Accueil | Actualités | Médias | Invasion migratoire : les médias tombent le masque
Pub­lié le 11 septembre 2015 | Éti­quettes :

Invasion migratoire : les médias tombent le masque

S'ils le faisaient déjà de manière officieuse, voici désormais que certains grands journaux européens affichent clairement la couleur.

Mercredi 9 septembre, 12 quotidiens ont en effet lancé un appel direct aux dirigeants des États-membres à « agir pour aider les réfugiés » : Libération (France), El País (Espagne), i (Grande-Bretagne), Aftonbladet (Suède), Information (Danemark), Morgenbladet (Norvège), Dennik N (Slovaquie), La Repubblica (Italie), Gazeta Wyborcza (Pologne), Nepszabadsag (Hongrie), Kathimerini (Chypre), The Independant (Grande-Bretagne), Die Zeit (Allemagne).

Pour tous ces titres, « l’Europe en fait trop peu, trop tard ». Face à cette « catastrophe humanitaire », qui n'est en aucun cas une invasion migratoire généralisée, il convient donc de montrer que l'Europe « est un continent uni bâti sur les principes de solidarité, d’égalité et de liberté ».

En vue de la réunion des ministres des États-membres de l'UE le 14 septembre prochain, les signataires souhaitent les « exhorter à saisir l’opportunité qui se présente à eux et à agir résolument pour gérer cette tragédie humanitaire et empêcher que d’autres vies ne soient perdues ». Mais pour empêcher cela, pas question évidemment de durcir le ton aux frontières afin de stopper cet afflux grandissant.

Il convient plutôt, selon ces quotidiens, de permettre aux « réfugiés » de demander l'asile sans venir en Europe, d'organiser l'accueil dans les pays aux frontières de l'UE, de suspendre les accords de Dublin qui renvoient les demandeurs d’asile à leur premier point d’entrée en Europe, de soutenir une répartition « plus équitable » des migrants parmi les États, d'augmenter les aides pour les pays du Moyen-Orient, et de tenter de résoudre le conflit syrien.

« Nos dirigeants doivent faire preuve de courage et de perspicacité s’ils ne veulent pas échouer à cette épreuve à laquelle est soumise notre civilisation européenne commune. Nous devons agir, et nous devons agir maintenant », concluent les signataires.

Ce qu'ils omettent de dire, c'est que les « réfugiés » en question ne cherchent pas à gagner l'Europe pour faire une demande d'asile. Ils cherchent à gagner l'Europe pour y rester, de gré ou de force, et pas toujours pour les raisons qui nous sont présentées dans ces mêmes journaux...

Crédit photo : RookCreations via Shutterstock

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux