Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Invasion migratoire : les médias tombent le masque

11 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Invasion migratoire : les médias tombent le masque

Invasion migratoire : les médias tombent le masque

S’ils le faisaient déjà de manière officieuse, voici désormais que certains grands journaux européens affichent clairement la couleur.

Mer­cre­di 9 sep­tem­bre, 12 quo­ti­di­ens ont en effet lancé un appel direct aux dirigeants des États-mem­bres à « agir pour aider les réfugiés » : Libéra­tion (France), El País (Espagne), i (Grande-Bre­tagne), Afton­bladet (Suède), Infor­ma­tion (Dane­mark), Mor­gen­bladet (Norvège), Den­nik N (Slo­vaquie), La Repub­bli­ca (Ital­ie), Gaze­ta Wybor­cza (Pologne), Nep­sz­abad­sag (Hon­grie), Kathimeri­ni (Chypre), The Inde­pen­dant (Grande-Bre­tagne), Die Zeit (Alle­magne).

Pour tous ces titres, « l’Europe en fait trop peu, trop tard ». Face à cette « cat­a­stro­phe human­i­taire », qui n’est en aucun cas une inva­sion migra­toire général­isée, il con­vient donc de mon­tr­er que l’Eu­rope « est un con­ti­nent uni bâti sur les principes de sol­i­dar­ité, d’égalité et de liberté ».

En vue de la réu­nion des min­istres des États-mem­bres de l’UE le 14 sep­tem­bre prochain, les sig­nataires souhait­ent les « exhort­er à saisir l’opportunité qui se présente à eux et à agir résol­u­ment pour gér­er cette tragédie human­i­taire et empêch­er que d’autres vies ne soient per­dues ». Mais pour empêch­er cela, pas ques­tion évidem­ment de dur­cir le ton aux fron­tières afin de stop­per cet afflux grandissant.

Il con­vient plutôt, selon ces quo­ti­di­ens, de per­me­t­tre aux « réfugiés » de deman­der l’asile sans venir en Europe, d’or­gan­is­er l’ac­cueil dans les pays aux fron­tières de l’UE, de sus­pendre les accords de Dublin qui ren­voient les deman­deurs d’asile à leur pre­mier point d’entrée en Europe, de soutenir une répar­ti­tion « plus équitable » des migrants par­mi les États, d’aug­menter les aides pour les pays du Moyen-Ori­ent, et de ten­ter de résoudre le con­flit syrien.

« Nos dirigeants doivent faire preuve de courage et de per­spi­cac­ité s’ils ne veu­lent pas échouer à cette épreuve à laque­lle est soumise notre civil­i­sa­tion européenne com­mune. Nous devons agir, et nous devons agir main­tenant », con­clu­ent les signataires.

Ce qu’ils omet­tent de dire, c’est que les « réfugiés » en ques­tion ne cherchent pas à gag­n­er l’Eu­rope pour faire une demande d’asile. Ils cherchent à gag­n­er l’Eu­rope pour y rester, de gré ou de force, et pas tou­jours pour les raisons qui nous sont présen­tées dans ces mêmes journaux…

Crédit pho­to : RookCre­ations via Shutterstock

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.