Accueil | Actualités | Médias | J’étais Charlie : un dessinateur poursuivi par Anne Hidalgo
Pub­lié le 7 avril 2015 | Éti­quettes :

J’étais Charlie : un dessinateur poursuivi par Anne Hidalgo

Selon le site Riposte Laïque, une plainte a été déposée par la maire de Paris Anne Hidalgo contre le dessinateur Ri7.

Contacté par les policiers, le directeur de publication du site a été enjoint de révéler l'identité de l'auteur d'un dessin présentant la maire de Paris en train de lécher les babouches d'un musulman en tenue traditionnelle. « Le 9 juillet, le maire de Paris, violant les principes laïques, commémorait le ramadan à la mairie, continuant l’œuvre de son mentor Bertrand Delanoë. D’où ce dessin », justifie Riposte Laïque.

J'étais Charlie : un dessinateur poursuivi par Anne Hidalgo

J'étais Charlie : un dessinateur poursuivi par Anne Hidalgo

Et de rappeler les postures d'Anne Hidalgo en janvier suite à l'attaque contre Charlie Hebdo. « La liberté d'expression, la liberté de la presse, sont des droits fondamentaux sur lesquels nos démocraties ne transigeront jamais », déclarait-elle sur Twitter après avoir fait du journal satirique un citoyen d'honneur de la ville de Paris.

« Et c’est cette femme qui ose déposer plainte contre ce dessin de Ri7, sous le prétexte qu’il constituerait une injure à sa personne ! », peste Riposte Laïque, qui rappelle également que pendant que le fils Bedos est acquitté après avoir qualifié Marine Le Pen de « salope fascisante », Jean Roucas est quant à lui viré de son théâtre suite à un tweet contre François Hollande et Manuel Valls…

Autre symbole d'un deux-poids-deux-mesure évident et d'un esprit Charlie éphémère, l’acharnement judiciaire contre un autre dessinateur, David Miège, poursuivi pour avoir dessiné un singe se plaignant d'avoir été comparé à Christiane Taubira.

Photo en une : crédit partisocialiste via Flcikr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This