Accueil | Actualités | Médias | L’Express et le buzz négatif
Pub­lié le 22 novembre 2012 | Éti­quettes : ,

L’Express et le buzz négatif

L’objectif était clair : provoquer un « buzz négatif » autour de la une de son magazine. En titrant sur « Le vrai coût de l’immigration » (L’Express, 14 novembre 2012) avec, en illustration, une femme voilée devant une caisse d’allocations familiales, Christophe Barbier s’est attiré les foudres de sa rédaction. À l’occasion d’une Assemblée Générale organisée jeudi dernier par la Société Des Journalistes de l’hebdomadaire, ce dernier a dû expliquer son geste et ses motivations.

« Dans l’esprit des Français, c’est une immigration venue de la Méditerranée qui pose problème » a estimé le patron de la rédaction. Et ce dernier de poursuivre : « La société se droitise. L'Express ne peut pas se déconnecter de ce lectorat. La une cible les tripes. C'est à l'intérieur qu'on s'adresse aux cerveaux ». Car le contenu du dossier est bien à l’opposé de ce que le titre laisserait entendre. Un « buzz négatif » avoue Christophe Barbier qui reconnaît même se lancer dans « une course à l’échalote » avec les hebdomadaires concurrents. « On ne peut plus se permettre des couv' tièdes » renchérit-il.

Peu satisfaits de ces explications, les journalistes de L’Express sont repartis aussi perplexes qu’ils étaient arrivés.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This