L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France 5 contre la fabrique du mensonge. Épisode 3, Vaccins : les rumeurs ne meurent jamais

29 avril 2019

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | France 5 contre la fabrique du mensonge. Épisode 3, Vaccins : les rumeurs ne meurent jamais

France 5 contre la fabrique du mensonge. Épisode 3, Vaccins : les rumeurs ne meurent jamais

29 avril 2019

Temps de lecture : 5 minutes

Les deux premiers épisodes de la série de France 5 prétendument consacrée aux infox, « le brexit » et « l’ombre russe », montrent comment les médias officiels fabriquent la vérité qu’ils veulent promouvoir. La « fabrique du mensonge » se penchait aussi sur les vaccins en ce même 31 mars 2019. Analyse, épisode 3.

Con­sacré au rôle sup­posé de Pou­tine, dont il est affir­mé qu’il inter­viendrait dans le proces­sus élec­toral des démoc­ra­ties, l’épisode 2 se ter­mi­nait par une scène croustil­lante, avec le recul : indi­quant que la Russie était « déjà inter­v­enue » dans ce proces­sus « dans le passé », avec en toile de fond une image noc­turne de la mai­son blanche, pour que nous com­pre­nions bien les « liens » entre Trump et Pou­tine, le doc­u­men­taire pro­duit sa pro­pre infox. Ce lien est juste­ment passé à la trappe depuis. Un exem­ple con­cret des obses­sions des médias offi­ciels, obses­sions telles que les jour­nal­istes de ces médias ne s’aperçoivent plus com­bi­en ils font le jeu de ce qu’ils pré­ten­dent com­bat­tre, la « fab­rique du menonge » juste­ment. Ce 31 mars 2019, après deux épisodes directe­ment poli­tiques, France 5 entraîne ses audi­teurs vers un sujet qu’ils con­nais­sent moins : les vaccins.

Tu seras un Vacciné, mon fils (Kipling, relu par l’OJIM)

Les indices qui accusent selon France 5 :

  • Le doc­u­men­taire part d’un arti­cle du Monde, dont le sérieux n’est pas dou­teux, paru le 20 décem­bre 2017, qui clas­sait « les dix prin­ci­pales fake news » dif­fusées sur Face­book, par­mi elle « une vieille rumeur selon laque­lle il y aurait un lien entre vac­ci­na­tion et autisme ». Le doc­u­men­taire revient aux orig­ines sup­posées de la rumeur, fin 1990 : « l’histoire de l’une des plus gross­es escro­queries sci­en­tifiques de l’histoire de la médecine » qui con­cerne à la fois l’autisme et la rouge­ole, le vac­cin con­tre cette dernière mal­adie, entre autres, le vac­cin ROR, ayant été con­sid­éré comme cause de l’autisme. Notons que cette fake news a été pub­liée la pre­mière fois dans le pres­tigieux jour­nal médi­cal, The Lancet, autrement dit : c’est en pre­mier lieu le monde offi­ciel de l’information qui pro­duit la source de cette infox.
  • Il n’y a pas d’opinion con­cer­nant les vac­cins mais « des mil­i­tants anti vac­cins ».
  • « retour sur une rumeur sans fin aux con­séquences bien réelles qui aura per­mis à une mal­adie élim­inée de faire son retour en France ». Cette phrase est intéres­sante en avril 2019, mois où la presse mon­di­ale prévient juste­ment du développe­ment d’une épidémie de rouge­ole à l’échelle mon­di­ale, épidémie jamais vue depuis très longtemps et dont l’ampleur mon­tre, out­re le fait que la France n’est pas seule con­cernée, que cela ne saurait être le fait de sim­ples infox dif­fusées dans le monde riche. La mal­adie fait en effet son retour mais elle ne le fait pas seule­ment en France, et pas unique­ment par le biais des réseaux sociaux.
  • une enquête jour­nal­is­tique menée durant plusieurs mois et pub­liée dans le Times mon­tre que le médecin à l’origine de la rumeur du lien entre autisme et rouge­ole, sci­en­tifique peu scrupuleux, aurait en réal­ité « des intérêts financiers qu’il a caché au grand pub­lic ». Il est donc heureux qu’un média sérieux enquête. L’homme avait breveté un vac­cin unique con­tre la rouge­ole. Il est peut-être cra­puleux donc, cepen­dant cela ne répond pas à la ques­tion essen­tielle : que vaut la théorie pub­liée par une revue telle que The Lancet ? Pourquoi ne pas inter­roger les gens de cette revue ?
  • La respon­s­abil­ité la plus impor­tante dans la dif­fu­sion de cette théorie revient aux réseaux soci­aux, lesquels sont la nou­velle orig­ine du mal car dans ce monde : « le men­songe est plus facile à ven­dre que la vérité ». Pour­tant, l’histoire humaine n’est-elle pas pleine de rumeurs, et ce bien avant les réseaux sociaux ?
  • 10 ans après la mise en œuvre de la théorie sur le ROR, le médecin respon­s­able est con­sid­éré comme mal­hon­nête et est présen­té comme un mon­stre. « Il se pose cepen­dant en défenseur de la vérité ». La revue The Lancet se rétracte alors et ban­nit l’étude. Le médecin est radié, des études ont prou­vé la faus­seté de la théorie. Peu importe, le médecin con­cerné fait de l’argent aux États-Unis, où nait… l’alt right, « la droite extrême améri­caine, mou­ve­ment à même de dif­fuser ses théories ».
  • La boucle se boucle alors, pour un sujet qui était annon­cé comme « non poli­tique », France 5 comme tous les médias offi­ciels retombe tou­jours sur ses pieds, c’est-à-dire sur ceux de qui ne pense pas selon le poli­tique­ment cor­rect et peut être nom­mé « alt right » ou « droite extrême ». Quels sont les médias qui dif­fuseraient alors la fausse infor­ma­tion d’un lien entre autisme et ROR ? Ceux de « la réin­for­ma­tion » qui défendraient des théories « du com­plot ».

Notons que la théorie est tout de même « partagée par Don­ald Trump », dont il ne nous est cepen­dant pas dit si il a été infor­mé dans ce domaine par Pou­tine ou pas.

Le théoricien de la fausse rumeur dif­fuse celle-ci par un film, Vaxxed, sor­ti en 2016 et soutenu sur tous les réseaux sociaux.

En France ? Il y aurait un Pro­fesseur, Luc Mon­tanier, prix Nobel, un détail donc, qui dis­cute avec l’auteur de la théorie. L’homme qui a décou­vert le VIH en 1983 et un « des chefs de file des anti vac­cins en France ». Ce n’est pas n’importe qui mais cela n’interpelle pas l’auteur du doc­u­men­taire, qui ne va pas jusqu’à… lui don­ner la parole. L’auteur est pour­tant jour­nal­iste et prob­a­ble­ment déten­teur d’une carte de presse ?

La rumeur « ROR = autisme » remonte sur les réseaux soci­aux et « une déci­sion poli­tique va la faire explos­er en 2017 : la déci­sion de ren­dre 11 vac­cins oblig­a­toires, dont le triple vac­cin ROR ». La mort d’une jeune fille de 16 ans de la rouge­ole entraîne la déci­sion de présen­ter puis vot­er la loi. Nous n’aurons pas plus d’informations sur la jeune fille ni sur le con­texte de sa mort. Ce con­texte n’est pour­tant pas anodin : elle ne pou­vait pas être vac­cinée. Pourquoi ne pas le dire ? Par peur que l’utilisation d’un cas par­ti­c­uli­er à des fins de démon­stra­tion générale se voit trop ?

La droite extrême, le com­plot, Trump, les réseaux soci­aux, des médias qui n’en seraient pas, la vérité en ce dernier domaine appar­tenant aux médias qui se sont auto­proclamés comme vrais, des infor­ma­tions don­nées au compte-goutte par un doc­u­men­taire qui ne pense pas son sujet mais ne vise qu’à nous assén­er sa vérité… Le rythme est bien huilé et jamais le reporter ne donne de parole con­tra­dic­toire, pour­tant base de toute enquête de presse. La théorie com­bat­tue n’est jamais véri­fiée, les idées défendues par Mon­tanier non plus. La parole est à la min­istre de la san­té qui veut remet­tre « de l’ordre sci­en­tifique » dans cette his­toire, ain­si qu’aux pro-vac­cins : et Mon­tanier ? Il dés­in­forme « en per­ma­nence ».

Pour l’OJIM, la ques­tion n’est pas de savoir qui a rai­son mais de s’interroger sur la façon dont France 5 fait dans ce cas aus­si un doc­u­men­taire unique­ment à charge. Notons que France 5 n’enquête pas plus loin au sujet de la méfi­ance à l’égard des vac­cins, par exem­ple dans les com­mu­nautés issues de Mai 68, en Europe et aux États-Unis. Dans ce cas pré­cis, c’est touche pas à mon pote anti vac­cin hip­pie. Une autre chose éton­nante pour­tant : le doc­u­men­taire ne s’interroge pas plus sur l’année de la grippe H1N1, de l’apocalypse annon­cée dans tous les médias et sur tous les écrans, du « manque » de vac­cins, de la néces­sité de les pro­duire en masse et de vac­cin­er d’urgence tous les enfants, tous les élèves du sec­ondaire, avant que le pire arrive mais… qui n’arriva pas. Hors de toute infox en somme. Évidem­ment, toute parole qui trou­verait que cela a pu ren­flouer les caiss­es de cer­tains lab­o­ra­toires phar­ma­ceu­tiques ou qui aurait trou­vé éton­nant qu’une min­istre de la san­té soit une anci­enne cadre, par­fois con­sid­érée comme « lob­by­iste », de plusieurs de ces lab­o­ra­toires ne sera qu’infox, intox, fake news, rumeur com­plo­tiste pour faire « bouh ! ».

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés