Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Vincent Noce
Mis à jour le

2 mai 2013

Temps de lecture : 8 minutes

Vincent Noce

De la révolution au marché de l’art

Après avoir collaboré à diverses feuilles gauchistes, Vincent Noce commence à écrire au Monde Diplomatique, fait un passage à France Musique, puis à l’AFP, au service étranger, d’abord comme correspondant pour l’Afrique Centrale de 1986 à 1988, puis en tant que rédacteur couvrant la France pour la presse étrangère (à Paris).

En 1991 Libéra­tion lui ouvre ses colonnes pour par­ler de la cul­ture et de l’art, mais aus­si de la gas­tronomie et du vin. Vin­cent Noce est égale­ment mem­bre de l’association des jour­nal­istes du pat­ri­moine. Il est d’ailleurs lau­réat 2007 du Prix du jour­nal­iste de l’as­so­ci­a­tion des mon­u­ments his­toriques privés. La même année, il a été fait Cheva­lier dans l’Ordre des Arts et des Let­tres, dis­tinc­tion remise après un chaleureux dis­cours de Chris­tine Albanel, alors min­istre UMP de la cul­ture.

Formation universitaire

Lycée Hen­ri IV, prix d’excellence de philoso­phie.

Parcours militant

Dans une vidéo de l’I­NA, un dénom­mé Nico­las Baby, cor­re­spon­dant de l’AFP au Zaïre, par­le de Philippe de Dieuleveult, dis­paru le 6 août 1985 lors d’une expédi­tion… Quel rap­port avec Vin­cent Noce ?

À l’occasion d’une pub­li­ca­tion judi­ci­aire dans Libéra­tion, il appa­raît que Vin­cent Noce, jour­nal­iste spé­cial­isé dans le marché de l’art, est le pseu­do­nyme de Nico­las Baby, con­nu dans les années 70 comme l’une des grandes fig­ures du gauchisme parisien.

Com­mu­niqué judi­ci­aire : Par arrêt du 6 octo­bre 2010, la cham­bre 2–7 de la cour d’appel de Paris (cham­bre de la presse) a con­fir­mé le juge­ment de la 17ème cham­bre du tri­bunal de grande instance de Paris qui a con­damné Lau­rent Jof­frin en sa qual­ité de directeur de pub­li­ca­tion et Nico­las Baby dit Vin­cent Noce, jour­nal­iste, pour avoir publique­ment dif­famé Chak­ib Elidris­si Sli­tine, expert, dans un arti­cle mis en ligne sur le site « Libération.fr » le 27 jan­vi­er 2009 et inti­t­ulé Fin des tribu­la­tions de la stat­ue de Sésostris III, et dans un sec­ond arti­cle inti­t­ulé Sésostris III : la vente du faux enfin annulée pub­lié sur le site « Libération.fr » et dans le jour­nal Libéra­tion le 28 jan­vi­er 2009.

Ceci aide à com­pren­dre, au milieu d’ar­ti­cles sur l’art, la présence d’un arti­cle salu­ant la mémoire de Mau­rice Naj­man, mil­i­tant d’ex­trême-gauche dans les années qui ont suivi mai 68. Mau­rice Naj­man a fondé en décem­bre 1967 le noy­au ini­tial des Comités d’ac­tion lycéen (C.A.L. dont Nico­las Baby sera une fig­ure cen­trale), alors qu’il étu­di­ait au lycée Jacques-Decour à Paris.

Le même Naj­man par­ticipe au film de Romain Goupil, « Mourir à 30 ans » (1982), tourné en hom­mage à Michel Reca­nati, mil­i­tant lycéen et respon­s­able du ser­vice d’or­dre de la Ligue com­mu­niste, qui fera quelques mois de prison suite aux vio­lents affron­te­ments du 21 juin 1973 lors d’un meet­ing d’Or­dre Nou­veau à Paris, puis fini­ra par se sui­cider le 23 mars 1978 en se jetant sous un train.

Les Baby-boomers : une généra­tion (1945–1969) de Jean-François Sirinel­li, nous apprend que Nico­las Baby s’il­lus­tre dès le 7avril 1967, à 16 ans, en brûlant un dra­peau améri­cain arraché à la cathé­drale améri­caine de Paris pour pro­test­er con­tre la guerre au Viet­nam à l’oc­ca­sion de la vis­ite du vice-prési­dent améri­cain Hubert Humphrey à Paris. Il s’en sor­ti­ra avec une exclu­sion tem­po­raire du lycée Hen­ri IV, mesure bien­tôt reportée face à la men­ace d’une man­i­fes­ta­tion de sou­tien.

Images extraites du documentaire de Romain Goupil : « mourir à 30 ans »

Images extraites du doc­u­men­taire de Romain Goupil : « mourir à 30 ans »

Égale­ment étu­di­ant au lycée Hen­ri-IV, Michel Sapin milite au sein des Comités d’ac­tion lycéens.

A 17 heures, le cortège fort de 5000 lycéens emprunte le boule­vard Ara­go en direc­tion de la place Den­fert-Rochere­au qu’il atteint à 17h30. Les dirigeants grim­pés sur le mon­u­ment du Lyon de Belfort haranguent leurs cama­rades. Nico­las Baby est présent, cité dans « Mourir à 30 ans » de Goupil ; il sera blessé à la tête par la police pen­dant la soirée (Chris­tine Albanel y fait une dis­crète allu­sion dans son dis­cours de remise de déco­ra­tion).

Dans une vidéo disponible sur le site de l’I­NA, Nico­las Baby se présente comme « mem­bre du secré­tari­at exé­cu­tif des comités d’ac­tion lycéens, les C.A.L., élève de philoso­phie au lycée Hen­ri IV ». A la ques­tion de la con­damna­tion de la vio­lence, Nico­las Baby répond : « Le genre de vio­lence que nous pou­vons utilis­er, c’est unique­ment con­jonc­turel, et de la vio­lence de masse, réelle­ment, pas une vio­lence minori­taire ».

Le 23 avril 1969, Jean Tibéri, alors député UDR, est agressé par des mil­i­tants des C.A.L. à Louis Le Grand.

Photo parue dans le Nouvel Observateur du 6 octobre 1969

Pho­to parue dans le Nou­v­el Obser­va­teur du 6 octo­bre 1969

L’ar­ti­cle nous apprend que « Bar­ri­cades » souhaite tir­er à 5000 exem­plaires, grâce aux rela­tions éton­nantes de ce tout jeune homme de 18 ans dans le milieu de l’art :

« Mais cette fois, explique l’un de ses ani­ma­teurs, Nico­las Baby, dix-huit ans, pour ne pas dépen­dre d’une organ­i­sa­tion poli­tique ou des hasards des coti­sa­tions, nous avons lancé une col­lecte de crédits sous une forme orig­i­nale : une tombo­la dont les lots ont été four­nis par 80 pein­tres ou sculp­teurs. Par­mi eux, Calder, Manessier, Vasare­ly, lvarel, Raysse, César, Nico­las Schoef­fer, Le Parc. »

Ces rela­tions lui venaient-elles de son milieu famil­ial ? En effet, Chris­tine Albanel évo­quait dans son dis­cours de remise de la légion d’honneur sa mère « résis­tante du groupe Com­bat, une artiste amie de Picas­so – qui la décrivait comme « un bon pein­tre bien que femme » –, de Sartre, avec lequel elle fon­da les Temps mod­ernes, ou encore de Leiris, et de Kan­hweil­er » (Grand col­lec­tion­neur et marc­hand d’art alle­mand nat­u­ral­isé français en 1937, Daniel-Hen­ry Kah­n­weil­er avait ouvert une galerie à Paris en 1907 que fréquen­tèrent Picas­so, Max Jacob, Georges Braque, Juan Gris, Fer­nand Léger ou Guil­laume Apol­li­naire).

1970 : La Nou­velle Action française organ­ise un débat entre Nico­las Baby et Fran­cis Bertin sur le thème : « Poli­tique au lycée? » qui sera pub­lié sous le même titre.

1er mai 1972 : En tête du cortège, on reconnaît, de gauche à droite : Alain Geismar (porte-parole de l'ex-Gauche Prolétarienne, blouson en cuir noir), Nicolas Baby (AMR, veste noire, gilet blanc), Arlette Laguiller (Lutte Ouvrière).

1er mai 1972 : En tête du cortège, on recon­naît, de gauche à droite : Alain Geis­mar (porte-parole de l’ex-Gauche Pro­lé­tari­enne, blou­son en cuir noir), Nico­las Baby (AMR, veste noire, gilet blanc), Arlette Laguiller (Lutte Ouvrière).

L’Al­liance Marx­iste Révo­lu­tion­naire (AMR), était un par­ti trot­skiste de ten­dance pab­liste et lib­er­taire, le seul grou­pus­cule poli­tique qui tenait ses réu­nions à la Coupole selon un témoin de l’époque.

En 1973, il coécrit un livre : I.D.S. — Infor­ma­tion pour les droits du sol­dat, ouvrage dans lequel il signe un chapitre : « Pour les états généraux de sol­dats, marins et avi­a­teurs. »

En 1974, l’AMR appuie au print­emps la can­di­da­ture pour l’élec­tion prési­den­tielle de Charles Piaget, syn­di­cal­iste de la CFDT act­if à l’u­sine de Lip où une expéri­ence d’au­to­ges­tion fut mise en place.

Michel Rocard, qui soute­nait Mit­ter­rand avec une minorité du PSU, quitte le par­ti après la prési­den­tielle, ce qui per­met la fusion de l’AMR dans le PSU, appor­tant plusieurs cen­taines de mil­i­tants d’ex­trême-gauche.

On retrou­ve par exem­ple Mau­rice Naj­man, qui obtient un poste de respon­s­abil­ité au PSU, avant de le quit­ter pour par­ticiper à la fon­da­tion des Comités com­mu­nistes pour l’au­to­ges­tion (CCA) en 1977.

Nico­las Baby explique les raisons de cette fusion dans une tri­bune don­née au Nou­v­el Obser­va­teur le 3 mars 1975.

Par­al­lèle­ment, Marc Heur­gon et une par­tie de la gauche du PSU créent, avec Gilbert Mury du Groupe marx­iste-lénin­iste, Nico­las Baby de l’AMR et Bernard Herzberg, un Cen­tre d’études et d’initiatives révo­lu­tion­naires doté d’une revue, Que faire ?, dont le pre­mier numéro proclame le rejet de toute stratégie réformiste.

Lutte anti-militariste

Un arti­cle de « L’U­nité » de mars 1975 inti­t­ulé « Des états généraux du sol­dat ?» évoque la pre­mière con­férence du mou­ve­ment «Infor­ma­tion pour les droits du sol­dat », à laque­lle par­ticipent, entre autres, le domini­cain et mil­i­tant d’ex­trême-gauche Jean Car­don­nel qui sera le directeur de pub­li­ca­tion du men­su­el « Le Sol­dat », organe de l’IDS.

Un arti­cle de Bernard Guet­ta dans le N° 579 du Nou­v­el Obser­va­teur daté 15 décem­bre 1975 donne une idée de la rad­i­cal­ité de ce mou­ve­ment : « Nico­las Baby, 24 ans, mil­i­tant du P.S.U., est l’un des ani­ma­teurs d’In­for­ma­tion pour les Droits du Sol­dat, le mou­ve­ment qui a soutenu la créa­tion “du syn­di­cat d’ap­pelés de Besançon” : Cer­tains, par­mi nous — dont je suis per­son­nelle­ment —, pensent que l’ar­mée française est un instru­ment de classe au ser­vice de la bour­geoisie, inapte par nature au respect de la démoc­ra­tie. D’autres esti­ment au con­traire qu’elle est réformable, déclare Nico­las Baby ».

Nicolas Baby aux côtés de Charles Piaget à droite de l'image

Nico­las Baby aux côtés de Charles Piaget à droite de l’im­age

Pho­to ci-dessus : Nico­las Baby aux côtés de Charles Piaget à droite de l’im­age (retraité depuis 1988, Charles Piaget, héros de la lutte des « Lip », a con­servé sa fibre mil­i­tante et par­ticipe à AC! depuis sa créa­tion en 1993. Il a soutenu les can­di­dats de la Ligue com­mu­niste révo­lu­tion­naire aux élec­tions lég­isla­tives de 2002, selon Wikipedia).

Bernard Guet­ta suiv­ra d’assez près ce pro­jet de syn­di­cat de sol­dats pour Le Nou­v­el Obser­va­teur, puisqu’on trou­ve un autre arti­cle, plutôt favor­able, sur inter­net (Bernard Guet­ta fut organ­isa­teur de l’occupation des lycées Hen­ri IV et Fénelon, et un des lead­ers des CAL aux côtés de Michel Reca­nati, Mau­rice Naj­man et Romain Goupil).

Nico­las Baby a pub­lié un arti­cle dans Le Monde des 26 et 27 juin 1975. Il y pro­po­sait « deux axes com­plé­men­taires : la mul­ti­pli­ca­tion des trans­for­ma­tions des comités de sol­dats en sec­tions syn­di­cales autonomes de sol­dats ; le resser­re­ment des liens entre ces comités et les syn­di­cats, et la coor­di­na­tion par villes, régions, armes.

Une per­spec­tive nationale tran­si­toire s’impose (…) : des états généraux de sol­dats marins et avi­a­teurs (…) étape néces­saire dans la voie vers la fon­da­tion d’un véri­ta­ble syn­di­cat de sol­dats. »

L’affaire de Besançon

Information pour les droits du soldat

Infor­ma­tion pour les droits du sol­dat

Au début de novem­bre 1975, des appelés du con­tin­gent créent, sur l’ini­tia­tive du mou­ve­ment « Infor­ma­tion pour les droits du sol­dat » et avec l’ap­pui de la sec­tion locale CFDT, une sec­tion syn­di­cale au 19e rég­i­ment du génie sta­tion­né à Besançon. Cette ini­tia­tive, qui sera imitée, quelques semaines plus tard, par des appelés de Chau­mont (Haute-Marne) et de Caza­ux (Gironde), ne fait pas l’u­na­nim­ité dans l’op­po­si­tion.

Pour le min­istère de la Défense, cet acte jugé illé­gal doit être réprimé. Le 26 novem­bre, après la dis­tri­b­u­tion dans une gare parisi­enne de tracts social­istes pré­con­isant « des comités de sol­dats réelle­ment représen­tat­ifs », le gou­verne­ment saisit la Cour de sûreté de l’É­tat en ver­tu de l’ar­ti­cle 84 du code pénal et accuse le par­ti social­iste de met­tre en cause les principes de la dis­ci­pline.

« L’ar­ti­cle 84 du code pénal per­met de punir de déten­tion crim­inelle (cinq à dix ans) quiconque, en temps de paix, aura par­ticipé en con­nais­sance de cause à une entre­prise de démoral­i­sa­tion de l’ar­mée ».

Dans l’op­po­si­tion de gauche, la CFDT, qui a soutenu avec des réserves l’ini­tia­tive de Besançon, se trou­ve assez vite isolée.

D’une manière générale, les dirigeants social­istes con­sid­èrent que l’ini­tia­tive de Besançon affaib­lit l’outil de défense, et le sou­tien qu’ils appor­tent au mou­ve­ment con­cerne d’abord les inculpés, civils et mil­i­taires, après l’in­for­ma­tion ouverte par la Cour de sûreté.

Poursuites

Au total, 53 per­son­nes (des appelés et des mil­i­tants du PSU ou de la CFDT, pour la plu­part) sont pour­suiv­ies pour ten­ta­tive de démoral­i­sa­tion de l’ar­mée et elles sont pro­gres­sive­ment placées sous man­dat de dépôt. Les 22 défenseurs de ces inculpés esti­ment que la Cour de sûreté ne dis­pose pas d’élé­ments déter­mi­nants et que les pour­suites ser­vent d’al­i­bi à « une véri­ta­ble chas­se aux sor­cières ». Il fau­dra atten­dre le 5 mars 1976 pour que le dernier inculpé, incar­céré en décem­bre 1975, soit remis en lib­erté.

Publications

  • I.D.S. — Infor­ma­tion pour les droits du sol­dat, Maspéro, 1973.
  • Descente aux enchères, Lat­tès, 2002.
  • Le musée égoïste, Lat­tès, 2005.
  • Mon­et, l’œil et l’eau, RMN édi­tions, 2010.
  • La sci­ence sous l’An­cien Régime, RMN édi­tions, 2010.
  • Redon descend de Dar­win, RMN édi­tions, 2011.
  • Dali et la sci­ence, édi­tions du Cen­tre Pom­pi­dou, 2012.

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Il l’a dit

Sur l’af­faire « Piss Christ » d’Av­i­gnon :

« Il peut s’a­gir d’un inci­dent isolé, ou du début d’une cam­pagne extrême­ment dan­gereuse ».

« Les destruc­tions d’œu­vres d’arts sont des proces­sus extrême­ment dan­gereux qui ont été sou­vent util­isés dans l’His­toire, par les protes­tants au moment de la Réforme, par les nazis, par les tal­ibans, et qui ont fait dis­paraître des pans entiers de l’His­toire de l’art. Donc là dessus, aucune con­ces­sion ! »

« Il sem­ble qu’il y ait la con­jonc­tion des dis­cours de Sarkozy et Guéant par­lant de Croisade, d’un Front nation­al qui a retrou­vé du poil de la bête et d’un prélat, très con­testé, qui a une vision mil­i­tante de l’Église. »

Vin­cent Noce a con­sacré plusieurs arti­cles à cette affaire.

Crédit pho­to : DR

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision