Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Ukraine : interdiction de parler de Depardieu

17 juillet 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Ukraine : interdiction de parler de Depardieu

Ukraine : interdiction de parler de Depardieu

Temps de lecture : < 1 minute

Alors qu’il était déjà interdit de mentionner les noms de 573 personnalités dans les médias ukrainiens, un certain nombre de petits nouveaux a récemment rejoint cette liste noire, dont l’acteur Gérard Depardieu et le cinéaste serbe Emir Kusturica, indique Sputnik.

Leur tort ? Tout comme leurs com­pagnons de mise à l’in­dex, ils ont tenu des pro­pos favor­ables à Vladimir Pou­tine ou à la Russie. Con­cer­nant Gérard Depar­dieu, celui-ci avait déclaré, lors du fes­ti­val de ciné­ma Baltic Pearl, à Riga : « J’aime la Russie et l’Ukraine, qui fait par­tie de la Russie. » Par la suite, il avait soutenu plusieurs fois publique­ment le prési­dent Poutine.

Quant à Emir Kus­turi­ca, il avait déclaré : « Ne me dites pas que les gens à Maï­dan appor­tent quelque chose de bien à l’Ukraine. J’es­time que la Russie doit pro­téger les Russ­es qui habitent en Ukraine. »

Les médias ukrainiens ont ain­si reçu la con­signe de ne plus men­tion­ner ces per­son­nal­ités à l’an­tenne. Une belle leçon de démoc­ra­tie à la sauce Maïdan.

Crédit pho­to : Luca Ciri­ani via Flickr (cc)