Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Plaintes et polémiques après un reportage de M6 sur les « quartiers »

20 avril 2015

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Plaintes et polémiques après un reportage de M6 sur les « quartiers »

Plaintes et polémiques après un reportage de M6 sur les « quartiers »

Dimanche 12 avril, M6 consacrait son émission « Zone Interdite » aux « nouveaux ghettos », axant le sujet sur les dealers, le communautarisme musulman et les familles monoparentales. Autant dire que les polémiques n’ont pas tardé à naître.

La chaîne et les deux boîtes de pro­duc­tion qui ont tra­vail­lé sur le reportage l’as­surent : « C’était brut de décof­frage, avec une volon­té d’éviter les par­tis pris. C’est ce que l’on a fait. » Et d’a­jouter : « Nous n’avons pas trahi la parole des per­son­nes qui ont par­ticipé à ce reportage et nous n’avons rien inven­té. D’ailleurs, elles nous ont remer­ciés pour ça. »

Mais le témoignage d’un fixeur (per­son­ne chargée de faire le lien entre l’équipe de tour­nage et les habi­tants) de l’émis­sion est venu ali­menter les soupçons. À Rue89, Matthias Quiv­iger s’est ain­si con­fié à pro­pos de Géral­dine Lev­asseur, cadre de Giraf Prod : « J’essayais de lui ramen­er des per­son­nes qui ont réus­si ou qui galèrent, mais qui s’en sor­tent quand même. Ça ne lui allait pas. En réal­ité, elle voulait des bar­bus, des djellabas, des musul­mans qui font la prière, des deal­ers… Ça s’est très mal passé avec elle. »

Celui-ci estime que la jour­nal­iste a « men­ti sur ses inten­tions. Je me sou­viens qu’elle est ren­trée dans un immeu­ble et qu’elle a demandé aux habi­tants de tous se met­tre à la fenêtre pour que ça fasse “cage à poules” et “ghet­to”. » Et de con­clure : « Après les témoignages qu’elle a recueil­lis quand j’étais avec elle, elle n’était pas sat­is­faite. Elle y est retournée, seule. Elle a don­né env­i­ron 250 euros à des jeunes pour qu’ils la lais­sent filmer des points de deals et qu’ils répon­dent à ses ques­tions très ori­en­tées. » Une pra­tique absol­u­ment illé­gale.

Cepen­dant, pour Giraf Prod, Matthias Quiv­iger n’est autre qu’un « fixeur aigri » qui a touché « beau­coup d’ar­gent » (2 500 euros) pour un tra­vail « qu’il n’a pas fait ». « Il devait nous présen­ter trois familles, mais n’a jamais réus­si à le faire. L’accord de départ, c’était de réalis­er un reportage objec­tif sur les ghet­tos de la République. Lui voulait ori­en­ter ça vers quelque chose d’angélique. Mais il n’est pas réal­isa­teur […] Karim Ouaf­fi et Karim Maatem, les deux réal­isa­teurs du reportage, con­nais­sent très bien la prob­lé­ma­tique. Ils sont d’ailleurs tous les deux issus des cités. »

Quant à Géral­dine Lev­asseur, elle réfute les accu­sa­tions du fixeur, expli­quant n’avoir « jamais par­lé de “cages à poules” ». « Je suis réal­isatrice, j’aime les belles images. Effec­tive­ment, je me suis présen­tée aux per­son­nes de cet immeu­ble après avoir sym­pa­thisé avec des jeunes filles. Je voulais faire un joli plan, comme dans “Égoïste” [la pub de Chanel, ndlr]. Vous savez pourquoi je n’ai pas gardé cette séquence ? Parce que juste­ment, ça fai­sait trop “ghet­to” », se jus­ti­fie-t-elle.

Mais elle ne voulait pas se voil­er la face en occul­tant l’é­conomie souter­raine et les trafics, qui sont une réal­ité. « Et encore, on n’a pas tout mon­tré », note-t-elle. Con­cer­nant la prime aux deal­ers : « Je ne les ai jamais payés pour qu’ils me par­lent. Jamais. Je leur ai sim­ple­ment don­né un peu d’argent pour qu’ils achè­tent des gâteaux et des bon­bons aux enfants du quarti­er qui étaient autour de nous. »

Dimanche, « Zone Inter­dite » se découpait en deux par­ties : l’une con­sacrée au ghet­to à pro­pre­ment par­ler, l’autre aux mères seules qui élèvent leurs enfants avec dif­fi­culté. Deux sujets qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre et n’ont pas été filmés par les mêmes sociétés, mais qui ont sus­cité le même niveau d’indig­na­tion sur les réseaux soci­aux.

La séquence la plus con­testée du deux­ième sujet est celle où le jour­nal­iste demande à une mère de cinq enfants si elle n’a « jamais pen­sé à pren­dre la pilule ». « Au départ, j’avais cette ques­tion dans la tête, sans oser la pos­er. Pas parce que je trou­vais ça raciste, mais trop per­son­nel. J’en ai par­lé avec des per­son­nes qui étaient dans les couliss­es du pro­jet. Elles trou­vaient la ques­tion intéres­sante. J’ai expliqué la démarche à Cécil­ia, avec qui j’ai noué des liens – d’où le “tu” –, qui s’est mar­rée. Ça ne la dérangeait pas du tout de répon­dre. Je suis peiné de voir que cer­tains me tax­ent de racisme. Bien sûr que si elle avait été blanche, j’aurais fait pareil », s’est expliqué Olivi­er Pon­thus.

Et celui-ci de mon­tr­er aus­sitôt « pat­te blanche », si l’on peut par­ler ain­si : « J’ai vécu au Maroc, en Tunisie. J’ai enseigné l’histoire-géographie à Clichy-sous-Bois. Il n’y a qu’à voir les posts que je relaye sur Face­book : je suis antiraciste. »

Quoi qu’il en soit, il n’est jamais de bon ton, en France, de s’in­téress­er aux quartiers dits « sen­si­bles ». Mon­trez un tant soit peu la réal­ité, et vous voici accusé de « stig­ma­tis­er » les habi­tants du quarti­er, ou pire, de racisme.

C’est du reste la démarche entre­prise par les « Jeunes com­mu­nistes de Bobigny ». Dans un com­mu­niqué, ces derniers ont fait part de leur inten­tion de dépos­er plainte con­tre M6, qual­i­fi­ant pêle-mêle leur « pro­pa­gande » de « racoleuse », « men­songère » et même, pourquoi pas, « réac­tion­naire ».

Pour l’av­o­cat en charge de pré­par­er cette plainte, Jean-Tou­s­saint Gia­co­mo, « c’est lim­ite de l’incitation à la haine raciale. On fait croire qu’il n’y a que des Africains et des musul­mans dans les quartiers ». Reste à savoir si on le fait croire ou si c‘est vrai.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.