Accueil | Actualités | Médias | Paris Match / RFI : qui est qui ?
Pub­lié le 8 mars 2013 | Éti­quettes : ,

Paris Match / RFI : qui est qui ?

Lundi 4 mars, RFI publie sur son site internet la photo du cadavre du chef islamiste Mokhtar Belmokhtar. Le lendemain, mardi 5 mars, Paris Match publie une photo d'Abou Zeid, le chef islamiste d'Aqmi, lui aussi tué. Problème : la photo est la même !

Qui croire ?

Chacun présente, bien entendu, des preuves irréfutables de la véracité de sa photo. Pour RFI, ce sont des soldats tchadiens qui l'aurait prise avec leurs téléphones. Pour Match, la photo proviendrait d'un « officier » qui l'aurait prise avec « le petit appareil numérique qu'il porte dans un étui à sa ceinture ».

Pour ajouter un peu plus de confusion, l'agence mauritanienne Sahara Medias, estime que « le corps peut appartenir à n’importe quel autre combattant d’AQMI ». En bref, une belle cacophonie...

Une chose est sûre cependant : ni Madjiasra Nako, envoyé spécial de RFI, ni le journaliste tchadien Abdelnasser Garboa pour Match ne sont à l'origine de cette photo et n'ont vu le cadavre !

Source : L'Express - crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux