Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Interpellés pour chantage auprès du roi du Maroc, les deux journalistes se disent piégés

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

31 août 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Interpellés pour chantage auprès du roi du Maroc, les deux journalistes se disent piégés

Interpellés pour chantage auprès du roi du Maroc, les deux journalistes se disent piégés

Temps de lecture : 2 minutes

Nous évoquions dernièrement le chantage supposé exercé par deux journalistes à l’encontre du roi du Maroc. Dans un entretien accordé au Parisien après sa mise en examen, la journaliste Catherine Graciet, collaboratrice d’Éric Laurent dans cette affaire, assure être « tombée dans un piège ».

Affir­mant n’avoir « jamais voulu faire chanter qui que ce soit », cette dernière explique que c’est bien le palais roy­al qui aurait pro­posé de l’ar­gent pour empêch­er la paru­tion du livre à charge, créant de ce fait une ten­ta­tion cer­taine. Selon elle, à son retour de vacances, son con­frère Éric Lau­rent lui a appris que l’av­o­cat de Mohammed VI lui avait « pro­posé 3 mil­lions d’eu­ros con­tre la non-paru­tion du livre ».

Lors d’un sec­ond ren­dez-vous, l’av­o­cat aurait main­tenu sa propo­si­tion. C’est à l’is­sue du troisième et dernier ren­dez-vous que Mme Gra­ci­et a été inter­pel­lée en com­pag­nie d’Éric Lau­rent pour ten­ta­tive de chan­tage et d’ex­tor­sion de fonds.

D’après ses dires, c’est pour­tant tout l’in­verse qui est arrivé : l’av­o­cat du roi leur a remis 40 000 euros d’a­vance à cha­cun après avoir fixé son offre à 2 mil­lions d’eu­ros. Une somme qu’elle a accep­té. « J’ai eu un accès de faib­lesse… C’est humain, non ? », avance-t-elle avant de regret­ter : « On ne m’a même pas lais­sé la chance de regret­ter, de voir ce que j’al­lais faire après. Mais je me suis fait la promesse que notre livre sortira. »

De son côté, Éric Lau­rent a égale­ment assure égale­ment avoir été « piégé ». Dans Le Monde, ce dernier con­fie avoir suc­com­bé à la ten­ta­tion par « peur » des retombées de cette enquête. « On se dis­ait quelles seront les con­séquences ? La propo­si­tion que l’on m’a faite me parais­sait être un com­pro­mis (…) Désta­bilis­er un régime à tra­vers un ouvrage dans un con­texte géopoli­tique très par­ti­c­uli­er, cela ne me parais­sait pas une bonne idée. Mon inter­locu­teur est arrivé au bon moment. Il a su exploiter cela. Puis il m’a piégé. Vous pou­vez ne pas le croire, mais c’est lui qui m’a piégé », con­clut-il.