Les très jeunes commencent à quitter Facebook

Télécharger en PDF

Le scandale Cambridge Analytica que nous avons décortiqué ici ne semble pas avoir affecté la santé économique du géant californien qui a gagné plus de cinq milliards de dollars sur le seul premier trimestre 2018. Mais les adolescents américains (13/17ans) semblent délaisser le réseau social.

L’analyse de Pew Research

Le centre américain a compilé des statistiques d’usage sur quatre ans, de 2014 à 2018. Les chiffres couvrent le continent nord américain. En 2014, 71% des adolescents concernés utilisaient le réseau social, ce chiffre est tombé à 51% en 2018. Sur cette classe d’âge, le réseau social n’est plus qu’en quatrième place derrière Snapchat, Instagram et YouTube (considéré comme un véritable réseau social).

Les difficultés de Newsfeed

Newsfeed, le fil de nouvelles de Facebook devient de plus en plus compliqué à gérer, entraînant un antagonisme entre la politique de maximisation des profits du réseau social et les préférences des utilisateurs. Chaque utilisateur aux Etats-Unis a généré en 2017 plus de cent dollars de revenus pour le réseau. Dan Zigmond, un des responsables de Newsfeed constate que l’utilisateur moyen peut avoir accès à 2000 posts par jour, mais ne pourra en survoler que 200. L’algorithme détermine ceux que vous pourriez aimer en fonction de votre usage passé.

Si le client (car l’utilisateur même s’il accède gratuitement est bien un client qui va générer des profits via la publicité ciblée) préfère les posts longs, il va à l’encontre de l’intérêt du réseau qui est basé sur le « clique et zappe ». L’accès à YouTube ou Instagram est différent : vous souscrivez à ce qui vous intéresse vraiment.

La menace économique : Facebook attire les moins riches

C’est bien connu, ce sont les CSP+ qui vous font gagner de l’argent. De ce point de vue YouTube a un meilleur profil pour ce qui concerne le niveau d’éducation et le revenu familial.

Cette analyse rapide ne signifie pas que les jours du bébé de Mark Zuckerberg sont comptés. Plus de six millions de sociétés font de la publicité sur le réseau social aux États-Unis. Mais cette tendance socio-économique et démographique souligne une faiblesse qui pourrait s’avérer dangereuse si elle s’accélérait.

Cet article doit beaucoup au blog de Frédéric Filloux, le Monday Note, qu’il en soit ici remercié.