Accueil | Actualités | Médias | Un Anglais prend au piège Libération
Pub­lié le 10 juin 2016 | Éti­quettes : ,

Un Anglais prend au piège Libération

Pour prouver, s'il en était besoin, que certains journalistes ne vérifient pas leurs informations méticuleusement, trois jeunes Anglais ont monté de toutes pièces une histoire rocambolesque.

Reprise en France par Libération et en Suisse par 20 Minutes, cette histoire, racontée sur Snapchat par Lewis Ellis, avait de quoi interloquer. En effet, les trois Anglais ont raconté avoir embarqué, lors de leur vacances, sur un navire chypriote, initialement pour aller voir les dauphins. « Le dernier club fermait à 7h30 alors nous avons tenu le coup jusqu'à 9h pour prendre cette embarcation », a raconté Lewis Ellis.

Inquiets de voir la terre s'éloigner, les trois jeunes ont expliqué s'être retrouvés au port de Tartous... en Syrie. Ils auraient ensuite été dirigés vers une base militaire russe avant d'être ramenés à Chypre. « C'est une histoire que je raconterai à mes enfants un jour », a même conclu l'un des trois Anglais.

Sauf que cette histoire a été inventée de toutes pièces, de l'aveu de Lewis Ellis. Depuis, ce dernier s'amuse à répertorier, sur sa page Facebook, tous les médias qui sont tombés dans le panneau. Pourtant, comme l'écrit Arrêt sur images, plusieurs vérifications auraient permis de débusquer la supercherie.

En effet, @si note que le jeune Anglais est déjà connu pour ses canulars. En début d'année, il avait publié une vidéo dans laquelle il se baignait dans le bassin d'un centre commercial de Manchester. D'ailleurs, le jeune homme en a profité pour se moquer du Daily Express, qui a pris au sérieux son aventure syrienne alors même que le tabloïd avait déjà fait état de ses blagues précédentes dans un autre article.

Rapidement, Libération s'est donc excusé auprès de ses lecteurs pour avoir rapporté ce « scoop » importé de Snapchat sans aucune vérification... Pas de chance !

Voir aussi

Les socialistes envisagent de sanctionner la diffusion de fausses nouvelles

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

21% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 410,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux