Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »
L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

12 mars 2014

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

L’ancien directeur du Monde lance un nouvel hebdo pour les « élites ouvertes »

Un OVNI s’apprête-t-il à faire son entrée dans la presse papier française ? C’est en tout cas ce que semble inspirer le projet d’Éric Fottorino, ancien directeur du Monde.

« Le 1 ». Tel est le nom, sim­ple et mys­térieux, du nou­v­el heb­do­madaire qu’il s’apprête, à 53 ans, à lancer, accom­pa­g­né de son ancien bras droit au quo­ti­di­en du soir, Lau­rent Greil­samer. Celui-ci paraî­tra chaque mer­cre­di, à par­tir du 9 avril. Il trait­era d’un seul sujet par numéro, éclairé par dif­férents points de vue d’écrivains, de chercheurs ou encore d’artistes, et aura pour but de « mieux com­pren­dre et ressen­tir le monde qui vient ».

Pour ani­mer cette « bête », une équipe resser­rée sera à l’œuvre : Loup Wolff, sta­tis­ti­cien et admin­is­tra­teur de l’In­see, Hélène Thi­ol­let, enseignante à Sci­ences Po, spé­cial­iste des rela­tions inter­na­tionales et des migra­tions, et Julien Clé­ment, doc­teur en anthro­polo­gie et directeur adjoint du départe­ment de la recherche et de l’en­seigne­ment au Musée du quai Bran­ly. Aus­si, chaque semaine, Louis Cheval­li­er, édi­teur chez Gal­li­mard, pro­posera une poésie, tan­dis qu’Ollivier Pour­riol met­tra en scène un texte philosophique sous forme de dialogue.

Quelques grandes sig­na­tures fer­ont des con­tri­bu­tions ponctuelles. Les philosophes Edgar Morin et Élis­a­beth Bad­in­ter, les écrivains Erik Ors­en­na, Tahar Ben Jel­loun, Régis Debray et Boris Razon ain­si que l’an­cien pre­mier min­istre Michel Rocard fer­ont ain­si par­tie du comité édi­to­r­i­al. Bref, les mêmes qu’ailleurs… Aus­si, la direc­tion fera appel régulière­ment à des artistes, comme l’il­lus­tra­teur Jochen Gern­er, ou à des jour­nal­istes, tels que la jeune Manon Paulic.

Inter­rogé par l’AFP, Éric Fot­tori­no explique que « dans cette péri­ode de frag­men­ta­tion de l’in­fo, il faut redonner du sens, l’en­vie de décou­vrir et revenir à l’u­nité ». « Je con­sid­ère que la presse écrite, qui souf­fre de ses con­tenus, n’a pas dit son dernier mot. C’est une ques­tion d’of­fre », ajoute-t-il. Son « objet », comme il l’appelle, sera imprimé sur du « papi­er jour­nal de qual­ité ». Il pèsera 45 grammes et sera ven­du pour la somme de 2,80 euros, sans pub­lic­ité. Celui qui a dirigé Le Monde de 2008 à 2010 assure qu’il s’agit d’un « for­mat inédit dans la presse mon­di­ale ». Il sera lu « en moins d’une heure » car les gens n’ont «

plus beau­coup de temps », mais ils auront cepen­dant « envie de garder » ce bel objet, selon notre devin.

M. Fot­tori­no n’en dit pas plus, préférant entretenir le mys­tère sur cette « aven­ture de lec­ture » qu’il s’apprête à faire paraître. « Mon objec­tif et mon point d’équili­bre économique, c’est 30 000 exem­plaires, en kiosque ou par abon­nement », explique-t-il, alors que son jour­nal ne com­porte pour l’heure qu’un seul action­naire : Hen­ry Her­mand, 89 ans, qui a fait for­tune dans l’im­mo­bili­er com­mer­cial et finance le cer­cle de réflex­ion Ter­ra Nova, proche du PS.

« Pour moi, c’est une main ouverte qui s’adresse aux élites ouvertes. Les jour­naux don­nent de l’in­for­ma­tion, Le 1 don­nera de l’in­spi­ra­tion », con­clut-il. Le 9 avril, tout le mys­tère qui entoure cet OVNI peu com­mun sera levé, pour le meilleur ou pour le pire.

Voir notre infographie sur le groupe Le Monde

Voir également notre portrait d’Éric Fottorino

Crédit pho­to : Turb via Wikimé­dia (cc)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.