Accueil | Actualités | Médias | Dupont Aignan dévoile en direct les pressions reçues de Serge Dassault (Figaro)
Pub­lié le 18 juillet 2017 | Éti­quettes : , , ,

Dupont Aignan dévoile en direct les pressions reçues de Serge Dassault (Figaro)

[Rediffusions estivales 2017 – article publié initialement le 22/04/2017]

Jeudi soir, lors de l'émission « 15 minutes pour convaincre » sur France 2, où il était invité en tant que candidat à la présidentielle, Nicolas Dupont Aignan a voulu dénoncer l'hypocrisie démocratique de cette élection en dévoilant des SMS reçus de Serge Dassault, propriétaire du Figaro.

Le président de Debout la France n'en est pas à son coup d'essai. Lors du premier débat organisé par TF1, il avait déjà dénoncé sa non-invitation au profit des seuls 5 candidats plébiscités par les sondages. Par la suite, il avait déjà affirmé avoir reçu des SMS de pression de la part des soutiens de François Fillon, l'exhortant à rejoindre le candidat LR.

Ce jeudi soir, Dupont Aignan a donc décidé d'aller plus loin en révélant les SMS envoyés par « un grand patron de presse français, industriel, au service d'un candidat », autrement dit : Serge Dassault, propriétaire du Figaro et soutien de François Fillon (ce que Dupont Aignan a confirmé à Marianne).

« Je veux lire pour que les Français sachent ce qu'il y a derrière les coulisses et pourquoi notre démocratie ne fonctionne plus », a-t-il déclaré. Voici l'échange entre les deux hommes qui a été lu par le candidat, en direct sur France 2 :

« - Le boycott de mon journal n'est que la conséquence de ton attitude contre Fillon et ce n'est pas restant dans ton coin que tu y arriveras mais en étant dans une équipe gouvernementale. Il vaut mieux manger une soupe que du pain rassis.
- Je suis scandalisé que tu assumes ce boycott.
- Cela n'arrivera plus quand tu cesseras de combattre Fillon.
- C'est de la censure.
- Si tu changes d'avis, il n'y aura plus de censure, je te le promets. »

Nicolas Dupont-Aignan n'en est pas resté là. Au fil de son entretien, ce dernier a également dénoncé les « médias détenus par des puissances d'argent », mais aussi les « inégalités de temps de parole » entre les candidats. Et celui-ci d'interroger : « Est-ce que vous croyez que M. Macron aurait eu toutes ces couvertures de magazine pendant des mois s'il ne servait pas des intérêts ? Tous les Français ont compris qu'il y avait un candidat chouchou ! »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This