Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Syrie : le silence pesant des médias français

26 avril 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Syrie : le silence pesant des médias français

Syrie : le silence pesant des médias français

26 avril 2014

Temps de lecture : 2 minutes

Vous allez lire un article gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien. Claude Chollet

Alors que les soupçons d’une nouvelle attaque chimique en Syrie de la part du gouvernement de Bachar El Assad redoublent dans les médias français, le 9 avril 2014 les médias italiens ont relayé assez largement (voir aussi sur repubblica.it) les conclusions de Seymour M. Hersh, la « star » du journalisme d’investigation américain, initialement publiées dans la London Review of Books.

Ces dernières vont totale­ment à l’encontre des pre­mières sup­po­si­tions occi­den­tales con­cer­nant le mas­sacre de la Ghou­ta, le 21 aout 2013, attribué alors aux forces gou­verne­men­tales syri­ennes. L’article de Sey­mour M. Hersh, citant des sources améri­caines et bri­tan­niques, donne de nom­breux élé­ments lais­sant à penser à une prob­a­ble impli­ca­tion de la Turquie dans ce mas­sacre. Le Cor­riere del­la Sera fait men­tion des con­clu­sions du pres­tigieux jour­nal­iste dans un arti­cle du 12 avril.

Cette cou­ver­ture médi­a­tique ital­i­enne des affir­ma­tions de Hersh est à com­par­er au traite­ment de l’actualité syri­enne en France. L’information, pour­tant cru­ciale et émanant d’un jour­nal­iste inter­na­tionale­ment recon­nu, n’a en effet pas été relayée par les médias, à l’exception de quelques revues spé­cial­isées ou con­fi­den­tielles. Ain­si, le site Ago­ravox en a fait men­tion dans un arti­cle pub­lié sur son site le 10 avril. Le Grand soir, c’est fendu d’une tra­duc­tion de l’article, tout comme Afrique-Asie.

Quelques grands jour­naux français avaient précédem­ment relayé les con­clu­sions d’une pre­mière enquête de Hersh fin 2013, accu­sant l’administration Oba­ma d’avoir manip­ulé les infor­ma­tions con­cer­nant l’attaque chim­ique du 21 août dans le but de jus­ti­fi­er des frappes mil­i­taires con­tre le régime Assad. Ain­si Le Monde avait titré « L’enquête à charge con­tre la Syrie ». Libéra­tion avait égale­ment fait allu­sion à l’enquête de Hersh mais l’avait con­tred­ite en relayant les pro­pos du porte-parole de l’ODNI, Shawn Turn­er. L’Express se mon­trait lui aus­si dubi­tatif, tout comme France 24 ; alors que Mar­i­anne était quant à lui beau­coup plus affir­matif, ten­ant pour acquis que les dji­hadistes pos­sé­daient eux aus­si un stock de gaz sarin, en dépit de l’affirmation de l’administration améri­caine. Mais aujourd’hui, il n’existe aucun grand quo­ti­di­en français pour com­menter les nou­velles inves­ti­ga­tions de Hersh ! L’article de Mar­i­anne cité précédem­ment finis­sait sur un para­graphe annon­ci­a­teur : « Tous les médias améri­cains, tétanisés par ces accu­sa­tions, se bouchent le nez. Rap­pelons qu’ils s’étaient tous alignés sur les men­songes bushistes à la veille de l’intervention en Irak. Sey­mour Hersh était seul alors. Comme aujourd’hui ». Et d’autant plus seul que même Mar­i­anne désor­mais ne relaie plus ses travaux…

Crédit pho­to : fane­ga via Flickr (cc)

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés