Accueil | Actualités | Médias | Irak : Quand BHL refuse de faire monter un journaliste dans son véhicule blindé
Pub­lié le 26 octobre 2016 | Éti­quettes :

Irak : Quand BHL refuse de faire monter un journaliste dans son véhicule blindé

Après son reportage sur la Libye et son film « Peshmerga », Bernard-Henri Lévy prépare un nouveau chef d’œuvre cinématographie sur la bataille de Mossoul.

À cette occasion, il s'est rendu, en véhicule blindé, aux environs de la cité irakienne que l'armée tente de reprendre aux jihadistes depuis le 17 octobre. Le philosophe aurait alors croisé un journaliste qu'il aurait refusé de faire monter dans son véhicule. « J'ai croisé BHL sur le front à l'est de Mossoul. Il a refusé que je rentre dans son véhicule blindé alors que j'étais à découvert », a en effet tweeté Wilson Fache, journaliste indépendant basé en Irak, qui collabore notamment à l'AFP, la RTBF, CNN ou encore Lorient le Jour.

BHL avait-il intérêt à ne pas trop s'étendre sur sa présence auprès d'un journaliste ? Pourtant, sur son site La Règle du jeu, la présence du philosophe dans la région est évoquée. Ce dernier, nous dit-on, est « retourné au Kurdistan irakien pour préparer un deuxième long métrage qui s’intitulera "La bataille de Mossoul". Très proche du président kurde, Massoud Barzani, BHL s’est rendu cette semaine sur la ligne de front contre Daech, dans un blindé, pour participer à une offensive avec les chefs militaires des peshmergas ».

Reste à s'armer de patience avant la sortie du nouveau film béachélien qui, espère-t-on, montrera les péripéties courageuses et la classe éternelle de l'homme à la chemise blanche, dont cet épisode n'est qu'un avant-goût.

Crédit photo : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.