Accueil | Actualités | Médias | Quand les LGBT dictent leurs exigences langagières à la presse
Pub­lié le 27 juin 2014 | Éti­quettes :

Quand les LGBT dictent leurs exigences langagières à la presse

L'Association des Journalistes LGBT vient de lancer son kit « Informer sans discriminer » à l'attention de la profession.

L'AJL, qui se veut représentative des journalistes « lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels », est née au printemps 2013 dans le contexte des grandes manifestations contre la dénaturation du mariage. À l'époque, il s'agissait de changer le discours médiatique qui, selon elle, dénigrait les LGBT. Aussi, provocation suprême, les médias osaient donner la parole aux opposants, « comme si les propos à caractère homophobe n'étaient qu'une simple opinion et non un délit »...

Aujourd'hui, l'AJL revient avec son kit de savoir-dire pour les journalistes. Ainsi, il ne convient plus d'« avouer » son homosexualité mais de l'« annoncer ». On ne dit plus « une femme qui préfère les femmes » mais une « lesbienne ». Défense d'utiliser le terme « changement de sexe » ; lui préférer « transition de genre ».

Enfin, entres autres subtilités langagières, il ne faut plus dire « Gay pride » mais « Marche des Fiertés ». De quoi ravir tous les journalistes qui manquent de place pour leurs titres... « Loin de nous l'idée de nous ériger en censeur-se-s", préviennent-ils. Ce kit ne se veut pas donneur de leçons et ne doit pas être interprété en ce sens. Certes le ton peut parfois s'avérer prescripteur ("préférons", "à proscrire" etc.). Libre aux médias de suivre ces "conseils pratiques », a conclu l'association. Trop généreux…

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux