Accueil | Actualités | Médias | Syrie : le silence pesant des médias français
Pub­lié le 26 avril 2014 | Éti­quettes : , , ,

Syrie : le silence pesant des médias français

Alors que les soupçons d’une nouvelle attaque chimique en Syrie de la part du gouvernement de Bachar El Assad redoublent dans les médias français, le 9 avril 2014 les médias italiens ont relayé assez largement (voir aussi sur repubblica.it) les conclusions de Seymour M. Hersh, la « star » du journalisme d’investigation américain, initialement publiées dans la London Review of Books.

Ces dernières vont totalement à l’encontre des premières suppositions occidentales concernant le massacre de la Ghouta, le 21 aout 2013, attribué alors aux forces gouvernementales syriennes. L’article de Seymour M. Hersh, citant des sources américaines et britanniques, donne de nombreux éléments laissant à penser à une probable implication de la Turquie dans ce massacre. Le Corriere della Sera fait mention des conclusions du prestigieux journaliste dans un article du 12 avril.

Cette couverture médiatique italienne des affirmations de Hersh est à comparer au traitement de l’actualité syrienne en France. L’information, pourtant cruciale et émanant d’un journaliste internationalement reconnu, n’a en effet pas été relayée par les médias, à l’exception de quelques revues spécialisées ou confidentielles. Ainsi, le site Agoravox en a fait mention dans un article publié sur son site le 10 avril. Le Grand soir, c’est fendu d’une traduction de l’article, tout comme Afrique-Asie.

Quelques grands journaux français avaient précédemment relayé les conclusions d’une première enquête de Hersh fin 2013, accusant l’administration Obama d’avoir manipulé les informations concernant l’attaque chimique du 21 août dans le but de justifier des frappes militaires contre le régime Assad. Ainsi Le Monde avait titré « L’enquête à charge contre la Syrie ». Libération avait également fait allusion à l’enquête de Hersh mais l’avait contredite en relayant les propos du porte-parole de l’ODNI, Shawn Turner. L’Express se montrait lui aussi dubitatif, tout comme France 24 ; alors que Marianne était quant à lui beaucoup plus affirmatif, tenant pour acquis que les djihadistes possédaient eux aussi un stock de gaz sarin, en dépit de l’affirmation de l’administration américaine. Mais aujourd’hui, il n’existe aucun grand quotidien français pour commenter les nouvelles investigations de Hersh ! L’article de Marianne cité précédemment finissait sur un paragraphe annonciateur : « Tous les médias américains, tétanisés par ces accusations, se bouchent le nez. Rappelons qu’ils s’étaient tous alignés sur les mensonges bushistes à la veille de l’intervention en Irak. Seymour Hersh était seul alors. Comme aujourd’hui ». Et d’autant plus seul que même Marianne désormais ne relaie plus ses travaux…

Crédit photo : fanega via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This