Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Syrie : une journaliste indépendante témoigne
Publié le 

7 août 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Syrie : une journaliste indépendante témoigne

Syrie : une journaliste indépendante témoigne

Sur le site de la Columbia Journalism Review, une journaliste indépendante italienne, Francesca Borri, a publié un témoignage saisissant. Et outre l’idéologie anti-Assad qui s’en dégage, et une certaine dose un peu poussée de féminisme, son récit des conditions des journalistes indépendants en Syrie vaut le détour.

Pourquoi, d’ailleurs, s’est-elle lancée dans l’enfer syrien ? « Rester en Syrie, là où per­son­ne ne veut rester, est ma seule chance d’avoir du boulot », explique-t-elle dans son bil­let. Et encore, un boulot pré­caire : « que vous écriv­iez d’Alep ou de Gaza ou de Rome, les rédac­teurs en chef ne voient pas la dif­férence. Vous êtes payé pareil : 70$ par arti­cle. »

« Les rédac­teurs en chef, en Ital­ie, ne veu­lent que le sang et les « bang bang » des fusils d’assaut », ajoute celle-ci. Un jour, alors qu’elle avait écrit un bil­let essayant de décrire l’action des rebelles, on lui a claire­ment répon­du : « Qu’est-ce que c’est que ça ? Six mille mots et per­son­ne ne meurt ? » Le ton est don­né. « Le con­tenu, désor­mais, est stan­dard­isé, et votre jour­nal, votre mag­a­zine, n’a plus aucune sin­gu­lar­ité, et il n’y a donc plus aucune rai­son de pay­er un reporter » explique Francesca Bor­ri.

Cette dernière se penche égale­ment sur la crise des médias : « La crise que les médias tra­versent est une crise du média lui-même, pas du lec­torat. Les lecteurs sont tou­jours là, et con­traire­ment à ce que croient beau­coup de rédac­teurs en chef, ce sont des gens intel­li­gents qui deman­dent de la sim­plic­ité sans sim­pli­fi­ca­tion. Ils veu­lent com­pren­dre, pas unique­ment savoir. »

Revenons en Syrie. Les con­di­tions des jour­nal­istes « free-lance » sont très pré­caires. La vie est chère, et leurs arti­cles sont achetés à bas coût et peu con­sid­érés. « Les jour­nal­istes free­lance sont des jour­nal­istes de sec­onde zone – même s’il n’y a que des free­lance ici, en Syrie », explique-t-elle. Pire, « au lieu d’être unis, nous sommes nos pro­pres pires enne­mis ; et la rai­son du papi­er payé 70$, ce n’est pas le manque d’argent, parce qu’il y a tou­jours de l’argent pour un papi­er sur les petites amies de Berlus­coni. La vraie rai­son, c’est que quand vous deman­dez 100$, quelqu’un d’autre est prêt à le faire pour 70. C’est une com­péti­tion féroce. »

Une course à l’information, au « buzz », et cela aux dépends de la vie des jour­nal­istes de ter­rain, sac­ri­fiés sur l’autel du sen­sa­tion­nel.

Voir aussi : Deux journalistes français enlevés en Syrie

Crédit pho­to : james_gordon_losangeles via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision