Accueil | Actualités | Médias | Indonésie : ouverture du procès des deux journalistes français
Pub­lié le 22 octobre 2014 | Éti­quettes :

Indonésie : ouverture du procès des deux journalistes français

Thomas Dandois et Valentine Bourrat, les deux journalistes français arrêtés en Indonésie, ont vu leur procès s'ouvrir ce lundi 20 octobre devant un tribunal de Papouasie.

Ces derniers avaient été arrêtés le 6 août pour avoir effectué un reportage pour Arte sans autorisation sur des rebelles séparatistes de Papouasie. Aujourd'hui, ils sont jugés pour « usage abusif de visa d'entrée ». En effet, les deux journalistes étaient entrés en Indonésie avec un visa touristique plutôt qu'un visa de journaliste avec autorisation.

« Les deux prévenus savaient qu'ils n'avaient pas le droit d'utiliser un visa de touriste pour effectuer des activités journalistiques en Indonésie, et qu'ils devaient obtenir un permis journalistique du gouvernement indonésien », a rappelé le procureur Sukanda.

De son côté, l'ONG Human rights watch a accusé les autorités indonésiennes de « faire obstacle à toute couverture médiatique indépendante de la province de Papouasie » en exigeant des autorisations spéciales qui sont rarement accordées aux journalistes, et que ceux qui en obtenaient une étaient « systématiquement suivis de près ». « La chape de plomb posée par le gouvernement indonésien sur la couverture médiatique de la Papouasie a pour résultat que pour les étrangers, faire du journalisme dans la province est considéré comme une activité criminelle », a ajouté HRW.

Du côté de la défense des journalistes, ont estime que l'acte d'accusation de « seulement deux pages » n'est « pas sérieux » et on espère une expulsion au plus vite. Les deux reporters risquent, selon la loi indonésienne, une peine pouvant aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This