Accueil | Actualités | Médias | Le préfet d’Ille-et-Vilaine interpelle l’hebdomadaire Paysan Breton
Pub­lié le 10 novembre 2014 | Éti­quettes :

Le préfet d’Ille-et-Vilaine interpelle l’hebdomadaire Paysan Breton

Le préfet d'Ille-et-Vilaine estime que l'hebdomadaire Paysan Breton a publié un dessin « incitant clairement à la violence ».

Vendredi dernier, le journal proposait un dessin représentant un contrôleur européen ensanglanté, gisant à terre, une pioche plantée dans le crâne et une autre dans le dos, criblé de flèches, d'outils et d'une seringue. Face à ce cadavre, deux gendarmes en train d'expliquer à un agriculteur : « Non, Jan-Maï, que t'aies pété les plombs devant un contrôleur de Bruxelles, je comprends, et les tribunaux seront compréhensifs et indulgents... par contre : les armes ne sont plus aux normes européennes et ça, ça craint! »

Dans un courrier envoyé ce mercredi au directeur de Paysan Breton, le préfet d'Ille-et-Vilaine Patrick Strzoda estime que le dessin, « diffamatoire » envers les gendarmes, « incite clairement à la violence contre les fonctionnaires », dans un contexte où « les contrôleurs subissent de plus en plus d'agressions dans le cadre de leurs fonctions, alors que leurs missions consistent à faire respecter une réglementation d'intérêt général ».

Pour M. Strzoda, le dessin « exacerbe les tensions (...) et légitime des actes de violence isolés que l'écrasante majorité de la profession agricole réprouve ». La préfecture a rappelé que, en Ille-et-Vilaine, deux inspecteurs ont été agressés verbalement et un troisième physiquement lors de contrôles dans des exploitations.

Le préfet a en conséquence demandé au directeur de publication de préciser comment il entendait « réparer cette grave erreur de jugement », se réservant le droit « de donner toutes autres suites utiles à cet article inadmissible ».

Mercredi, les agriculteurs en colère ont manifesté dans tout le pays leur ras-le-bol des contrôles et des réglementations venus tout droit de Bruxelles. Pas sûr donc que la profession partage la position du préfet qui tente ici de parler en son nom...

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux