Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Le Monde change son titre après avoir qualifié Taubira de « bête noire »
Le Monde change son titre après avoir qualifié Taubira de « bête noire »

28 janvier 2016

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Le Monde change son titre après avoir qualifié Taubira de « bête noire »

Le Monde change son titre après avoir qualifié Taubira de « bête noire »

Le Monde change son titre après avoir qualifié Taubira de « bête noire »

Au lendemain de la démission de Christiane Taubira du ministère de la justice, les journaux ont largement traité le sujet, avec parfois des maladresses involontaires.

En pre­mier lieu, Le Monde a bien com­pris que le vocab­u­laire taubiresque était désor­mais sévère­ment bal­isé. Ain­si, comme le rap­porte Le Salon Beige, un arti­cle ini­tiale­ment inti­t­ulé « Chris­tiane Taubi­ra, égérie et bête noire » a été renom­mé en cat­a­stro­phe pour devenir : « Chris­tiane Taubi­ra, encen­sée et détestée ».

Ayant fait de la couleur de sa peau un puis­sant boucli­er con­tre les cri­tiques au cours de son man­dat, Chris­tiane Taubi­ra n’au­rait sans doute pas lais­sé passé cela, quand bien même cette expres­sion n’a évidem­ment rien à voir avec un quel­conque juge­ment raciste.

Mais en la matière, mieux vaut être pru­dent et les expres­sions de tous les jours ou même l’humour s’effacent devant la han­tise du racisme. Minute, con­damné pour avoir titré en cou­ver­ture « Maligne comme un singe, Taubi­ra retrou­ve la banane » ou encore le dessi­na­teur Miège, pour­suivi et relaxé pour avoir dess­iné un singe se plaig­nant d’avoir été « car­i­caturé en Mme Taubi­ra », pour­ront en témoigner…

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».