Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Tatiana Guturova : 6 questions gênantes sur le mouvement migratoire

23 février 2016

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Tatiana Guturova : 6 questions gênantes sur le mouvement migratoire

Tatiana Guturova : 6 questions gênantes sur le mouvement migratoire

Tatiana Gutorova est correspondante de l’agence kazakhe Tengrinews en Serbie. Elle a suivi de près le mouvement migratoire qui a traversé le pays en été-automne 2015.

Dans l’un de ses reportages, elle pose et se pose une série de ques­tions sim­ples au sujet de ce phénomène, de toute évi­dence orchestré à ses yeux. Nous avons traduit ce reportage parce qu’il est représen­tatif des inter­ro­ga­tions de nom­breux jour­nal­istes extérieurs à l’UE, ayant leur tête sur les épaules et délivrés du fan­tôme de l’autocensure. « Entrée libre aux out­siders » (Мигранты: Посторонним вход разрешен, Ten­grinews, 6.11.2015). Morceaux choi­sis.

Je me rap­pelle du jour où je les ai aperçus pour la pre­mière fois à Bel­grade. Une com­pag­nie de jeunes gars s’était pointée dans un petit café bel­gradois. Ils sem­blaient sor­tir tout droit d’un mag­a­zine : coupes dans le vent, lunettes de prix, habits grif­fés.

— Réfugiés, a dit mon ami en les mon­trant de la tête.

J’ai ren­ver­sé mon jus.

— Tu plaisantes ?

(…)

— Il y en a beau­coup du côté de la gare routière, m’a‑t-il con­fié. Tu ver­ras.

Il y en avait vrai­ment beau­coup. Et il en arrivait tou­jours plus chaque jour. Syriens, Libyens, Afghans, Pak­istanais, Iraniens, Maro­cains : une véri­ta­ble organ­i­sa­tion de nations sin­istrées en fuite.

Les arrivants com­mu­ni­quaient peu avec les Bel­gradois. Cela dit, ils racon­taient volon­tiers aux jour­nal­istes les péripéties de leur par­cours, louant l’hospitalité locale : ils n’avaient, dis­aient-ils, ren­con­tré nulle part un traite­ment aus­si humain. De fait, les Serbes, qui avaient été eux-mêmes récem­ment con­traints de fuir de Croat­ie, de Bosnie et du Koso­vo, pre­naient à cœur les mis­ères des migrants. Les gens leur appor­taient de la nour­ri­t­ure et des vête­ments chauds, et les autorités con­stru­i­saient en toute hâte des cen­tres de crise où ils les ont déplacés cet automne.

Cepen­dant les migrants, à l’étonnement de leurs hôtes nourriciers, n’étaient pas trop pressés de rejoin­dre les cen­tres, et ils s’y oppo­saient même active­ment. Ils ne prévoy­aient pas de s’arrêter en Ser­bie. Ils s’empressaient de rejoin­dre la fron­tière tant désirée de l’UE et, au-delà, l’Allemagne, où Angela Merkel les avait offi­cielle­ment invités, promet­tant d’accueillir 800.000 réfugiés. De fait, cette déc­la­ra­tion de Mme Merkel est à la source de l’afflux de migrants vers le Vieux Con­ti­nent.

Si tout le monde fuit, je fuis aus­si.

Comme on le sait, des illé­gaux arrivaient en Europe aupar­a­vant déjà, surtout par la voie mar­itime et surtout en Ital­ie. Des bateaux chavi­raient, des gens se noy­aient, les Ital­iens se plaig­naient, les bureau­crates européens n’arrivaient pas à résoudre le prob­lème.

C’est alors qu’a com­mencé la guerre en Syrie.

D’ordinaire, on relie directe­ment ce fait avec la crise migra­toire et l’on en reste là, au lieu se pos­er quelques ques­tions impor­tantes.

Pre­mière ques­tion : quand les com­bats ont-ils com­mencé en Syrie ? Réponse : en 2011. Des obus volaient partout, comme aujourd’hui ; les pop­u­la­tions fuyaient ven­tre à terre, comme aujourd’hui. Mais pour une rai­son mys­térieuse, la vague migra­toire a épargné l’Europe il y a qua­tre ans. Et per­son­ne à Berlin ne leur souhaitait la bien­v­enue.

Deux­ième ques­tion: pourquoi les réfugiés en prove­nance de Syrie ne sont-ils pas des femmes, des enfants et des vieil­lards, mais avant tout des jeunes gens en pleine san­té ? Lorsque je m’en suis enquise auprès des migrants eux-mêmes, ils en « oubli­aient » tout d’un coup leur anglais.

Certes, les reportages télévisés vous mon­trent aus­si des enfants en pleurs et des femmes enceintes. On a même vu une vieille Afghane de 105 ans débar­quer en Europe avec sa famille. Mais il ne faut pas oubli­er que les télévi­sions sélec­tion­nent les plans les plus spec­tac­u­laires et les plus émou­vants.

Il va de soi que par­mi ces cen­taines de mil­liers de migrants il existe aus­si de vrais réfugiés : des gens brisés, affamés, fatigués, recon­nais­sants pour toute aide qu’on leur apporte et prêts à demeur­er dans n’importe quel pays où ils n’entendent plus sif­fler les balles. Mais ces gens-là ne sont qu’une vit­rine pour les Européens com­patis­sants. Ils sont l’arbre qui masque la forêt de ces jeunes gens dans la force de l’âge, qui con­stituent la majorité des migrants.

Troisième ques­tion : pourquoi le fleuve des migrants de Syrie héberge-t-il autant d’Africains, d’Afghans, de Pak­istanais, d’Irakiens, d’Iraniens et d’autres inter­na­tionaux pas for­cé­ment bien­venus qui errent aujourd’hui en Europe ? A cause de la devise : « Si tout le monde fuit, je fuis aus­si ? »

Qua­trième ques­tion, qui fait égale­ment per­dre leur anglais aux migrants : pourquoi nom­bre d’entre eux, au pas­sage des fron­tières, ne déclar­ent pas leur vrai nom, refusent de don­ner leurs empreintes dig­i­tales et indiquent, comme un seul homme, une seule et même date de nais­sance ?

Cinquième ques­tion : qui est der­rière le busi­ness lucratif du trans­port des migrants en prove­nance du Moyen-Ori­ent, de l’Afrique et de l’Asie vers l’Europe ? Selon des don­nées offi­cieuses, chaque migrant doit pay­er aux passeurs 5 à 6000 euros pour un pas­sage par voie mar­itime et 2 à 3000 pour un trans­port par voie de terre. Selon les esti­ma­tions de l’ONU, le revenu des passeurs de migrants avoisin­erait les 10 mil­liards de dol­lars. Il serait intéres­sant de savoir si tout cet argent va dans une seule et même cagnotte. Et si oui, laque­lle ?

Éton­nam­ment, les Européens préfèrent con­tourn­er ce sujet, bien qu’ils par­lent énor­mé­ment de la crise et cherchent active­ment des solu­tions. Mais pour une rai­son obscure, per­son­ne ne pro­pose la démarche la plus évi­dente, qui est de bris­er les fil­ières clan­des­tines. Se pour­rait-il que ces fil­ières soient pro­tégées par un pou­voir intouch­able ?

Certes, les euro­crates ont promis d’identifier les voies de pas­sage mar­itimes. Trop de gens ont déjà péri noyés — selon les dernières nou­velles, quelque 2800 migrants ont dis­paru sans traces —, et il devient impos­si­ble de fer­mer les yeux sur cette tragédie. Or on n’a guère vu jusqu’à présent de ces rafiots sur­chargés s’en retourn­er chez eux.

Enfin, la ques­tion prin­ci­pale : pourquoi Mme Merkel a‑t-elle tout de même invité chez elle pra­tique­ment un mil­lion de migrants, en pleine crise, alors que l’Eurozone vac­ille au bord de l’éclatement ? Les Alle­mands, qui con­nais­sent le prag­ma­tisme et la froide ratio­nal­ité de leur Chancelière, ne croient pas trop à l’accès de phil­an­thropie. Mme Merkel a tou­jours agi avec une lucid­ité cal­culée, choi­sis­sant de deux maux le moin­dre. Quelle aurait donc été la pire des éven­tu­al­ités si cette armée de migrants qu’il faut loger, nour­rir, habiller, édu­quer et con­trôler con­stitue le moin­dre mal ?

(…)

Pour le moment, on ne peut affirmer avec cer­ti­tude qu’une seule chose : les migrants sont devenus une mon­naie d’échange dans une lutte pour le con­trôle d’une région du monde. L’épicentre de cette lutte est aujourd’hui en Syrie, où se con­fron­tent les intérêts de toutes les grandes puis­sances. Il serait naïf de sup­pos­er que les migrants ont sim­ple­ment été « pro­jetés » vers l’Europe par la défla­gra­tion du con­flit, ou que cer­taines par­ties au con­flit se soient soudain api­toyées sur leur sort. Des mil­lions de véri­ta­bles réfugiés, privés de tout par la guerre, con­tin­u­ent de viv­ot­er dans des camps en Liban, en Jor­danie ou en Turquie. Du sort de ces gens-là, per­son­ne ne se soucie.

Quant aux jeunes gens dans la force de l’âge, pour quelle rai­son les a‑t-on rassem­blés aus­si vite et expédiés en Alle­magne ? Unique­ment pour creuser encore un trou dans le bud­get européen et affaib­lir une économie déjà sin­istrée par la crise ? Ou bien leur a‑t-on fixé une mis­sion plus impor­tante ? On n’aura pas à atten­dre un demi-siè­cle pour le savoir.

Le Vieux Con­ti­nent est déjà entré dans une ère nou­velle. L’Europe d’hier ne revien­dra plus jamais.

Traduit du russe par Slo­bo­dan Despot. Source : antipresse.net

Crédit pho­to : Euro­pean Com­mis­sion DG ECHO via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.