Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Drones au-dessus des centrales nucléaires : où sont les journalistes ?

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

24 novembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Drones au-dessus des centrales nucléaires : où sont les journalistes ?

Drones au-dessus des centrales nucléaires : où sont les journalistes ?

Temps de lecture : 2 minutes

Les jour­nal­istes ne sem­blent pas très curieux d’en savoir plus sur les mys­térieux sur­vols des cen­trales nucléaires par des « drones » dont pas une seule pho­to n’a pour lors été publiée.

La docil­ité dont font preuve la presse et les médias dans l’ig­no­rance, après les sur­vols répétés de cen­trales nucléaires, laisse pan­tois les ana­lystes en com­mu­ni­ca­tion. Comme le soulig­nait récem­ment, dans Atlanti­co, l’écrivain Chris­t­ian Com­baz il ne s’ag­it pas de savoir qui sur­v­ole les cen­trales depuis plus d’un mois mais pourquoi tout le monde fait sem­blant de trou­ver nor­mal qu’il n’y ait aucune pho­to, aucun enreg­istrement radar, aucun traçage mag­né­tique, aucun bal­is­age radio vers l’émet­teur du sig­nal de télé­com­mande, alors que ce sont les endroits les plus sur­veil­lés de France.

Per­son­ne n’ayant de réponse à don­ner, per­son­ne ne pose la question.

De deux choses l’une : ou personne n’a rien photographié, enregistré, détecté, et c’est extrêmement inquiétant pour la sécurité intérieure du pays, ou personne n’a rien voulu publier, et c’est préoccupant pour notre démocratie médiatique.

Le plus endurant de ces fameux drones a volé 45 min­utes par un vent de 70 kilo­mètres heure. Deman­dez aux spé­cial­istes si c’est pos­si­ble, ils vous riront au nez — en privé. Per­son­ne ne s’in­ter­roge sur le fait qu’EDF et la gen­darmerie aient par­lé d’en­gins « pou­vant être assim­ilés à des drones ». Pourquoi cette for­mu­la­tion bizarre ? Le Jour­nal du dimanche, L’Ex­press, Le Figaro, se sont-ils posés la question ?

Seule la revue Nexus a osé le faire. Les forums d’a­ma­teurs d’OVNI com­men­cent à recon­naître, à flair­er le type de cen­sure qui est à l’œu­vre, et qu’ils ont cou­tume de dénon­cer. Ils voient dans l’é­tour­derie de la presse et des pou­voirs publics une sorte d’aveu en creux : quand on par­le de drones avec une telle una­nim­ité, on s’arrange, après le sur­vol de 13 cen­trales (cer­taines vis­itées trois fois de suite) pour mon­tr­er au moins UNE pho­to floue. On l’at­tend tou­jours. Quand la rédac­tion de l’OJIM la recevra, promis, elle la dif­fusera aussitôt…

Crédit pho­to : tro­ta­paramos via Flickr (cc)

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés