Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dossier : Le Huffington Post, du site alternatif à la défense de la doxa libérale [rediffusion]

10 août 2015

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Dossiers | Dossier : Le Huffington Post, du site alternatif à la défense de la doxa libérale [rediffusion]

Dossier : Le Huffington Post, du site alternatif à la défense de la doxa libérale [rediffusion]

Ini­tiale­ment pub­lié le 16/04/2015

Créé en 2005 aux États-Unis par Arianna Huffington, Kenneth Lerer et Jonah Peretti, le Huffington Post (HP) est un journal d’information gratuit diffusé uniquement sur internet. Dès son lancement le site devient un véritable rival des médias en place. Il est alors alimenté par une centaine de journalistes rémunérés et des milliers d’internautes et de blogueurs travaillant gratuitement.

Arianna Huffington en 2012. Crédit photo : D. Shankbone (cc)

Ari­an­na Huff­in­g­ton en 2012. Crédit pho­to : D. Shankbone (cc)

D’un média de gauche alter­na­tive, le Huff­in­g­ton Post va aban­don­ner ses préoc­cu­pa­tions « sociales » au fur et à mesure de son avène­ment pour défini­tive­ment tourn­er le dos aux class­es laborieuses lors de son rachat par AOL en 2012.

Le HP ne se con­tente pas de pro­duire de l’information mais reprend très large­ment le con­tenu d’autres sites. Il s’agit générale­ment d’éléments à même de faire du « buzz » (car c’est bien le buzz qui per­met à ce média de se dévelop­per) : peo­ple, scan­dales, images chocs ou à car­ac­tère sex­uel…

Le mod­èle Huff­in­g­ton Post répond à 3 types de pro­duc­tion d’information : les arti­cles gra­tu­its de mil­liers d’internautes et blogueurs, la reprise d’informations pro­pre à la polémique ou au voyeurisme et les arti­cles des jour­nal­istes pro­fes­sion­nels du HP.

La plate-forme infor­ma­tive prof­ite large­ment de blogueurs et de per­son­nal­ités qui s’associent bénév­ole­ment au pro­jet : Bill Clin­ton, Michael Moore, Dominique Strauss-Kahn ou encore Bernard-Hen­ri Lévy (pour le seul site améri­cain).

Origine et lancement

Infographie : le Huffington Post

Info­gra­phie à télécharg­er

En 2005 Ari­an­na Huff­in­g­ton fonde le site The Huff­in­g­ton Post : il est alors basé sur l’interactivité entre les inter­nautes et les jour­nal­istes. Il fonc­tionne rapi­de­ment et revendique un esprit de gauche alternative/antilibérale.

L’initiative la plus mar­quante du site a lieu en 2009 quand Ari­an­na Huff­in­g­ton organ­ise un din­er avec des per­son­nal­ités de la presse au cours duquel sera lancé le mou­ve­ment « Move Your Mon­ey » qui pro­pose aux améri­cains de retir­er leur argent des six prin­ci­pales ban­ques états-uni­ennes, accusées d’être trop puis­santes, au prof­it de ban­ques de prox­im­ité ou de caiss­es de crédit à but non lucratif.

Les sirènes d’AOL

Le virage libéral du site a lieu en 2011 quand Ari­an­na Huff­in­g­ton décide de ven­dre le HP au géant AOL (qu’elle esti­mait cor­rompu 7 ans aupar­a­vant). Une trans­ac­tion entre 300 et 315 mil­lions de dol­lars dont la jour­nal­iste a récupéré 7% (plus de 20 mil­lions de dol­lars). Le géant améri­cain sup­prime 950 postes en Inde et aux États-Unis.

Ari­an­na Huff­in­g­ton déclare alors que son jour­nal en ligne est à la fois une entre­prise de presse et une plate-forme col­lab­o­ra­tive. Une manière d’utiliser des col­lab­o­ra­teurs gra­tu­ite­ment tout en récoltant des béné­fices. C’est à ce moment qu’elle déclare que « nous vivons un âge d’or du jour­nal­isme ».

Ce développe­ment ful­gu­rant ne sera pas sans con­séquences sur la ligne édi­to­ri­ale du site. D’une pos­ture poli­tique de gauche alter­na­tive, le HP va devenir un relais d’opinion libéral-pro­gres­siste.

Dopé par la force de frappe du géant AOL, le Huff­in­g­ton Post va s’exporter. Il est aujourd’hui présent dans 14 pays et y ren­con­tre partout un très large suc­cès.

Début 2011, le HP compte 25 mil­lions de vis­i­teurs uniques par mois con­tre 1 mil­lion en 2007. Il entre dans le club très fer­mé des 10 sites d’informations les plus fréquen­tés d’Amérique.

Si le rachat sus­cite une décep­tion pour une par­tie des inter­nautes, il s’inscrit dans un proces­sus voulu par Anna Huff­in­g­ton. Dès 2008, l’éditorialiste avait exprimé vouloir dépass­er le cli­vage gauche-droite pour touch­er un plus large pan­el de lecteurs. Qui dit plus de lecteurs dit plus de revenus pub­lic­i­taires et c’est désor­mais la course aux béné­fices qui va diriger la ligne édi­to­ri­ale. Pour Rod­ney Ben­son, Pro­fesseur de soci­olo­gie à la New York Uni­ver­si­ty, le HP a « une approche essen­tielle­ment com­mer­ciale de l’actualité et une dépen­dance qua­si-totale de la pub­lic­ité » (source).

La ligne édi­to­ri­ale orig­inelle du site, défense les salariés face aux grands groupes améri­cains et à la finance mon­di­al­isée, se dés­in­téresse pro­gres­sive­ment des con­flits soci­aux au prof­it d’éléments d’information moins cli­vant comme les déboires de Justin Bieber ou les dernières frasques de Brit­ney Spears. En 2011 les con­tenus poli­tiques n’attirent plus que 15% des lecteurs con­tre 50% un an plus tôt. Le fonc­tion­nement par­tic­i­patif n’est pour sa part pas mod­i­fié et de nom­breux con­tribu­teurs par­ticipent tou­jours gra­tu­ite­ment à l’aventure, avec pour seule rétri­bu­tion la célébrité qui découle de la paru­tion d’un arti­cle pour le site.

Attaquée par d’anciens blogueurs et jour­nal­istes du HP qui appel­lent à la grève des con­tenus, Ari­an­na Huff­in­g­ton répon­dra « Allez‑y, faites la grève, per­son­ne ne s’en apercevra ! ».

Exportation en France

Groupe Lagardère : téléchargez l'infographie

Groupe Lagardère : téléchargez l’in­fo­gra­phie

En France, avant sa trans­for­ma­tion en 2012, le Huff­in­g­ton Post était Le Post, un site d’information issu de la Société Anonyme Le Monde et du groupe Lagardère. Suite au parte­nar­i­at signé par Le Monde inter­ac­t­if, Le Post s’arrête et devient Le Huff­in­g­ton Post. Après avoir remer­cié une par­tie de ses col­lab­o­ra­teurs, une page se tourne pour le site défici­taire qui ren­tre à présent dans l’air du média de masse améri­cain.

Dès 2011, Ari­an­na Huff­in­g­ton avait jeté son dévolu sur Anne Sin­clair pour ani­mer le HP France (lance­ment début 2012) en rem­place­ment du Post. Elle con­fi­ait avoir appré­cié le tra­vail de bloggeuse d’Anne Sin­clair lors de son pas­sage à Wash­ing­ton. La ren­con­tre s’est faite par l’intermédiaire de Louis Drey­fus (prési­dent du direc­toire du Monde) et Matthieu Pigasse (pro­prié­taire et prési­dent des Inrock­upt­ibles et action­naire du Monde).

Groupe Le Monde : téléchargez l'infographie

Groupe Le Monde : téléchargez l’in­fo­gra­phie

En France, le site ren­con­tre très rapi­de­ment le suc­cès : suivi par plus de 400 000 inter­nautes via Face­book et par près de 500 000 per­son­nes sur Twit­ter, où le HP est très présent. On peut y lire régulière­ment des arti­cles de Julien Dray, Alain Jakubow­icz, Corinne Lep­age, Jack Lang ou Bernard-Hen­ri Lévy, et plusieurs dizaines de per­son­nal­ités et jour­nal­istes, majori­taire­ment de gauche. Le HP est égale­ment proche des prin­ci­paux dirigeants des antennes de Radio France qui ont pub­lié une tri­bune cosignée après le mou­ve­ment de grève de mars/avril 2015.

Une ver­sion blog du HP reprend les arti­cles du site dans une ver­sion moins dense. Proche de Sci­ence Po où sont for­més de nom­breux jour­nal­istes, le HP s’est asso­cié à cette insti­tu­tion dans le cadre d’un pro­gramme de recherche pour « pro­mou­voir des pro­jets de recherche inno­vant […] et con­tribuer au débat pub­lic ». En 2014 les deux entités ont égale­ment organ­isé con­join­te­ment un forum pour les élec­tions munic­i­pales à Paris.

Sci­ence Po a d’ailleurs son pro­pre site d’actualité, sciencepost.fr, copie con­forme de citizenpost.fr, et fab­riqué sur le même mod­èle que le Huff­in­g­ton Post.

Un grand fourre-tout

En terme esthé­tique, le site du Huff­in­g­ton Post est indé­ni­able­ment une réus­site. Agréable à regarder, facile à utilis­er, il per­met d’accéder très facile­ment tant aux con­tenus vidéo qu’aux arti­cles édi­to­ri­aux.

En une l’article phare, générale­ment poli­tique, représente naturelle­ment l’actualité jugée la plus impor­tante du moment, avec tou­jours un dou­ble ou triple titre accrocheur, ren­voy­ant à un ou deux arti­cle sur le sujet.

Le site est ensuite divisé ver­ti­cale­ment en 3 grandes par­ties : à gauche des arti­cles édi­to­ri­aux, sorte de tri­bune d’opinion où ne fig­ure pas sys­té­ma­tique­ment d’illustration ; au cen­tre les arti­cles avec une illus­tra­tion. La par­tie droite du site est con­sacrée en une à un « con­tenu de mar­que » (pub­lic­i­taire) puis à des arti­cles du même type que ceux de la par­tie cen­trale.

Les rubriques du site sont divisées en 2 grandes par­ties : les rubriques prin­ci­pales qui regroupent l’ensemble des thèmes d’actualité, du poli­tique au peo­ple en pas­sant par le média, la cul­ture, la poli­tique inter­na­tionale les faits divers ou encore « le bon lien » qui ren­voie à une plate­forme d’éléments pro­pres à faire du buzz : essen­tielle­ment peo­ple et vidéos les plus regardées du net.

Le « clickbait » : une seconde nature pour le Huffington Post

Le « click­bait » : une sec­onde nature pour le Huff­in­g­ton Post

La sec­onde par­tie con­cerne les sous-rubriques avec le sport les élec­tions (en péri­ode élec­torale), les inso­lites, la sex­u­al­ité ou encore « c’est la vie de bureau » qui traite des ques­tions d‘entreprise.

L’appauvrissement du con­tenu au prof­it d’articles peo­ple et racoleurs s’explique par le mode de finance­ment pub­lic­i­taire du Huff­in­g­ton Post : le « click­bait », en français « piège à clics ».

Il s’agit pour le site de pro­pos­er un con­tenu sen­sa­tion­nel avec un titre accrocheur, voir tout sim­ple­ment faux afin d’encourager l’internaute à cli­quer. Le titre est sou­vent accom­pa­g­né d’une pho­to choc ou provo­cante flat­tant ain­si la curiosité du lecteur. Ce mode de fonc­tion­nement per­met le ray­on­nement des arti­cles sur les réseaux soci­aux où les sites doivent accrocher les lecteurs avec très peu de car­ac­tères.

Un soutien sans faille aux Femen

Alain Juppé, la droite admissible, selon les critères du HuffPost.

Alain Jup­pé, ou la droite admis­si­ble, selon les critères du Huff­Post.

Le Huff­in­g­ton Post, même s’il ne le revendique pas, se situe poli­tique­ment dans la mou­vance de la gauche libérale. Il asso­cie une cer­taine bien­veil­lance à l’égard du libéral­isme financier à une vision socié­tale pro­gres­siste de la société, même s’il laisse s’exprimer dans ses édi­to­ri­aux des per­son­nal­ités de droite comme Nico­las Dupont-Aig­nan ou Rachi­da Dati. Rel­a­tive­ment con­ciliant avec le pou­voir social­iste, le Huff­in­g­ton Post ne fait pas de cadeau à la droite par­lemen­taire ou au Front Nation­al et adopte une posi­tion plutôt com­plaisante à l’égard de per­son­nal­ités comme Alain Jup­pé ou Nathalie Kosciusko-Morizet qui incar­nent une droite plus pro­gres­siste. Si Nico­las Sarkozy est une cible priv­ilégiée pour la rédac­tion, Marine Le Pen et son par­ti ne sont pas non plus épargnés et le HP suit de très près les éventuels « déra­pages » des mem­bres du Front Nation­al.

Dans une ligne proche du think tank du Par­ti social­iste Ter­ra Nova, le HP con­sacre une place majeure aux débats de société : euthanasie, avorte­ment, mariage homo­sex­uel ou encore antiracisme. Le HP est égale­ment un excel­lent point de relais pour le grou­pus­cule Femen dont il reprend tous les hap­pen­ings ; il ouvre égale­ment ses portes à des édi­to­ri­aux pour leur leader Inna Chevtchenko.

Le choix des relais nationaux est égale­ment un bon indi­ca­teur de la grille de lec­ture idéologique du site. Ain­si le choix du Monde, média de cen­tre gauche proche du pou­voir social­iste s’est imposé comme une évi­dence en France. En Alle­magne c’est l’hebdomadaire Focus qui est parte­naire du HP, en Ital­ie le puis­sant groupe média Espres­so dont l’hebdomadaire du même nom se revendique, lui aus­si, de cen­tre gauche.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.