Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Marie-France Etchegoin

10 mars 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Portraits | Marie-France Etchegoin

Marie-France Etchegoin

Diversitaire honoris causa

Passionnée par les affaires de société et les coulisses des procès médiatisés, Marie-France Etchegoin exerce depuis le milieu des années 80 un journalisme à la fois exigeant, à l’ancienne, et très orienté vers une gauche libérale libertaire. Enquêtrice très informée, elle a participé à faire la lumière sur l’affaire Alègre qui avait sali Dominique Baudis, ou raconté par le menu l’histoire de François-Marie Banier avec Liliane Bettencourt, et révélé les ressorts du système Soral.

C’est aus­si une idéo­logue qui cherche absol­u­ment à démon­tr­er sa thèse et met dans la bouche de ses inter­viewés des mots qu’elle aurait aimé les enten­dre pronon­cer, au mépris par­fois de la vérité. Ain­si, elle n’hésite pas à exé­cuter Éric Zem­mour dans Van­i­ty fair, en mars 2020, alig­nant les con­tre-vérités sur le per­son­nage et son entourage. Elle fait aus­si naturelle­ment l’apologie des « migrants » en tant qu’« ouver­ture à l’autre » et « France de demain ». Mal­gré son patronyme basque qui sig­ni­fie la « mai­son neuve », elle représente davan­tage l’ancien monde, un con­den­sé de la généra­tion Mit­ter­rand, qui tient tou­jours le haut du pavé, près de quar­ante ans après, se recy­clant de jour­naux en jour­naux.

Formation

  • 1985 – Maîtrise de let­tres à la Sor­bonne-Nou­velle
  • 1986 – diplômée du Cen­tre de for­ma­tion des jour­nal­istes (CFJ)

Parcours professionnel

En 1986, elle débute à Europe 1, après avoir rem­porté la bourse Lau­ga, con­cours organ­isé par la radio auprès des étu­di­ants en jour­nal­isme.

Dès 1987, elle passe au Nou­v­el Obser­va­teur, où elle exerce dans les ser­vices poli­tique et société, suc­ces­sive­ment en tant que grande reporter, puis rédac­trice en chef des pages « enquête ». Une tra­jec­toire clas­sique mais rapi­de.

En 2014, elle quitte L’Obs dont elle juge la ligne pas assez à gauche, et com­mence à col­la­bor­er à Van­i­ty fair. Elle tra­vaille aus­si comme éditrice et apporter de man­u­scrits pour Jean-Claude Lat­tès.

Elle écrit aus­si des por­traits pour Le Monde, comme celui de Matthieu Kas­sowitz en 2017, cam­pé en héros tour­men­té et com­plo­tiste du Bureau des légen­des.

Parcours militant

En 2007, elle sou­tient la cam­pagne de la can­di­date Ségolène Roy­al, et milite active­ment dans ce sens dans les pages du Nou­v­el Obser­va­teur.

Elle est engagée auprès des « migrants » depuis 2016, à qui elle con­sacre un livre, van­tant leur apport béné­fique à la société française.

Ce qu’elle gagne

Non ren­seigné

Publications

  • Eva ou la Jus­tice est un roman (avec Matthieu Aron), Robert Laf­font, 2003 : dans cette biogra­phie de la juge et femme poli­tique Éva Joly, elle décrit le monde obscur de la jus­tice. Elle le reprend et le com­plète en 2013 dans L’Indignée de la République, (avec Matthieu Aron), Robert Laf­font.
  • Code Da Vin­ci : l’en­quête (avec Frédéric Lenoir), Robert Laf­font, 2004 : en réponse au best-sell­er de Dan Brown, Marie-France Etchegoin débusque le com­plo­tisme con­tem­po­rain et notam­ment les con­tre-vérités sur l’histoire de l’Église.
  • Le bûch­er de Toulouse : D’Alè­gre à Baud­is : his­toire d’une mys­ti­fi­ca­tion, (avec Matthieu Aron) Gras­set, 2005 : avec cette enquête fouil­lée, elle réha­bilite le maire de Toulouse, injuste­ment con­damné par le tri­bunal médi­a­tique et pop­u­laire
  • La Saga des francs-maçons (avec Frédéric Lenoir) Robert Laf­font, 2009 : où elle tente de min­imiser le rôle et l’influence des frères dans la vie française.
  • Un mil­liard de secrets, Robert Laf­font, 2011 : réc­it hale­tant de la manip­u­la­tion de la vieille madame Bet­ten­court par l’aventurier et séduc­teur François-Marie Ban­ier.
  • Et soudain, ils ne riaient plus (avec Marie-Amélie Lom­bard, Dorothée Moisans, Thier­ry Lévêque), Les Arènes, jan­vi­er 2016 : livre col­lec­tif sur le drame de Char­lie Heb­do et de l’Hyper Cacher.
  • Mar­seille, le roman vrai, Stock, 2016 : descrip­tion romancée d’une cité phocéenne gan­grenée par le crime et la cor­rup­tion, où « le shit et le chic s’entremêlent ». Une des familles citées au cours de cette enquête fera un procès à la jour­nal­iste, pour atteinte à sa répu­ta­tion, mais le per­dra.
  • J’apprends le français, Jean-Claude Lat­tès, 2018 : réc­it, sur un mode dém­a­gogique, de son expéri­ence de pro­fesseur de français auprès des migrants à Paris.

Elle a aus­si co-écrit le scé­nario de Notable, donc coupable, réal­isé par Fran­cis Girod en 2007 (2x90 min­utes) pour France 2.

Distinction

Elle a reçu le prix Françoise Giroud pour son arti­cle « Anti­sémite, nation­al-social­iste : com­ment devient-on Alain Soral ? » pub­lié en jan­vi­er 2014.

Elle a obtenu le « Prix étu­di­ant du Livre Poli­tique » en 2017 pour son livre Mar­seille, le roman vrai.

Elle l’a dit

« Se présen­ter à une prési­den­tielle quand on est une femme n’est pas encore dans l’ordre – juste – des choses. Roy­al doit vain­cre Sarkozy. Et une armée de préjugés », Le Nou­v­el Obser­va­teur, 13 févri­er 2007

« Je n’imaginais pas que Sharokan, Ibrahim ou Salomon m’en apprendraient autant sur moi-même et qu’à tra­vers eux, j’allais redé­cou­vrir la com­plex­ité et la richesse de la langue française et aus­si ce qui, au fond, nous con­stitue et qui fait trait d’union au-delà des fron­tières : la force de la parole ». (J’apprends le français)

« Ces deman­deurs d’asile seront et sont déjà les porte-paroles de la langue française » (Europe 1)

Sa nébuleuse

  • Les édi­tions Jean-Claude Lat­tès
  • Math­ieu Aron

Ils ont dit

« Marie-France Etchegoin donne l’impression qu’elle a recueil­li les pro­pos qu’elle cite en usant de guillemets, ce n’est absol­u­ment pas le cas », Rachi­da Tir, mem­bre d’une famille mar­seil­laise s’estimant dif­famée par son livre Mar­seille, le roman vrai.

Pho­to : cap­ture d’écran vidéo Le Verbe du Soleil via YouTube

Quartiers d'été !

L'Observatoire du journalisme Ojim prend ses quartiers d'été jusqu'au 17 août et propose à ses lecteurs une sélection des meilleurs articles du premier semestre. Bonnes vacances pour ceux qui en prennent et bonne lecture.
Claude Chollet

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).