Le meilleur de l’Ojim en 2016

Télécharger en PDF

Pendant les fêtes, l’Ojim vous propose tous les jours de revivre les grands moments de l’année 2016 du point de vue de la critique des médias. Une année riche qui, notamment avec le Brexit et l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, a confirmé combien la plupart des médias ne respectaient plus la déontologie de base de leur métier et exerçaient désormais celui-ci, non pour informer, mais dans le seul but d’essayer de sauvegarder l’ordre établi qui craque de partout.

Une année qui a également vu la défiance vis-à-vis des journalistes continuer de grandir. Le grand fossé entre les « informants » et les « informés » n’a jamais été aussi béant et les peuples semblent désormais mettre un point d’honneur à aller dans la direction inverse à celle que leur indiquent les médias.

Mais cette année 2016 a également été marquée, bien sûr, par l’invasion migratoire que les médias, dans leur quasi-unanimité, continuent de présenter comme une chance pour l’Europe, en dépit des crises à répétition que crée cette arrivée massive.

Ainsi le viol de Maria par un réfugié qui a ébranlé l’Allemagne, quelques semaines avant l’attentat du marché de Noël de Berlin, a-t-il été soigneusement occulté par les médias français.

En Allemagne avec un probable réveil des Allemands avec une solide de gueule de bois, en Amérique avec l’investiture de Trump, en France avec l’élection présidentielle, l’année 2017 sera riche en évènements, donc en informations. Les médias vont-ils tirer les leçons du désastre des couvertures médiatiques du Brexit et de l’élection américaine ? Vont-ils se remettre en cause ? Vont-ils à l’inverse radicaliser leur position et tenter le tout pour le tout pour sauver le vieux monde dont ils bénéficient ? Soyez bien sûr que l’Ojim suivra tout cela de très près et continuera à jouer son rôle d’observatoire indépendant. N’oubliez pas que l’Ojim est un site 100% indépendant qui ne vit que de vos dons. Aidez-nous à remplir notre rôle d’Observatoire des médias, et à exercer librement notre critique du système médiatique. Tout don nous sera utile.