Accueil | Actualités | Médias | Ukraine : interdiction de parler de Depardieu
Pub­lié le 17 juillet 2015 | Éti­quettes :

Ukraine : interdiction de parler de Depardieu

Alors qu'il était déjà interdit de mentionner les noms de 573 personnalités dans les médias ukrainiens, un certain nombre de petits nouveaux a récemment rejoint cette liste noire, dont l'acteur Gérard Depardieu et le cinéaste serbe Emir Kusturica, indique Sputnik.

Leur tort ? Tout comme leurs compagnons de mise à l'index, ils ont tenu des propos favorables à Vladimir Poutine ou à la Russie. Concernant Gérard Depardieu, celui-ci avait déclaré, lors du festival de cinéma Baltic Pearl, à Riga : « J'aime la Russie et l'Ukraine, qui fait partie de la Russie. » Par la suite, il avait soutenu plusieurs fois publiquement le président Poutine.

Quant à Emir Kusturica, il avait déclaré : « Ne me dites pas que les gens à Maïdan apportent quelque chose de bien à l'Ukraine. J'estime que la Russie doit protéger les Russes qui habitent en Ukraine. »

Les médias ukrainiens ont ainsi reçu la consigne de ne plus mentionner ces personnalités à l'antenne. Une belle leçon de démocratie à la sauce Maïdan.

Crédit photo : Luca Ciriani via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This