Accueil | Actualités | Médias | Les revues de la CGT à la peine
Pub­lié le 28 septembre 2013 | Éti­quettes :

Les revues de la CGT à la peine

La Nouvelle société anonyme La Vie ouvrière, qui appartient à la CGT et édite La Nouvelle vie ouvrière, Ensemble et Le Peuple a enregistré en 2012 un résultat négatif de 650 000 euros pour un chiffre d'affaires de 7,5 millions d'euros. Le syndicat compte désormais sur une souscription organisée dans les fédérations pour éponger cette perte.

Revue phare de la CGT, La Nouvelle vie ouvrière a été fondée en 1909 par le militant syndicaliste révolutionnaire Pierre Monatte (1881-1960), proche un temps de Fernand Pelloutier et du mouvement anarchiste français duquel il s’est éloigné au moment de la création de la revue. Il rejoint le PCF en 1923 avant d’en être exclu un an plus tard et fonde alors la Révolution prolétarienne, revue qui existe toujours.

Crédit photo : capture d'écran couverture La Révolution prolétarienne

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This