Accueil | Actualités | Médias | Le Chicago Sun-Times licencie tous ses photographes
Pub­lié le 3 juin 2013 | Éti­quettes :

Le Chicago Sun-Times licencie tous ses photographes

Le Chicago Sun-Times vient, ce jeudi 30 mai 2013, de licencier l’ensemble de ses photographes. Le groupe se justifie en parlant de son besoin de « restructurer la manière dont il gère sur son réseau le multimédia, y compris la photographie ».

Ainsi, ce sont désormais les journalistes eux-mêmes qui devront prendre des photos pour illustrer leurs articles, quand ceux-ci ne seront pas illustrés par « d’autres contenus multimédias ». Un changement de cap, sans doute lié à un plan d’économies, qui met sur le carreau 28 photographes, qui ont été convoqués ce jeudi pour apprendre la nouvelle.

Dans un communiqué, le Chicago Sun-Times s’explique : « Le Chicago Sun-Times continue à évoluer avec des clients aux importantes compétences en matière numérique. Le secteur dans lequel évolue le Chicago Sun-Times change rapidement et notre public est constamment à la recherche de plus de vidéos accompagnant leurs informations. Nous avons fait de grands progrès pour satisfaire cette demande et nous allons nous concentrer pour enrichir nos reportages avec des vidéos et d'autres éléments multimédias. »

Voir aussi : Photojournalisme précaire dans une presse en crise

Crédit photo : DR via frenchiphone.com

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This