Accueil | Actualités | Médias | Les quotidiens écossais en phase terminale ?
Pub­lié le 12 octobre 2012 | Éti­quettes :

Les quotidiens écossais en phase terminale ?

Le quotidien écossais « de référence » – The Scotsman, basé à Édimbourg – a rehaussé son prix de vente pour la deuxième fois cette année. De 85 pence l’an dernier, le prix est passé à 1 livre en janvier, puis à 1,10 livres ce mois-ci.

Cette décision, que d’aucuns qualifient de suicidaire, a été prise pour tenter de compenser le déclin constant des ventes du journal – un déclin qui n’a été brièvement stoppé qu’à l’occasion des Jeux Olympiques de Londres. Une étude toute récente a révélé que le site du journal avait désormais plus de lecteurs que le journal papier.

La situation n’est guère meilleure à 50 miles de là, à Glasgow. Le Herald, fondé en 1783, ce qui en fait un des plus vieux quotidiens de Grande-Bretagne, est également menacé. Plus que la survie immédiate de ces titres phares de la vie écossaise, ce qui est en cause c’est leur capacité à tenir leur rang auprès des grands titres londoniens, tout en couvrant les affaires écossaises de manière approfondie. Un paradoxe à l’heure où l’Écosse a confirmé son choix de mettre à sa tête le leader du Scottish National Party et où la question de l’indépendance est évoquée de plus en plus ouvertement.

Source : holdthefrontpage.co.uk

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux