Accueil | Actualités | Médias | Le CSA veut la fin de la liberté sur Internet
Pub­lié le 1 novembre 2012 | Éti­quettes : ,

Le CSA veut la fin de la liberté sur Internet

Les Français connaissent plus ou moins le nom du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) mais ils ignorent que ce dernier doit disparaître pour fusionner avec l’Arcep (Autorité de régulation électronique et des postes, mais si ça existe, d’ailleurs vous allez en entendre parler). Sauf que le CSA défend sa peau en voulant celle de la liberté sur internet. Explications.

Le CSA a toujours été chagriné de la grande liberté régnant sur internet. La règle au moins implicite – et souvent explicite – du web 2.0, c’est la liberté sur la forme et le fond. Le CSA voué à la disparition veut gentiment entrainer avec lui la liberté d’expression sur la toile.

Reprenons les récentes déclarations du CSA. Il dégage deux objectifs de régulation des contenus sur Internet : « Le respect, par tous les contenus audiovisuels, des valeurs qui appartiennent au socle de notre République, comme la déontologie de l'information et des programmes, la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, la protection de l'enfance, ou encore la promotion de la culture française ». La protection de l’enfance a bon dos… Et sur le sujet de la « lex Google » : « La pérennité du financement de la création, grâce à l’application d’un principe à
généraliser, suivant lequel tout service tirant un revenu de l’exploitation de contenus
audiovisuels professionnels doit participer à leur financement » (soit via le prélèvement de taxes, soit par des obligations de co-financement de productions, par exemple).

Suivez mon regard : dans très peu de temps les « web télévisions » (accès à la télévision sur votre téléviseur mais via Internet avec une prise ethernet) vont se multiplier. Et le CSA veut avoir martinet en mains et trébuchet à la ceinture pour châtier les contrevenants. Circulez, y'a rien à voir…

Source : Numérama.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux