Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Médias : le papier a‑t-il encore un avenir ?

12 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Médias : le papier a‑t-il encore un avenir ?

Médias : le papier a‑t-il encore un avenir ?

Selon les papetiers britanniques, les lecteurs préfèrent le papier au numérique pour les sujets complexes.

Une étude bri­tan­nique sor­tie fin juin dernier per­met d’af­firmer que le papi­er a encore sa chance. Mais essen­tielle­ment pour les sujets « com­pliqués » – par exem­ple les enquêtes au long cours ou les arti­cles dont la den­sité infor­ma­tive est très impor­tante. Cepen­dant cette étude plaide pour ceux qui l’ont com­man­ditée…

L’en­quête menée par l’as­so­ci­a­tion pro­fes­sion­nelle Two Sides et con­fiée au bureau d’é­tudes Tol­u­na a été menée sur 500 con­som­ma­teurs du Roy­aume-Uni – un pan­el qui peut paraître un peu court quand on sait que le pays compte plus de 64 mil­lions d’habi­tants et que les médias anglais ont par ailleurs accès à l’ensem­ble des locu­teurs anglo­phones – dont les seuls nat­ifs sont plus de 360 mil­lions. Cepen­dant, d’après ce pan­el, il appa­raît que « 83 % préfèrent lire sur papi­er pour les sujets les plus com­plex­es », et 84 % esti­ment qu’ils mémorisent et réu­tilisent mieux des infor­ma­tions lorsqu’elles sont sur sup­port papi­er plutôt que web.

Selon Mar­tyn Eustace, directeur de Two Sides, « cela indique qu’il y a encore une façon plus fon­da­men­tale et humaine dans laque­lle nous réagis­sons à la phys­i­cal­ité de l’im­pres­sion sur papi­er ». Cepen­dant, l’on pour­ra nuancer ce con­stat ; Mar­tyn Eustace en par­ti­c­uli­er a passé l’essen­tiel de sa car­rière dans des groupes papetiers, et, comme l’ex­plique son CV, Two Sides « racon­te l’his­toire selon laque­lle l’im­primé et le papi­er sont par­mi les matéri­aux les plus naturels que l’on utilise. L’im­primé a une effi­cac­ité fan­tas­tique, tant pour les études et l’é­d­u­ca­tion que comme pub­lic­ité ». Il est d’ailleurs régulière­ment inter­rogé dans les médias spé­cial­isés où il défend la cause du papi­er et sa nature écologique, bien que les impacts de cette indus­trie sont con­nus et font tou­jours des rav­ages, notam­ment dans les pays en voie de développe­ment.

Du reste, il n’ex­iste pas vrai­ment d’opin­ion tranchée sur l’ef­fi­cac­ité supérieure du papi­er sur le web ou inverse­ment. Inter­net Actu inter­ro­geait en 2009 plusieurs spé­cial­istes du sujet – psy­cho­logues, rédac­teurs de site web spé­cial­isés, sci­en­tifiques etc. Il en ressor­tait que c’était essen­tielle­ment le calme qui était prof­itable à l’ac­cep­tion des infor­ma­tions, qu’elles soient sur un sup­port web ou papi­er. Des chercheurs cal­i­forniens avaient égale­ment con­staté que la lec­ture sur le web stim­u­lait plus le cerveau du lecteur que la lec­ture papi­er.

Un con­stat sem­ble en revanche faire con­sen­sus : la lec­ture sur le web, basée sur le repérage de mots-clés, est plus sélec­tive. Une étude réal­isée en France sur un échan­til­lon de 1165 indi­vidus âgés de 18 à 65 ans pour le syn­di­cat de la presse sociale con­firme que le web est préféré par les lecteurs pour partager une infor­ma­tion avec son entourage, con­naître rapi­de­ment l’essen­tiel du sujet ou la réponse à une ques­tion pré­cise. Des résul­tats qui recoupent en par­tie ceux de l’é­tude com­man­ditée par les papetiers bri­tan­niques.

Crédit pho­to : Good­luz via Shut­ter­stock (DR)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).