Accueil | Actualités | Médias | Immigration : le syndicat des journalistes britanniques dresse une liste des termes à éviter
Pub­lié le 3 juin 2014 | Éti­quettes :

Immigration : le syndicat des journalistes britanniques dresse une liste des termes à éviter

Dans une note publiée récemment, le syndicat des journalistes du Royaume-Uni (NUJ) appelle la profession à la prudence quant à l'utilisation de termes liés à l'origine, la race ou plus généralement à l'immigration.

Ainsi, le NUJ prévient : « N’employez pas de termes tels que "faux" demandeur d’asile, ou demandeur d’asile "bidon", ou immigré "illégal" ou "clandestin". Préférez demandeur d’asile "refusé" ou "débouté". Pour les personnes dont le visa a expiré, le terme le plus juste sera "sans papiers" ou en séjour "irrégulier". » Ailleurs, de grands journaux comme le Los Angeles Times ou encore l'agence Associated Press recommandent également d'éviter le terme « immigrant illégal ».

Mais le National Union of Journalists ne s'arrête pas là. Celui-ci estime que « les attitudes racistes et la montée des partis d’extrême droite constituent une menace pour la démocratie, les droits des organisations syndicales, des médias libres et l’égalité raciale ». Il revient ainsi aux journalistes la « responsabilité » de « mettre fin au racisme exprimé dans les médias ».

Concernant tout ce qui touche à l'origine ou à la race, des directives claires sont formulées. Par exemple, le NUJ recommande : « Ne mentionnez jamais la race d’une personne sauf si l’information est pertinente. » Et pour encourager les journalistes à la neutralité, le syndicat leur demande de s'interroger : « Vérifiez bien : auriez-vous mentionné la race si la personne était blanche ? »

Les journalistes britanniques devront aussi « éviter les mots qui sont aujourd’hui considérés comme offensants. Demandez aux gens comment ils se définissent. Vérifiez si une personne s’identifie comme métisse ou noire ». Enfin, ces derniers ont l'interdiction d'utiliser des « termes émotionnellement chargés ou comportant un jugement de valeur, tels que "invasion" d’immigrés ».

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This