Accueil | Actualités | Médias | Une journaliste néerlandaise arrêtée en Turquie pour des tweets anti-Erdogan
Pub­lié le 28 avril 2016 | Éti­quettes :

Une journaliste néerlandaise arrêtée en Turquie pour des tweets anti-Erdogan

Ebra Umar, journaliste néerlandaise d'origine turque, a été interpellée dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 avril par la police turque à Kusadasi, à l'ouest du pays.

Celle-ci avait publié, plus tôt, une série de tweets critiquant ouvertement le président Erdogan. Ces tweets étaient issus d'une chronique écrite par la journaliste dans le journal Métro néerlandais. Elle y citait notamment un courriel envoyé par le consulat général turc à Rotterdam à destination de la communauté turque de la région où il lui était demandé de signaler tous les propos insultants envers l'homme fort d'Ankara sur les réseaux sociaux.

Juste après son interpellation, Ebru Umar a été emmenée à l'hôpital pour un examen médical avant d'être conduite devant des procureurs, a-t-elle commenté, toujours sur son compte Twitter. D'après l'agence de presse néerlandaise ANP, le ministère néerlandais des Affaires étrangères suit l'après de près, de même que l'ambassade des Pays-Bas en Turquie, qui a « contacté personnellement la journaliste après son arrestation ».

La journaliste va probablement être jugée pour injure au chef de l'État, une pratique de plus en plus courante depuis l'élection de Recep Tayyip Erdogan à la présidence en août 2014. Depuis son arrivée au pouvoir, 2 000 procédures judiciaires ont été lancées contre des journalistes, des artistes et même de simples civils.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This