Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

12 mars 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

Un OVNI s’apprête-t-il à faire son entrée dans la presse papier française ? C’est en tout cas ce que semble inspirer le projet d’Éric Fottorino, ancien directeur du Monde.

« Le 1 ». Tel est le nom, sim­ple et mys­térieux, du nou­v­el heb­do­madaire qu’il s’apprête, à 53 ans, à lancer, accom­pa­g­né de son ancien bras droit au quo­ti­di­en du soir, Lau­rent Greil­samer. Celui-ci paraî­tra chaque mer­cre­di, à par­tir du 9 avril. Il trait­era d’un seul sujet par numéro, éclairé par dif­férents points de vue d’écrivains, de chercheurs ou encore d’artistes, et aura pour but de « mieux com­pren­dre et ressen­tir le monde qui vient ».

Pour ani­mer cette « bête », une équipe resser­rée sera à l’œuvre : Loup Wolff, sta­tis­ti­cien et admin­is­tra­teur de l’In­see, Hélène Thi­ol­let, enseignante à Sci­ences Po, spé­cial­iste des rela­tions inter­na­tionales et des migra­tions, et Julien Clé­ment, doc­teur en anthro­polo­gie et directeur adjoint du départe­ment de la recherche et de l’en­seigne­ment au Musée du quai Bran­ly. Aus­si, chaque semaine, Louis Cheval­li­er, édi­teur chez Gal­li­mard, pro­posera une poésie, tan­dis qu’Ollivier Pour­riol met­tra en scène un texte philosophique sous forme de dia­logue.

Quelques grandes sig­na­tures fer­ont des con­tri­bu­tions ponctuelles. Les philosophes Edgar Morin et Élis­a­beth Bad­in­ter, les écrivains Erik Ors­en­na, Tahar Ben Jel­loun, Régis Debray et Boris Razon ain­si que l’an­cien pre­mier min­istre Michel Rocard fer­ont ain­si par­tie du comité édi­to­r­i­al. Bref, les mêmes qu’ailleurs… Aus­si, la direc­tion fera appel régulière­ment à des artistes, comme l’il­lus­tra­teur Jochen Gern­er, ou à des jour­nal­istes, tels que la jeune Manon Paulic.

Inter­rogé par l’AFP, Éric Fot­tori­no explique que « dans cette péri­ode de frag­men­ta­tion de l’in­fo, il faut redonner du sens, l’en­vie de décou­vrir et revenir à l’u­nité ». « Je con­sid­ère que la presse écrite, qui souf­fre de ses con­tenus, n’a pas dit son dernier mot. C’est une ques­tion d’of­fre », ajoute-t-il. Son « objet », comme il l’appelle, sera imprimé sur du « papi­er jour­nal de qual­ité ». Il pèsera 45 grammes et sera ven­du pour la somme de 2,80 euros, sans pub­lic­ité. Celui qui a dirigé Le Monde de 2008 à 2010 assure qu’il s’agit d’un « for­mat inédit dans la presse mon­di­ale ». Il sera lu « en moins d’une heure » car les gens n’ont «

plus beau­coup de temps », mais ils auront cepen­dant « envie de garder » ce bel objet, selon notre devin.

M. Fot­tori­no n’en dit pas plus, préférant entretenir le mys­tère sur cette « aven­ture de lec­ture » qu’il s’apprête à faire paraître. « Mon objec­tif et mon point d’équili­bre économique, c’est 30 000 exem­plaires, en kiosque ou par abon­nement », explique-t-il, alors que son jour­nal ne com­porte pour l’heure qu’un seul action­naire : Hen­ry Her­mand, 89 ans, qui a fait for­tune dans l’im­mo­bili­er com­mer­cial et finance le cer­cle de réflex­ion Ter­ra Nova, proche du PS.

« Pour moi, c’est une main ouverte qui s’adresse aux élites ouvertes. Les jour­naux don­nent de l’in­for­ma­tion, Le 1 don­nera de l’in­spi­ra­tion », con­clut-il. Le 9 avril, tout le mys­tère qui entoure cet OVNI peu com­mun sera levé, pour le meilleur ou pour le pire.

Voir notre infographie sur le groupe Le Monde

Voir également notre portrait d’Éric Fottorino

Crédit pho­to : Turb via Wikimé­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.