Accueil | Actualités | Médias | Perquisition musclée chez un responsable de Fdesouche
Pub­lié le 29 juillet 2015 | Éti­quettes :

Perquisition musclée chez un responsable de Fdesouche

Porte fracturée, perquisition, interrogatoire... tel est le prix à payer pour avoir osé évoquer un article incriminant le millionnaire et homosexuel militant Pierre Bergé.

Pierre Sautarel, l'un des responsables du site Fdesouche, vient d'en faire la désagréable expérience. Lundi 27 juillet, il a été convoqué par la police après avoir vu son appartement perquisitionné, son téléphone et son matériel informatique saisis. Après un « interrogatoire musclé », celui-ci a pu mesurer la gravité du délit qui lui était reproché : un lien publié sur Fdesouche renvoyant à un article jugé diffamatoire par l'homme d'affaires. Il s'agit d'un papier datant du 29 octobre 2014 et initialement publié sur le site Panamza.

Dans celui-ci Panamza pointe « l'impunité et l'opacité relatives à une longue investigation policière, menée en 2011/2012 par la Brigade de protection des mineurs de Paris et finalement classée sans suite, à propos de l'implication de Français dans des réseaux pédophiles au Maroc ». D'après un prêtre cité par VSD, « des faits de "prostitution de mineurs" se seraient déroulés dans la luxuriante villa Majorelle, propriété (depuis 1980) d'Yves Saint Laurent et de Pierre Bergé. »

En juin 2015, l'auteur de l'article (et fondateur de Panamza) a été convoqué par la police suite à une plainte en diffamation de Pierre Bergé.

Quoi qu'il en soit, pour avoir simplement repris les premières lignes de l'article, Pierre Sautarel s'est visiblement retrouvé mêlé à la plainte, avec les conséquences musclées de l'on sait...

Parallèlement, la page Facebook de Fdesouche vient d'être bloquée. Sur leur site, les administrateurs déclarent que celle-ci « existe encore mais nos possibilités de l’administrer ont été gelées ». Aucun lien direct ne peut, pour l'instant, être établi entre les deux événements.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

34% récolté
Nous avons récolté 682€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store