Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les débuts compliqués (et risqués) d’Africanews

25 avril 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Les débuts compliqués (et risqués) d’Africanews

Les débuts compliqués (et risqués) d’Africanews

Filiale d’Euronews SA, la chaîne Africanews a été lancée mercredi 20 avril avec pour but de couvrir tout le continent. Un projet aussi ambitieux que risqué.

Pour le moment, la rédac­tion est instal­lée à Pointe-Noire, cap­i­tale économique du Con­go. Celle-ci est bilingue, fran­coph­o­ne et anglo­phone, et compte une cinquante de jour­nal­istes de quinze nation­al­ités ain­si que 45 cor­re­spon­dants répar­tis sur le con­ti­nent. « Nous prévoyons de pro­duire une quar­an­taine de sujets par jour. Nous avons conçu Africanews comme une chaîne d’information en con­tinu qui soit général­iste avec un prisme économique assez fort. Nous n’avons pas vrai­ment de con­cur­rents, car notre ambi­tion est con­ti­nen­tale », a déclaré au Monde Michael Peters, prési­dent du direc­toire d’Euronews et prési­dent d’Africanews.

Bien que détenue à 100 % par Euronews SA, la chaîne a été lancée « sous une mar­que pro­pre (…) car cette chaîne est africaine ». Le siège défini­tif est tou­jours en con­struc­tion. C’est le Con­go, seul pays qui aurait rem­pli toutes les con­di­tions de respect de la lib­erté édi­to­ri­ale et ayant aidé à implanter les locaux, qui a été choisi. Le nou­v­el immeu­ble, flam­bant neuf, sera donc situé à Braz­zav­ille, cap­i­tale du pays. Il a été offert en « cadeau » par le régime du prési­dent Denis Sas­sou-Ngues­so, au pou­voir depuis plus de 32 ans.

Un cadeau sans con­trepar­tie ? Du côté de Michael Peters, on assure que oui. « Africanews est incon­testable­ment un atout pour le Con­go qui con­stru­it notre siège et nous aide sur le plan logis­tique, mais aus­si au niveau des douanes pour importer le matériel », explique-t-il. Et d’a­jouter : « Africanews est une société de droit con­go­lais, mais nous sommes libres d’aborder tous les sujets sans aucune ingérence dans notre ligne édi­to­ri­ale, c’est une con­di­tion claire dès le départ. »

Mal­gré tout, com­ment demeur­er indépen­dant et totale­ment libre dans un pays classé 115e au classe­ment mon­di­al de la lib­erté de la presse selon RSF et qui par­ticipe finan­cière­ment et matérielle­ment (siège, fibre optique…) au lance­ment ? C’est toute la ques­tion…

Depuis une quin­zaine de jours, l’ar­mée et la police con­go­lais­es par­ticipent à une opéra­tion mil­i­taire dans la région du Pool, entre Braz­zav­ille et Pointe-Noire. Pour l’heure, aucun jour­nal­iste n’a pu pénétr­er dans la zone. Du côté du régime, on explique qu’il s’ag­it d’opéra­tions menées con­tre des ban­des armées favor­ables à un ancien chef de guerre, le pas­teur Ntu­mi, décrit comme un « illu­miné ». Mais d’après Amnesty Inter­na­tion­al, les frappes aéri­ennes menées par l’ar­mée auraient tué de nom­breux civils et con­traint beau­coup d’autres à fuir.

Si Africanews venait à avoir des images du théâtre d’opéra­tion, il s’a­gi­rait d’un véri­ta­ble scoop. Or pas un arti­cle ne fig­ure sur le site de la chaîne, lancé depuis jan­vi­er dernier. « On n’a pas prévu d’envoyer des reporters dans le Pool pour l’instant, mais nous n’hésiterons pas à le faire si on le décide. L’objectif n’est pas de cou­vrir le Con­go en par­ti­c­uli­er, mais bien tout le con­ti­nent », tente de se jus­ti­fi­er Nathalie Wakam, rédac­trice en chef adjointe d’Africanews… peu con­va­in­cante.

Cepen­dant, celle-ci assure que le Con­go n’a pas par­ticipé directe­ment au finance­ment de la chaîne, qui repose sur la pub­lic­ité, et que « si notre ton ne plaît pas aux autorités con­go­lais­es, on con­tin­uera d’émettre. On s’est tout de même assurés de cela ». Quoi qu’il en soit, ce pro­jet qui se présente comme totale­ment indépen­dant ne con­va­inc pas grand monde, surtout du côté de la jeunesse con­go­laise de Braz­zav­ille, qui surnomme déjà la chaîne « Télé-Sas­sou ».

Dans ce con­texte com­pliqué, « Africanews pour­rait bien être l’un des défis édi­to­ri­aux par­mi les plus risqués – et les plus exci­tants – du con­ti­nent », con­clut Le Monde.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.