Accueil | Actualités | Médias | Indonésie : ouverture du procès des deux journalistes français
Pub­lié le 22 octobre 2014 | Éti­quettes :

Indonésie : ouverture du procès des deux journalistes français

Thomas Dandois et Valentine Bourrat, les deux journalistes français arrêtés en Indonésie, ont vu leur procès s'ouvrir ce lundi 20 octobre devant un tribunal de Papouasie.

Ces derniers avaient été arrêtés le 6 août pour avoir effectué un reportage pour Arte sans autorisation sur des rebelles séparatistes de Papouasie. Aujourd'hui, ils sont jugés pour « usage abusif de visa d'entrée ». En effet, les deux journalistes étaient entrés en Indonésie avec un visa touristique plutôt qu'un visa de journaliste avec autorisation.

« Les deux prévenus savaient qu'ils n'avaient pas le droit d'utiliser un visa de touriste pour effectuer des activités journalistiques en Indonésie, et qu'ils devaient obtenir un permis journalistique du gouvernement indonésien », a rappelé le procureur Sukanda.

De son côté, l'ONG Human rights watch a accusé les autorités indonésiennes de « faire obstacle à toute couverture médiatique indépendante de la province de Papouasie » en exigeant des autorisations spéciales qui sont rarement accordées aux journalistes, et que ceux qui en obtenaient une étaient « systématiquement suivis de près ». « La chape de plomb posée par le gouvernement indonésien sur la couverture médiatique de la Papouasie a pour résultat que pour les étrangers, faire du journalisme dans la province est considéré comme une activité criminelle », a ajouté HRW.

Du côté de la défense des journalistes, ont estime que l'acte d'accusation de « seulement deux pages » n'est « pas sérieux » et on espère une expulsion au plus vite. Les deux reporters risquent, selon la loi indonésienne, une peine pouvant aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux