Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un journal allemand espionné par l’un de ses journalistes

27 mars 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Un journal allemand espionné par l’un de ses journalistes

Un journal allemand espionné par l’un de ses journalistes

« À l’heure des “lanceurs d’alerte”, la transparence pourrait-elle se retourner contre les médias eux-mêmes ? », interroge La Croix. C’est la question que se pose après que le quotidien allemand Die Tageszeitung ait découvert qu’il était espionné par l’un de ses propres journalistes.

Le 17 févri­er, le ser­vice infor­ma­tique de Die Taz décou­vrait par hasard, en con­trôlant un clavier d’or­di­na­teur défectueux, qu’un « key­log­ger » était instal­lé sur le poste d’une sta­giaire. Ce dis­posi­tif per­met d’en­reg­istr­er, à l’in­su de l’u­til­isa­teur, toutes ses frappes de claviers, mots de passe com­pris.

Le lende­main, un jour­nal­iste, Sebas­t­ian Heis­er (pho­to), était sur­pris en train de retir­er led­it dis­posi­tif. Inter­rogé, il nie d’abord être le respon­s­able. La nuit suiv­ante, une infrac­tion est con­statée dans les locaux du jour­nal. Après analyse, il est démon­tré que le « key­log­ger » était util­isé depuis début 2014 et aurait per­mis d’ac­céder aux comptes d’au moins seize salariés.

La direc­tion de Die Taz, jour­nal financé par ses lecteurs et col­lab­o­ra­teurs, a alors engagé une procé­dure de licen­ciement pour ce fait d’« espi­onnage ». Dans un édi­to­r­i­al, les deux rédac­teurs en chef expliquent que « le secret de la rédac­tion est un bien pré­cieux. Un quo­ti­di­en ne vit pas seule­ment de la con­fi­ance que lui man­i­fes­tent ses lecteurs. Les sources doivent pou­voir compter sur le fait que leurs témoignages sont et restent entre de bonnes mains. La con­fi­ance au sein même de la rédac­tion est aus­si impor­tante. Les col­lègues doivent pou­voir être sûrs qu’ils œuvrent ensem­ble à l’information du pub­lic. »

Le jour­nal­iste « espi­on », Sebas­t­ian Heis­er, se définit quant à lui comme un « lanceur d’alerte ». Sur son blog, il avait pub­lié des enreg­istrements de ses con­ser­va­tions avec ses anciens col­lègues du Süd­deutsche Zeitung pour démon­tr­er, en pleine péri­ode de révéla­tions SwissLeaks, que le quo­ti­di­en avait « reçu de l’argent de ban­ques pour inciter ses lecteurs à la fraude fis­cale à l’étranger ».

Pour Robin Alexan­der, du quo­ti­di­en Die Welt, « le culte du lanceur d’alerte qui vole des infor­ma­tions au sein de sa pro­pre organ­i­sa­tion a trans­for­mé le sys­tème de valeurs ». Et d’a­jouter : « L’investigation est placée au-dessus du droit – en ver­tu d’une morale sup­posée supérieure. Nous devons en débat­tre (…). Le tra­vail des médias est essen­tiel pour la démoc­ra­tie. Savoir ce qu’ils met­tent en dan­ger est aus­si d’intérêt pub­lic. »

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision