Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France 5 contre la fabrique du mensonge. Épisode 3, Vaccins : les rumeurs ne meurent jamais

29 avril 2019

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | France 5 contre la fabrique du mensonge. Épisode 3, Vaccins : les rumeurs ne meurent jamais

France 5 contre la fabrique du mensonge. Épisode 3, Vaccins : les rumeurs ne meurent jamais

Les deux premiers épisodes de la série de France 5 prétendument consacrée aux infox, « le brexit » et « l’ombre russe », montrent comment les médias officiels fabriquent la vérité qu’ils veulent promouvoir. La « fabrique du mensonge » se penchait aussi sur les vaccins en ce même 31 mars 2019. Analyse, épisode 3.

Con­sacré au rôle sup­posé de Pou­tine, dont il est affir­mé qu’il inter­viendrait dans le proces­sus élec­toral des démoc­ra­ties, l’épisode 2 se ter­mi­nait par une scène croustil­lante, avec le recul : indi­quant que la Russie était « déjà inter­v­enue » dans ce proces­sus « dans le passé », avec en toile de fond une image noc­turne de la mai­son blanche, pour que nous com­pre­nions bien les « liens » entre Trump et Pou­tine, le doc­u­men­taire pro­duit sa pro­pre infox. Ce lien est juste­ment passé à la trappe depuis. Un exem­ple con­cret des obses­sions des médias offi­ciels, obses­sions telles que les jour­nal­istes de ces médias ne s’aperçoivent plus com­bi­en ils font le jeu de ce qu’ils pré­ten­dent com­bat­tre, la « fab­rique du menonge » juste­ment. Ce 31 mars 2019, après deux épisodes directe­ment poli­tiques, France 5 entraîne ses audi­teurs vers un sujet qu’ils con­nais­sent moins : les vac­cins.

Tu seras un Vacciné, mon fils (Kipling, relu par l’OJIM)

Les indices qui accusent selon France 5 :

  • Le doc­u­men­taire part d’un arti­cle du Monde, dont le sérieux n’est pas dou­teux, paru le 20 décem­bre 2017, qui clas­sait « les dix prin­ci­pales fake news » dif­fusées sur Face­book, par­mi elle « une vieille rumeur selon laque­lle il y aurait un lien entre vac­ci­na­tion et autisme ». Le doc­u­men­taire revient aux orig­ines sup­posées de la rumeur, fin 1990 : « l’histoire de l’une des plus gross­es escro­queries sci­en­tifiques de l’histoire de la médecine » qui con­cerne à la fois l’autisme et la rouge­ole, le vac­cin con­tre cette dernière mal­adie, entre autres, le vac­cin ROR, ayant été con­sid­éré comme cause de l’autisme. Notons que cette fake news a été pub­liée la pre­mière fois dans le pres­tigieux jour­nal médi­cal, The Lancet, autrement dit : c’est en pre­mier lieu le monde offi­ciel de l’information qui pro­duit la source de cette infox.
  • Il n’y a pas d’opinion con­cer­nant les vac­cins mais « des mil­i­tants anti vac­cins ».
  • « retour sur une rumeur sans fin aux con­séquences bien réelles qui aura per­mis à une mal­adie élim­inée de faire son retour en France ». Cette phrase est intéres­sante en avril 2019, mois où la presse mon­di­ale prévient juste­ment du développe­ment d’une épidémie de rouge­ole à l’échelle mon­di­ale, épidémie jamais vue depuis très longtemps et dont l’ampleur mon­tre, out­re le fait que la France n’est pas seule con­cernée, que cela ne saurait être le fait de sim­ples infox dif­fusées dans le monde riche. La mal­adie fait en effet son retour mais elle ne le fait pas seule­ment en France, et pas unique­ment par le biais des réseaux soci­aux.
  • une enquête jour­nal­is­tique menée durant plusieurs mois et pub­liée dans le Times mon­tre que le médecin à l’origine de la rumeur du lien entre autisme et rouge­ole, sci­en­tifique peu scrupuleux, aurait en réal­ité « des intérêts financiers qu’il a caché au grand pub­lic ». Il est donc heureux qu’un média sérieux enquête. L’homme avait breveté un vac­cin unique con­tre la rouge­ole. Il est peut-être cra­puleux donc, cepen­dant cela ne répond pas à la ques­tion essen­tielle : que vaut la théorie pub­liée par une revue telle que The Lancet ? Pourquoi ne pas inter­roger les gens de cette revue ?
  • La respon­s­abil­ité la plus impor­tante dans la dif­fu­sion de cette théorie revient aux réseaux soci­aux, lesquels sont la nou­velle orig­ine du mal car dans ce monde : « le men­songe est plus facile à ven­dre que la vérité ». Pour­tant, l’histoire humaine n’est-elle pas pleine de rumeurs, et ce bien avant les réseaux soci­aux ?
  • 10 ans après la mise en œuvre de la théorie sur le ROR, le médecin respon­s­able est con­sid­éré comme mal­hon­nête et est présen­té comme un mon­stre. « Il se pose cepen­dant en défenseur de la vérité ». La revue The Lancet se rétracte alors et ban­nit l’étude. Le médecin est radié, des études ont prou­vé la faus­seté de la théorie. Peu importe, le médecin con­cerné fait de l’argent aux États-Unis, où nait… l’alt right, « la droite extrême améri­caine, mou­ve­ment à même de dif­fuser ses théories ».
  • La boucle se boucle alors, pour un sujet qui était annon­cé comme « non poli­tique », France 5 comme tous les médias offi­ciels retombe tou­jours sur ses pieds, c’est-à-dire sur ceux de qui ne pense pas selon le poli­tique­ment cor­rect et peut être nom­mé « alt right » ou « droite extrême ». Quels sont les médias qui dif­fuseraient alors la fausse infor­ma­tion d’un lien entre autisme et ROR ? Ceux de « la réin­for­ma­tion » qui défendraient des théories « du com­plot ».

Notons que la théorie est tout de même « partagée par Don­ald Trump », dont il ne nous est cepen­dant pas dit si il a été infor­mé dans ce domaine par Pou­tine ou pas.

Le théoricien de la fausse rumeur dif­fuse celle-ci par un film, Vaxxed, sor­ti en 2016 et soutenu sur tous les réseaux soci­aux.

En France ? Il y aurait un Pro­fesseur, Luc Mon­tanier, prix Nobel, un détail donc, qui dis­cute avec l’auteur de la théorie. L’homme qui a décou­vert le VIH en 1983 et un « des chefs de file des anti vac­cins en France ». Ce n’est pas n’importe qui mais cela n’interpelle pas l’auteur du doc­u­men­taire, qui ne va pas jusqu’à… lui don­ner la parole. L’auteur est pour­tant jour­nal­iste et prob­a­ble­ment déten­teur d’une carte de presse ?

La rumeur « ROR = autisme » remonte sur les réseaux soci­aux et « une déci­sion poli­tique va la faire explos­er en 2017 : la déci­sion de ren­dre 11 vac­cins oblig­a­toires, dont le triple vac­cin ROR ». La mort d’une jeune fille de 16 ans de la rouge­ole entraîne la déci­sion de présen­ter puis vot­er la loi. Nous n’aurons pas plus d’informations sur la jeune fille ni sur le con­texte de sa mort. Ce con­texte n’est pour­tant pas anodin : elle ne pou­vait pas être vac­cinée. Pourquoi ne pas le dire ? Par peur que l’utilisation d’un cas par­ti­c­uli­er à des fins de démon­stra­tion générale se voit trop ?

La droite extrême, le com­plot, Trump, les réseaux soci­aux, des médias qui n’en seraient pas, la vérité en ce dernier domaine appar­tenant aux médias qui se sont auto­proclamés comme vrais, des infor­ma­tions don­nées au compte-goutte par un doc­u­men­taire qui ne pense pas son sujet mais ne vise qu’à nous assén­er sa vérité… Le rythme est bien huilé et jamais le reporter ne donne de parole con­tra­dic­toire, pour­tant base de toute enquête de presse. La théorie com­bat­tue n’est jamais véri­fiée, les idées défendues par Mon­tanier non plus. La parole est à la min­istre de la san­té qui veut remet­tre « de l’ordre sci­en­tifique » dans cette his­toire, ain­si qu’aux pro-vac­cins : et Mon­tanier ? Il dés­in­forme « en per­ma­nence ».

Pour l’OJIM, la ques­tion n’est pas de savoir qui a rai­son mais de s’interroger sur la façon dont France 5 fait dans ce cas aus­si un doc­u­men­taire unique­ment à charge. Notons que France 5 n’enquête pas plus loin au sujet de la méfi­ance à l’égard des vac­cins, par exem­ple dans les com­mu­nautés issues de Mai 68, en Europe et aux États-Unis. Dans ce cas pré­cis, c’est touche pas à mon pote anti vac­cin hip­pie. Une autre chose éton­nante pour­tant : le doc­u­men­taire ne s’interroge pas plus sur l’année de la grippe H1N1, de l’apocalypse annon­cée dans tous les médias et sur tous les écrans, du « manque » de vac­cins, de la néces­sité de les pro­duire en masse et de vac­cin­er d’urgence tous les enfants, tous les élèves du sec­ondaire, avant que le pire arrive mais… qui n’arriva pas. Hors de toute infox en somme. Évidem­ment, toute parole qui trou­verait que cela a pu ren­flouer les caiss­es de cer­tains lab­o­ra­toires phar­ma­ceu­tiques ou qui aurait trou­vé éton­nant qu’une min­istre de la san­té soit une anci­enne cadre, par­fois con­sid­érée comme « lob­by­iste », de plusieurs de ces lab­o­ra­toires ne sera qu’infox, intox, fake news, rumeur com­plo­tiste pour faire « bouh ! ».

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.