Accueil | Actualités | Médias | Irak : Quand BHL refuse de faire monter un journaliste dans son véhicule blindé
Pub­lié le 26 octobre 2016 | Éti­quettes :

Irak : Quand BHL refuse de faire monter un journaliste dans son véhicule blindé

Après son reportage sur la Libye et son film « Peshmerga », Bernard-Henri Lévy prépare un nouveau chef d’œuvre cinématographie sur la bataille de Mossoul.

À cette occasion, il s'est rendu, en véhicule blindé, aux environs de la cité irakienne que l'armée tente de reprendre aux jihadistes depuis le 17 octobre. Le philosophe aurait alors croisé un journaliste qu'il aurait refusé de faire monter dans son véhicule. « J'ai croisé BHL sur le front à l'est de Mossoul. Il a refusé que je rentre dans son véhicule blindé alors que j'étais à découvert », a en effet tweeté Wilson Fache, journaliste indépendant basé en Irak, qui collabore notamment à l'AFP, la RTBF, CNN ou encore Lorient le Jour.

BHL avait-il intérêt à ne pas trop s'étendre sur sa présence auprès d'un journaliste ? Pourtant, sur son site La Règle du jeu, la présence du philosophe dans la région est évoquée. Ce dernier, nous dit-on, est « retourné au Kurdistan irakien pour préparer un deuxième long métrage qui s’intitulera "La bataille de Mossoul". Très proche du président kurde, Massoud Barzani, BHL s’est rendu cette semaine sur la ligne de front contre Daech, dans un blindé, pour participer à une offensive avec les chefs militaires des peshmergas ».

Reste à s'armer de patience avant la sortie du nouveau film béachélien qui, espère-t-on, montrera les péripéties courageuses et la classe éternelle de l'homme à la chemise blanche, dont cet épisode n'est qu'un avant-goût.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This