Accueil | Actualités | Médias | Les médias d’information ont-ils cessé d’informer ?
Pub­lié le 1 juin 2015 | Éti­quettes :

Les médias d’information ont-ils cessé d’informer ?

Les grands médias d’information ont-ils définitivement cessé d’informer pour servir la doxa souhaitée par ceux qui les détiennent ? C’est en tout cas ce que pense l'essayiste Xavier Raufer qui pointe trois évènements récents dont ils ont fait l’impasse, dans un article du Nouvel Économiste (22-28/05/2015).

Il s’agit du profil des émeutiers anglais d’août 2011 que l’on connaît désormais grâce aux suites judiciaires données à cette affaire en Grande-Bretagne ; d’enquêtes officielles publiées au Colorado un an après la dépénalisation du cannabis et d’un rapport officiel sur la criminalisation des clients des prostituées en Suède.

Ces trois informations allant à rebours de l’idéologie dominante, laquelle persiste à voir dans les émeutiers des victimes, dans la dépénalisation de la drogue un bienfait et dans la criminalisation des clients de prostituées un progrès, le plus simple était donc de pas en parler.

Les "grands médias d'information" ont quasiment cessé d’informer ; de porter au public, à distance critique, les faits pertinents et vérifiés ; à partir bien sûr du réel constatable et non d’idéologiques lubies. Toujours plus, ces médias vendent la salade de leurs propriétaires libéraux-libertaires ; tout en vantant, à la Tartuffe, leurs “valeurs” et leur indépendance. Désormais, ces médias délaissent l’échange d’idées pour la brutale affirmation d’un “There Is No Alternative” (TINA) à la Thatcher. Qui s’oppose à cette ligne est noyé dans le silence.

Article intégral : lenouveleconomiste.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This