Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un journal allemand d’extrême-gauche souhaite la disparition de l’Allemagne
Publié le 

29 juillet 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Un journal allemand d’extrême-gauche souhaite la disparition de l’Allemagne

Un journal allemand d’extrême-gauche souhaite la disparition de l’Allemagne

[Pre­mière dif­fu­sion le 11 mars 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

Suite à des incidents « xénophobes » en Saxe, un article du TAZ ne voit plus qu’une solution : la dissolution de l’Allemagne, « un pays dont plus personne n’a besoin en ce bas monde ».

Le TAZ (Tageszeitung = Quo­ti­di­en) est un jour­nal d’extrême-gauche fondé en 1979 sur le mod­èle de Libéra­tion. À la dif­férence que c’est une coopéra­tive indépen­dante appar­tenant à quelques mil­liers d’actionnaires et jouis­sant, grâce à son tirage à 60 000 exem­plaires, d’un bon équili­bre financier. Philip Mein­hold est quant à lui un écrivain d’extrême-gauche né à Berlin-Ouest en 1971. L’incident de Claus­nitz a don­né à ce dernier l’occasion de fournir, dans un arti­cle pub­lié il y a quelques jours, son appré­ci­a­tion de la sit­u­a­tion de l’Allemagne et de son avenir.

Claus­nitz, un petit vil­lage sax­on de moins de 2 000 habi­tants au sud de Dres­de, à quelques kilo­mètres de la fron­tière tchèque, n’avait jusqu’ici guère défrayé la chronique depuis sa fon­da­tion dans le cadre des défrichages de la Ger­ma­nia Slav­i­ca au 12ème siè­cle. C’est désor­mais chose faite depuis le 18 févri­er 2016. Ce jour-là en effet, un bus rem­pli de migrants « répar­tis » dans un foy­er créé ad hoc en ce lieu per­du a été blo­qué par une foule de mécon­tents qui ont empêché pen­dant 2 heures les intrus de sor­tir de leur véhicule pour rejoin­dre leur héberge­ment, procla­mant « Wir sind das Volk » (Le peu­ple, c’est nous) et « Aus­län­der ’raus » (Les étrangers dehors). La police fédérale a dû inter­venir pour les dégager.

Cet inci­dent filmé et dif­fusé entre autres sur YouTube a déclenché une vague d’indignations dans les médias, les réseaux soci­aux et les milieux poli­tiques autorisés. Mais un arti­cle signé Philip Mein­hold paru dans le TAZ à cette occa­sion illus­tre par­faite­ment le gouf­fre qui se creuse pro­gres­sive­ment entre l’ouest et l’est de l’Allemagne à la lumière de l’invasion migra­toire.

Sous le titre « Débar­ras­sons-nous de ce peu­ple de crétins ! », Mein­hold tire les con­clu­sions suiv­antes de la crise : « Nul dans le monde n’a besoin de ce pays ». Il lance donc « un man­i­feste en faveur de l’éradication de l’Allemagne » très raisonnable­ment argu­men­té ain­si : les Alle­mands seraient en effet un « peu­ple de dépravés moraux » et « de petits bour­geois et d’indics » « dévoré par l’envie et la bassesse » cher­chant à « com­penser leurs com­plex­es d’infériorité par des rêves de grandeur nationale ». Un pays qui sur la carte de l’Europe est « comme si quelqu’un avait vomi en son milieu, une longue flaque puante ». Un « peu­ple sans humour » « qui con­fond le sens du rythme avec la marche au pas » et dont « le quo­tient intel­lectuel ne dépasse pas celui d’une soupe aux petits pois », ce qui explique son pen­chant pour les émis­sions de télévi­sion débiles.

Les ver­tus alle­man­des ? L’assiduité, la fidél­ité, la dis­ci­pline et la pro­preté, la ponc­tu­al­ité, l’obéissance aveu­gle et le sens de l’ordre ? Des qual­ités tout juste bonnes « à exploiter un camp de con­cen­tra­tion », d’ailleurs « la seule activ­ité ayant vrai­ment, comme on le sait, procuré de la sat­is­fac­tion et sus­cité de la pas­sion chez les Alle­mands ». On n’aura rarement vu une telle haine de soi à l’œuvre…

Devant ce con­stat tout en mesure, les con­clu­sions très sen­sées de Mein­hold coulent de source : « On ne peut que se deman­der pourquoi la mesure de dénaz­i­fi­ca­tion appliquée à Dres­de en févri­er 1945 par les alliés (anéan­tisse­ment de la ville par un bom­barde­ment incen­di­aire ayant fait plus de 20 000 vic­times, NDLR) n’a pas été éten­due à tout le pays » !

Ce texte inouï aurait évidem­ment valu à son auteur une com­paru­tion immé­di­ate pour « pub­li­ca­tion de pro­pos diffam­a­toires ou insul­tants, qui incit­erait à la dis­crim­i­na­tion, à la haine, ou à la vio­lence con­tre une per­son­ne ou un groupe de per­son­nes en rai­son de leur lieu d’origine, de leur eth­nie ou absence d’ethnie, de la nation­al­ité ou d’une reli­gion spé­ci­fique » s’il n’avait pas con­cerné les Alle­mands, c’est-à-dire un peu­ple européen, ici grossière­ment car­i­caturé et stig­ma­tisé dans des amal­games d’une incroy­able out­rance. La règle jurispru­den­tielle claire voulant que les lois dites « antiracistes » s’appliquent… de façon sys­té­ma­tique­ment arbi­traire et dis­crim­i­na­toire en fonc­tion de l’origine eth­nique, raciale, religieuse, poli­tique des groupes visés. C’est-à-dire en violant grossière­ment les notions d’égalité de tous devant la loi voulus par les principes démoc­ra­tique… et ceux énon­cés dans le droit antiraciste que l’on est cen­sé appli­quer.

Le fort cli­vage qui oppose l’ouest et l’est de l’Europe par rap­port à la crise des migrants, coupe le pays en deux entre ex-Alle­magne de l’ouest et ex-Alle­magne de l’est. Pegi­da et l’opposition à l’implantation des migrants sont beau­coup plus fortes et/ou beau­coup plus décom­plexées à l’est qu’à l’ouest.

Philip Mein­hold, certes né plus tard, est resté dans l’état d’esprit des gauchistes alle­mands de 1968, qui furent à l’origine de la Frac­tion Armée Rouge et de la bande à Baad­er. Ces petits-fils de bour­geois, usufruitiers du mir­a­cle économique, du plein emploi, d’un niveau de vie appré­cia­ble, d’une lib­erté envi­able et des acquis démoc­ra­tiques de la loi fon­da­men­tale alle­mande – la Grundge­setz, ne rêvaient alors que d’une chose : bal­ay­er l’enfer de la RFA pour le rem­plac­er par le par­adis sovié­tique. Les Alle­mands de l’est, qui vivaient à cette même époque très con­crète­ment ce fameux par­adis, n’ont évidem­ment pas vrai­ment les mêmes sou­venirs. Et cela explique qu’ils sont net­te­ment moins prêts que leurs com­pa­tri­otes de l’ouest à brad­er la lib­erté si récem­ment acquise au nom des slo­gans du « mul­ti­cul­tur­al­isme ». D’autant que les dis­cours de pro­pa­gande irénique qui accom­pa­g­nent ce nou­veau « monde meilleur » leur rap­pel­lent furieuse­ment ceux qu’ils ont enten­dus pen­dant quar­ante ans de RDA…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision