Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand les LGBT dictent leurs exigences langagières à la presse
Publié le 

27 juin 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Quand les LGBT dictent leurs exigences langagières à la presse

Quand les LGBT dictent leurs exigences langagières à la presse

L’Association des Journalistes LGBT vient de lancer son kit « Informer sans discriminer » à l’attention de la profession.

L’AJL, qui se veut représen­ta­tive des jour­nal­istes « les­bi­ennes, gays, bisex­uels et trans­sex­uels », est née au print­emps 2013 dans le con­texte des grandes man­i­fes­ta­tions con­tre la dénat­u­ra­tion du mariage. À l’époque, il s’agis­sait de chang­er le dis­cours médi­a­tique qui, selon elle, dén­i­grait les LGBT. Aus­si, provo­ca­tion suprême, les médias osaient don­ner la parole aux opposants, « comme si les pro­pos à car­ac­tère homo­phobe n’é­taient qu’une sim­ple opin­ion et non un délit »…

Aujour­d’hui, l’A­JL revient avec son kit de savoir-dire pour les jour­nal­istes. Ain­si, il ne con­vient plus d’« avouer » son homo­sex­u­al­ité mais de l’« annon­cer ». On ne dit plus « une femme qui préfère les femmes » mais une « les­bi­enne ». Défense d’u­tilis­er le terme « change­ment de sexe » ; lui préfér­er « tran­si­tion de genre ».

Enfin, entres autres sub­til­ités lan­gag­ières, il ne faut plus dire « Gay pride » mais « Marche des Fiertés ». De quoi ravir tous les jour­nal­istes qui man­quent de place pour leurs titres… « Loin de nous l’idée de nous ériger en censeur-se‑s”, prévi­en­nent-ils. Ce kit ne se veut pas don­neur de leçons et ne doit pas être inter­prété en ce sens. Certes le ton peut par­fois s’avér­er pre­scrip­teur (“préférons”, “à pro­scrire” etc.). Libre aux médias de suiv­re ces “con­seils pra­tiques », a con­clu l’as­so­ci­a­tion. Trop généreux…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision