Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La revue Conflits en kiosque
Publié le 

2 avril 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | La revue Conflits en kiosque

La revue Conflits en kiosque

Annoncée depuis plusieurs mois et très attendue, la revue trimestrielle de géopolitique Conflits livre son premier numéro daté d’avril-mai-juin 2014. Conçu avant l’annexion de la Crimée par la Russie, le sommaire de ce numéro un est consacré à l’Eurasisme (« Eurasisme, le grand dessein de Poutine »). La revue arrive ainsi à point nommé pour éclairer l’actualité internationale en fournissant des analyses approfondies que les médias traditionnels, dans leur grande majorité, ont malheureusement renoncé à produire, au profit de réactions sentimentales et manichéennes.

Piloté par l’universitaire Pas­cal Gau­chon, fon­da­teur du fes­ti­val de géopoli­tique de Greno­ble, la nou­velle revue se pro­pose d’exposer « les faits et les réflex­ions » per­me­t­tant au lecteur « de com­pren­dre le monde » où il vit, par le biais d’une géopoli­tique cri­tique priv­ilé­giant « le temps long » et « les hori­zons loin­tains », mais aus­si une « géopoli­tique des réal­ités » : « Ce n’est pas que nous ne croyions ni au bien ni au mal, mais il n’est pas sain de mélanger les ordres et de con­fon­dre les bons sen­ti­ments et la poli­tique », écrit Pas­cal Gau­chon dans un édi­to­r­i­al pro­gram­ma­tique. « Le véri­ta­ble sujet d’étude de la géopoli­tique, c’est l’antagonisme sous toutes ses formes […] ain­si que les équili­bres que ces rival­ités finis­sent par génér­er, et qui restent tou­jours frag­iles », rap­pelle l’universitaire qui ajoute : « Nos com­pa­tri­otes ont ten­dance à oubli­er cette réal­ité. Nous sommes là pour la rap­pel­er ». Nul hasard donc au nom don­né à la revue.

Le dossier con­sacré à l’Eurasisme rap­pelle ain­si que la guerre froide, dont on annonce aujourd’hui la résur­gence, ne s’était somme toute jamais inter­rompue. La poli­tique des États-Unis, « d’une remar­quable con­ti­nu­ité depuis 1991 » est en effet de tout faire pour isol­er la Russie et empêch­er l’unité de l’Eurasie, inac­cept­able pour elle, en faisant entr­er dans « le sys­tème euro-atlan­tique » les pays de l’ancienne URSS, et en par­ti­c­uli­er l’Ukraine, et ce, avec le sou­tien de l’Union européenne. Dès la chute de l’URSS, le poli­to­logue améri­cain d’origine polon­aise Zbig­niev Brzezin­s­ki encour­ageait son pays à isol­er la Russie, perçue comme une men­ace, et à faire ren­tr­er dans « le sys­tème euro-atlan­tique » les pays de l’ancienne URSS. En décem­bre 2012, Hillary Clin­ton affir­mait encore sa volon­té de « ralen­tir ou empêch­er » le proces­sus d’unification con­duit par la Russie, proces­sus qui avait déjà con­duit à une union douanière entre la Russie, la Biélorussie et le Kaza­khstan, effec­tive depuis le 1er jan­vi­er 2012. L’Eurasie ne serait alors qu’une réplique à l’atlantisme des États-Unis et de Brux­elles. Un des (nom­breux) mérites de ce dossier est de rap­pel­er une vérité que l’on a ten­dance à oubli­er : la réal­ité géo­graphique fon­da­men­tale de l’Eurasie est celle de la con­ti­nu­ité ter­ri­to­ri­ale (« la grande plaine d’Europe du Nord se déploie sans rup­ture sen­si­ble de la Flan­dre à la Moscovie ») ; bref, la Russie est en Europe… con­traire­ment aux États-Unis qu’un océan sépare d’elle. Or, « selon la “loi d’airain” de la dis­tance, nous sommes, par la force des choses, plus sol­idaires de nos voisins que du reste du monde ». La stratégie d’expansion atlantiste de l’Union européenne, fondée sur une instru­men­tal­i­sa­tion des droits de l’homme, témoigne ain­si d’une dépoli­ti­sa­tion de l’Union qui va con­tre ses pro­pres intérêts… mais pas con­tre ceux des États-Unis qui, prof­i­tant de la « lâcheté » (Jacques Attali) de ses dirigeants ecto­plas­miques (Van Rompuy et Ash­ton) l’instrumentalise de manière évi­dente.

Un entre­tien avec le géo­graphe Yves Lacoste, fon­da­teur de la revue Hérodote et précurseur de l’étude de la géopoli­tique en France ; un arti­cle sur le choc des reli­gions en Afrique ; un autre sur la géopoli­tique de l’ordre teu­tonique, des chroniques, des por­traits et des cri­tiques de livre achèvent de ren­dre cette jeune revue immé­di­ate­ment indis­pens­able à tous ceux qui dés­espèrent de voir le monde expliqué par les amuseurs du « Grand Jour­nal » de Canal+, surtout lorsque ces derniers se moquent de la pro­pa­gande des médias russ­es après avoir tran­quille­ment servi leur pro­pre pro­pa­gande atlantiste…

Crédit pho­to : DR www.revueconflits.com

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Emmanuel Goldstein

PORTRAIT — Il n’est ni jour­nal­iste, ni directeur de jour­nal, ni même mag­nat de la presse et pour­tant il exerce une influ­ence con­sid­érable sur les médias, directe et indi­recte. Por­trait d’un homme de réseau.

Audrey Crespo-Mara

PORTRAIT — Aupar­a­vant jour­nal­iste de sec­onde main, Audrey Cre­spo-Mara est dev­enue pro­gres­sive­ment, par la force des choses, une « femme de », celle de Thier­ry Ardis­son, avant de touch­er le grand pub­lic en devenant le jok­er de Claire Chaz­al aux jour­naux du week-end sur TF1.

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision