Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La France aurait versé 18 millions de dollars pour libérer ses journalistes

28 avril 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | La France aurait versé 18 millions de dollars pour libérer ses journalistes

La France aurait versé 18 millions de dollars pour libérer ses journalistes

28 avril 2014

Temps de lecture : < 1 minute

C’est désormais un classique : des otages français sont libérés, l’État affirme n’avoir versé aucune rançon… avant qu’un journal ne révèle le contraire.

Une fois de plus, ce scé­nario se répète suite à la récente libéra­tion des jour­nal­istes retenus en otage en Syrie. Selon l’heb­do­madaire alle­mand Focus, 18 mil­lions de dol­lars ont été ver­sés par la France aux ravis­seurs. Cet argent aurait été ver­sé aux ser­vices secrets turcs afin qu’ils assurent la trans­ac­tion, affirme le jour­nal qui cite des sources proches de l’OTAN.

Focus ajoute égale­ment que, selon des experts de l’OTAN, l’es­pi­onnage français a été infor­mé dès le début de la prise d’o­tage du lieu de déten­tion des qua­tre jour­nal­istes, mais a renon­cé à une inter­ven­tion armée pour les libér­er en rai­son des com­bats qui sec­ouent la Syrie.

Pour­tant, comme à son habi­tude, le prési­dent français avait assuré, le 20 avril dernier, que la France ne « payait pas de rançon ». « C’est un principe très impor­tant pour que les pre­neurs d’o­tages ne puis­sent être ten­tés d’en ravir d’autres. Tout est fait par des négo­ci­a­tions, des dis­cus­sions », avait-il affir­mé. Mais là encore, il est sérieuse­ment per­mis de douter de cette version.

Lire aussi notre article : Après la libération des otages, la politique de la France en question

Crédit pho­to : mar­cov­dz via Flickr (cc)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés