été écrite à la suite de l’émission du 18 décembre 2018 de Guillaume Erner sur France Culture. L’hostilité des médias français au pouvoir actuel à Budapest va du Figaro à M6 et bien au-delà. Notre lecteur francophone est un ancien journaliste qui vit en Hongrie depuis plusieurs années, nous n’avons rien modifié à ses propos.

France Culture à l’ombre de l’UE et de l’OTAN : les délices du conformisme idéologique ?

En ce mar­di 18 décem­bre, Guil­laume Ern­er et ses col­lab­o­ra­teurs des « Matins » se sont prob­a­ble­ment sur­passés. Nous appre­nions ain­si que le Wash­ing­ton Post dénonce une nou­velle fois, avec véhé­mence, une ingérence russe dans les élec­tions prési­den­tielles US, dont le nou­veau vecteur serait Face­book, et par­le d’une agres­sion com­pa­ra­ble à celle de Pearl Har­bor en 1941 (!). Le « jour­nal­iste » de notre sta­tion publique relaie sans l’om­bre d’une hési­ta­tion cette accu­sa­tion lancée par un jour­nal dont on con­naît les liens avec l’« état pro­fond » améri­cain qui lance mine de rien un appel à la guerre mon­di­ale con­tre l’af­freux Pou­tine. Pearl Har­bour ! Guerre mon­di­ale con­tre nous tous. Ces gens sont-ils fous ? L’ infor­ma­tion a‑t-elle été véri­fiée par l’équipe des Matins ? Est-elle sim­ple­ment véri­fi­able ? Mais, que dia­ble, le « Wash­ing­ton Post » ne se dis­cute point, et le « jour­nal­iste » de ser­vice se garde de tout com­men­taire raisonnable­ment dubi­tatif, ou à min­i­ma inter­ro­gatif. Peu importe, n’est-ce pas, la carte de presse, surtout française, préserve des radi­a­tions atom­iques, fussent-elles russ­es, c’est une évi­dence ! Ah les braves gens…

Puis, on allait dire bien sûr, ce fut le tour de la Hon­grie de Vik­tor Orbán (Après Pou­tine, Orbán, c’est logique par les temps qui courent).

Horreur hongroise

Un uni­ver­si­taire lor­rain « spé­cial­isé » dans les affaires d’Eu­rope cen­trale vient alors avec une sérénité remar­quable nous pro­pos­er la doxa en vigueur dans les milieux atlantistes, béné­fi­ciant de la com­plic­ité bien­veil­lante de M. Ern­er, qui croit apparem­ment vivre, en France, dans un pays démoc­ra­tique dénué de dérives total­i­taires en matière de presse (aux ordres), de jus­tice (aux ordres), d’au­tori­tarisme galopant à l’om­bre d’une cham­bre des députés nou­velle­ment peu­plée de godil­lots, privé de sa sou­veraineté dans le cadre de l’UE et de l’OTAN, et défini­tive­ment veuf de sa lib­erté de déci­sion après la for­fai­ture de M. Sarkozy en 2007 et l’adop­tion du traité de Lis­bonne suite au refus par les Français du TCE en 2005.

… Un pays, la Hon­grie, où la presse ne serait pas libre, où le « patron » mod­i­fierait la loi à son gré, où la jus­tice seraient muselée, où l’ul­tra­l­ibéral­isme fait des rav­ages, qui craindrait pour son iden­tité et dont les élec­tions, là-bas lég­isla­tives, (ici prési­den­tielles), seraient manip­ulées, avec des ten­ta­tions vénéneuses de réécrire l’his­toire, souf­frant en out­re d’une affreuse cor­rup­tion général­isée, spé­ci­fique­ment enrac­inée, bien enten­du, dans cette mal­heureuse con­trée cen­tre européenne, aux marges de l’UE heureuse ! En out­re, dans ce triste pays, les élites entendrait vicieuse­ment capter, quelle hor­reur, les fonds européens au prof­it des proches du pouvoir !

Ce n’est pas en UE (en zone Euro bien sûr) ou aux États Unis que l’on crois­erait pareille chien­lit et un tel siphon­nage des fonds publics !

Il suf­fit ain­si d’avoir un brin de lucid­ité pour se ren­dre compte que la Hon­grie ain­si décrite ressem­ble à s’y mépren­dre à cer­tains « grands pays » de l’UE (et d’ailleurs) dont, rap­pelons-le, elle fait partie.

Voilà en tout cas une Hon­grie qui à maints égards paraît ressem­bler à notre chère France, sauf que cette dernière est con­tributrice nette à l’UE (9 mil­liards d’eu­ros par an), quand l’ar­gent y manque pour la san­té, les hôpi­taux etc.… A croire que l’in­con­scient de ces gens de presse par­faite­ment instal­lés dans le Sys­tème choisit de flétrir la Hon­grie pour dénon­cer sans frais les mal­heurs qui frap­pent la France.

La ten­ta­tion de « Sir­ius » ? Ne rêvons point.

Hongrie exemplaire ?

Aus­si, quand on a enten­du par monts et par vaux que M. Orbán est un affreux « illibéral » et qu’en fait, on nous l’a dit ce Matin, dans ses récentes réformes à pro­pos du paiement des heures sup­plé­men­taires, il suiv­rait les deman­des du patronat alle­mand qui a de puis­sants intérêts dans son pays (usines Mer­cedes, Audi…), nos chers jour­nal­istes sont bien embêtés car M. Orbán n’est pas moins ultra libéral que ses col­lègues européens, (sans doute un peu plus habile?) dont M. Macron, avec par exem­ple sa réforme du droit du tra­vail et sa bru­tale poli­tique austéri­taire qui ren­con­tre le suc­cès qu’on sait.

En out­re, la Hon­grie respecte les lim­ites édic­tées par Brux­elles à pro­pos du déficit de l’État (-3 % max­i­mum), on y con­naît le « plein emploi » (3,5 % de chô­mage max­i­mum), et le prix de l’én­ergie y a bais­sé. Qui plus est, les régimes de retraites, après avoir été pri­vatisés par les « social­istes » ont été rena­tion­al­isés par M. Orbán.

Ces élé­ments expliquent sans doute en par­tie sa pop­u­lar­ité par­mi les électeurs hon­grois qui ne sont pas assez sots pour ne pas con­naître, par exem­ple, le chaos français actuel nour­ri de gilets jaunes légitime­ment récal­ci­trants à leur appau­vrisse­ment continu.

Sait-on à Paris que la France devient peu à peu pour la Hon­grie l’« homme malade » de l’Eu­rope, ce terme pou­vant hélas qual­i­fi­er tant de mem­bres de l’UE corsetés par l’Eu­ro ? Ce qui n’in­valide pas la colère des Hon­grois man­i­fes­tant con­tre les déci­sions de M. Orbán con­cer­nant le paiement des heures sup­plé­men­taires, déci­sion peut-être dic­tées aus­si par Brux­elles (Alle­magne et Brux­elles sont sou­vent une seule et même contrainte).

Orbán raciste et traître ?

Enfin, et ça c’est « dégoû­tant », M. Orbán a mis en cause le « juif » et « vieil­lis­sant » Soros (cita­tion), dont l’Open Soci­ety est bien con­nue pour pro­mou­voir en tout angélisme un remod­e­lage de l’équili­bre des états et du monde via le finance­ment de nom­breuses asso­ci­a­tions « droit­del­hom­mistes » faisant preuve d’un activisme éton­nant. M. Orbán, qui a étudié à l’« uni­ver­sité Soros » (dont l’an­tenne de Budapest va s’in­staller à Vienne) serait-il donc, en plus, traître à son « bien­fai­teur » et, cerise sur le gâteau, un abom­inable raciste, lui dont la femme est de con­fes­sion israélite ? Quelle hor­reur vraiment !

Inter­vint dans la deux­ième par­tie de l’émis­sion Dominique Rousseau, pro­fesseur de droit con­sti­tu­tion­nel à l’U­ni­ver­sité Pan­théon Sor­bonne qui affir­ma depuis sa com­pé­tence recon­nue que les droits fon­da­men­taux con­stru­isent le peu­ple (école, his­toire, presse), qu’il ne peut y avoir de démoc­ra­tie sans respect des droits de l’homme, et qu’il con­vient de met­tre en cause le vote con­traire à ces derniers, par exem­ple en ce qui con­cerne… le mariage pour tous rejeté en Croat­ie par référen­dum. Mariage pour tous qui serait donc un élé­ment clé de la démoc­ra­tie. Pourquoi pas ?

En la matière, le recours à la démoc­ra­tie et donc au vote des citoyens met­trait en cause le droit de faire ce que l’on veut. Ce qui serait inac­cept­able ! La démoc­ra­tie serait-elle l’en­ne­mie des lib­ertés indi­vidu­elles élevées au rang de valeurs pre­mières ? On pour­rait le penser.

Puis, très en verve, M. Rousseau affir­ma qu’il faut accepter la plu­ral­ité des con­cep­tions de vie dont l’ab­sence sign­erait le déficit de démoc­ra­tie et l’avène­ment d’un régime despo­tique ou pop­uliste. N’est-ce pas là un mode sophis­tiqué de défense du mul­ti­cul­tur­al­isme? Et une mise en cause en France du pacte répub­li­cain, et de la loi de 1905 imposant la laïc­ité ? A cha­cun de juger.

« Tout pou­voir doit être borné » (le pou­voir du peu­ple doit avoir lui-même des con­tre pou­voirs), ce qui est une affir­ma­tion intéres­sante et légitime, mais néces­saire­ment dis­cutable en fonc­tion des sujets et des circonstances.

Le vote serait donc sujet à éval­u­a­tion mod­éra­trice selon son résul­tat, image du choix des électeurs ? Et ces derniers devraient-ils voir leur juge­ment « tem­péré » par des « sachants », for­més, for­matés, tout puis­sants ? Voilà qui sent très fort l’idéolo­gie européiste, qui dénie aux peu­ples le droit de décider pour eux-mêmes. Décidé­ment, 2005–2007 reste d’actualité !

Orbán stalinien, la mondialisation est bienvenue !

Il fal­lait bien que le loup mon­tre sa pat­te. M. Orbán a finale­ment été soupçon­né d’être un « marx­iste stal­in­ien » par l’u­ni­ver­si­taire lor­rain. On en déduit donc que l’on peut être « ultra libéral stal­in­ien », ce qui est une caté­gorie neuve dans l’his­toire des idées poli­tiques, le mot « stal­in­ien » ren­voy­ant à une péri­ode pré­cise de l’his­toire et de ses con­traintes. Com­ment oser sérieuse­ment de pareilles hypothès­es ? Suf­fi­rait-il d’être sur France Cul­ture pour ce faire ?

Enfin, si la « sou­veraineté nationale est la règle absolue et preuve de lib­erté », elle entr­erait en con­flit avec les droits de l’homme quand elle s’op­pose aux migrants et aux réfugiés (tiens, le « pacte de Mar­rakech » ne vient-il pas d’être signé?)

La sol­i­dar­ité, du moins telle qu’elle nous est présen­tée, pré­vaudrait donc, avec les traités européens, sur la sou­veraineté des états et le désir de la majorité des citoyens ? Pourquoi pas, mais pourquoi ne pas sim­ple­ment l’af­firmer ? Pourquoi ne pas dire que la nation n’a plus voix au chapitre ?

Rousseau a certes avancé que l’af­faire des migrants et des réfugiés trou­ve sa source dans la crise de la démoc­ra­tie et du sys­tème économique libéral, ce qui per­met une réflex­ion géos­tratégique fructueuse. Mais pourquoi évo­quer le rêve de gilets jaunes poli­tique­ment inertes qui deman­deraient à par­ler, à délibér­er, et non à vot­er ? Ah, oui, peut-être est-là la trace du Brexit ?

Il serait donc bien­venu de pro­test­er sans peser sur les déci­sions ? Décidé­ment, la démoc­ra­tie et ses voies d’ex­pres­sions devi­en­nent sus­pectes, voire non avenues, et sont, à l’év­i­dence, et sous réserve de mau­vaise appré­ci­a­tion de notre part, hors de pro­pos pour ces « élites post­mod­ernes» qui sem­blent penser en rond dans le cadre de leurs céna­cles sourds et aveu­gles à la marche du monde réel.

Misère de la pensée journalistique

Il ne s’ag­it pas ici de stat­uer sur le fond, même si cet arti­cle avance des appré­ci­a­tions spé­ci­fiques et sans doute con­testa­bles, chaque citoyen est libre de ses pen­sées et de ses juge­ments. Mais enfin, résumons : France Cul­ture enfourche sans bronch­er la pro­pa­gande bel­li­ciste du Wash­ing­ton Post, nour­rit le ressen­ti­ment (éventuel) des citoyens con­tre M. Orbán qui, en gros fait la même poli­tique économique que M. Macron, quoique avec plus de réus­site (!), reprend les billevesées d’un Orbán raciste, unique­ment parce que ce dernier n’obtem­père pas aux ordres racial­istes de Brux­elles en ce qui con­cerne l’im­mi­gra­tion et les réfugiés, et in fine, donne de M. Orbán qui a été arrêté par le pou­voir com­mu­niste tchèque en 1989 l’im­age d’un stal­in­ien déguisé en ultra libéral (ou le con­traire?). Peut-on rai­son garder ?

Ces « Matins », par­faite­ment con­stru­its, mais mal pen­sés, souf­frent donc d’in­co­hérence. « Félic­i­ta­tions » à ceux qui ont con­stru­it un objet médi­a­tique telle­ment ban­cal mais si par­faite­ment iden­ti­fi­able. Sup­posons qu’ils « étaient en mission ».

Porter les droits de l’homme dont nous seri­ons, Français, les légitimes déposi­taires, ce qui est aujour­d’hui ris­i­ble, en pro­longeant un dis­cours guer­ri­er venu d’outre atlan­tique est scan­daleux et irresponsable.

Acca­bler un pays et son chef de l’é­tat régulière­ment élu (bien mieux que M. Macron!) au nom de ces « droits de l’homme » ver­sus Wash­ing­ton, en nour­ris­sant un con­texte de guerre froide « vertueux », au nom de grands principes idéal­istes que nul pays à la sur­face de la planète ne respecte est irrecevable.

Bref, nos amis de France Cul­ture ne sor­tent pas gran­dis de ce Matin, emmail­lotés dans les habits du « poli­tique­ment extrême­ment  correct ».

Comme il n’est pas ques­tion de met­tre en cause l’in­tel­li­gence et la cul­ture de ces indi­vidus stratégique­ment si bien posi­tion­nés dans la machine médi­a­tique française, il est légitime de se deman­der quels sont les ressorts de leurs con­vic­tions, du moins dans la mesure où ces dernières struc­tur­eraient leurs dis­cours. L’ex­pli­ca­tion par le con­formisme idéologique serait la moins cruelle.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés