Accueil | Actualités | Médias | Quand les médias ne paient pas leurs chroniqueurs
Pub­lié le 13 novembre 2015 | Éti­quettes :

Quand les médias ne paient pas leurs chroniqueurs

Les mauvais chiffres de vente de la presse papier, dont nous nous sommes faits l'écho il y a quelques jours, doivent-ils être aggravés, et le déficit de rentabilité par conséquent alourdi, du fait que les principaux journaux, dans leur version en ligne, font désormais appel à une famille de chroniqueurs non payés ?

Une chose est certaine, ces articles contribuent à entretenir la régie publicitaire des titres, tout en ne réclamant aucun paiement. Ou plutôt, tout en n'obtenant aucun paiement, car certains le réclament avec une insistance qui a tendance à croître. La gratuité d'une chronique, si elle se conçoit dans le cas d'un professeur d'Université ou d'un juriste amené à commenter ponctuellement l'actualité, se justifie beaucoup moins quand il s'agit d'un écrivain ou d'un journaliste qui « pond » trois articles par semaine, souvent à la requête du journal, et dont la fidélité du lectorat dépend finalement plus ou moins.

Où en seraient les résultats réels sans cette main d'œuvre non rétribuée ? Les commentaires amers de L’Obs au sujet du succès du Figaro en ligne (l'hebdomadaire citait récemment des chiffres flatteurs) ont permis de mettre en lumière le rapport de plus en plus embarrassant entre d’un côté les 180 000 clics uniques pour certains articles et l'absence du moindre paiement de l’autre. Qu'il s'agisse du détenteur du record de clics de l'année l'écrivain Christian Combaz, (lequel prétend avoir été écarté du journal pour « populisme rédactionnel »), ou du dessinateur Olivier Ménégol, qui collabore au figaro.fr depuis quatre ans et dont les dessins sont régulièrement repris dans l'émission de Ruquier, aucun des intervenants les plus assidus, les plus lus, et par conséquent les plus utiles au journal pour « faire rentrer de la pub » n'est payé. Le risque à terme est que les contributeurs réguliers se recrutent uniquement parmi ceux qui « n'ont pas besoin de cela pour vivre », et qui n'ont donc pas une vision très en phase avec le lectorat, lequel finira par diminuer aussi sur la version en ligne.

Crédit photo : Photographee.eu / Shutterstock.com

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux