Accueil | Actualités | Médias | Lyon Capitale dénonce une violation du secret des sources
Pub­lié le 5 novembre 2014 | Éti­quettes :

Lyon Capitale dénonce une violation du secret des sources

Dans son dernier numéro, le magazine Lyon Capitale dénonce une « violation délibérée du secret des sources » dont aurait été victime l'un de ses journalistes.

Le 12 avril dernier, un journaliste du mensuel assiste à une rencontre avec 4 de ses « sources » et un témoin sous X dans le cadre d'une information judiciaire en cours. Le témoin en question affirme, selon Lyon Capitale, avoir été instrumentalisé dans l'affaire dite des « ripoux de Vénissieux » dans le but de compromettre des policiers incriminés.

Le magazine explique que, ce jour-là, « une filature a été organisée et des photographies du rendez-vous ont été prises ». Selon le directeur de la publication, Didier Maïstro, les révélations entreprises par son journal « dérangeaient » le juge d'instruction et le Directeur départemental de la Sécurité publique (DDSP) du Rhône.

Le 9 octobre, le journaliste est convoqué au commissariat de Villeurbanne et ses quatre « sources » sont placées en garde-à-vue. « Quand nous avons reçu la convocation, nous sommes tombés des nues », a déclaré M. Maïsto. Et d'ajouter : « Face à ce genre de dérives, notre devoir est de dévoiler les faits. Le secret des sources n'est pas une coquetterie de journalistes. »

La convocation du journaliste ainsi que la garde à vue de ses « sources » s'inscrivent dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte fin juin pour « violences volontaires avec préméditation sans ITT » commise sur le témoin cité plus haut. Selon le parquet, cette enquête visait à déterminer si des protagonistes impliqués ou gravitant autour du dossier avaient pu se livrer à des « pressions pour l'amener à témoigner dans un certain sens ». « Il n'est pas question d'atteinte à la confidentialité des sources », a-t-il assuré.

Et de préciser que « le journaliste a été entendu d'ailleurs comme témoin, pour attester de la réalité de faits auxquels il a assisté et non pour ses sources ».

Pour le moment, Lyon Capitale n'envisage pas de porter plainte.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This