Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Djihadistes strasbourgeois : L’incroyable article du Monde
Publié le 

24 mai 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Djihadistes strasbourgeois : L’incroyable article du Monde

Djihadistes strasbourgeois : L’incroyable article du Monde

Ou comment traiter ce phénomène inquiétant sans jamais parler d’islam, en évoquant à peine leur confession et en l’expliquant par un « manque d’avenir », une « identité brouillée » et un certain racisme à l’embauche…

Dès le titre du papi­er, Soren Seelow, jour­nal­iste au Monde, annonce la couleur : « À la Mein­au, sur les traces des jeunes Stras­bour­geois hap­pés par la guerre en Syrie. » Comme l’a relevé Yves Daoudal sur son blog, « on élim­ine les mots “musul­mans” et “jihad”. Exit l’islam, qu’il faut dédouan­er à tout prix. Il ne reste que des “jeunes hap­pés par la guerre”. Mal­gré eux… Le Monde leur dénie leur libre arbi­tre. »

La suite de l’ar­ti­cle n’est que le pro­longe­ment du titre. Pas une seule fois, le mot « islam » n’est employé. À peine celui de « musul­man » est-il évo­qué, rapi­de­ment, au détour d’une phrase. Pour le reste, il ne s’ag­it que de « sept Stras­bour­geois, âgés de 23 à 25 ans, (qui) font par­tie d’un groupe d’une douzaine d’in­di­vidus qui avaient quit­té leur domi­cile famil­ial pour la Syrie en décem­bre, pré­tex­tant des vacances à l’é­tranger ». En effet, à la lec­ture de cette phrase, on les croirait presque par­tis en vacances entre amis…

Quant à Mourad Fares, le recru­teur qui embri­gade ces jeunes musul­mans vers le dji­had en Syrie, il n’est plus, sous la plume du Monde, qu’« un Lyon­nais de 29 ans soupçon­né d’embrigader des Français sur les réseaux soci­aux ». Embri­gadés dans quel cadre ? Mys­tère… À peine le dji­had est-il évo­qué, sous le nom de « guerre sainte », qui per­dra dès la ligne suiv­ante son car­ac­tère religieux lorsque l’au­teur par­lera de « jeunes Français ten­tés par la guerre civile ». Ils ne sont plus musul­mans, juste Français, et par­tent pour une sim­ple « guerre civile » de rou­tine.

Le pire est à venir lorsque Le Monde évoque la cité d’o­rig­ine de ces dji­hadistes. Pour Soren Seelow, « la cité incar­ne aujour­d’hui une expéri­ence rel­a­tive­ment apaisée du vivre-ensem­ble ». Pour­tant, quelques lignes plus bas : « Le taux de chô­mage des jeunes y dépasse tou­jours les 30 %, les halls d’im­meubles sont encore squat­tés par des gamins en déshérence et les cor­beaux qui font fes­tin sur les pelous­es sont là pour rap­pel­er que le sens du bien com­mun s’ar­rête par­fois au bal­con. » Vous avez dit « vivre-ensem­ble » ?

L’ar­ti­cle n’évoque aucun respon­s­able de cette sit­u­a­tion. Une sit­u­a­tion de fait, for­cé­ment forgée par une société hos­tile. D’ailleurs, il s’ag­it bien de cela lorsque la jour­nal­iste en vient à ten­ter d’ex­pli­quer le choix de ces jeunes musul­mans. Ils sont vic­times d’un « manque d’avenir », souf­frent qu’une « iden­tité brouil­lée » et même, motif suprême, d’un cer­tain racisme à l’embauche en France. Comme si les jeunes français non-musul­mans ne souf­fraient pas d’un cru­el manque d’i­den­tité et ne subis­saient pas égale­ment de plein fou­et une vague de chô­mage et de désil­lu­sion sans précé­dent. Pour­tant, ces derniers ne par­tent pas faire le dji­had. Qu’im­porte, ce mot a d’ailleurs été ban­ni du vocab­u­laire.

Dans les com­men­taires de l’ar­ti­cle, ce sen­ti­ment d’avoir été trompé se fait claire­ment ressen­tir chez les lecteurs. « Ils ne sont pas hap­pés par la guerre en Syrie, ils sont hap­pés par des sectes qui les envoient en Syrie, sectes financées par le Qatar et l’Ara­bie Saou­dite soutenues par Fabius et Erdo­gan. Tous les jeunes en déshérence ne par­tent pas en Syrie », résume Olivi­er. « Qui en France en 2014 n’a pas une iden­tité brouil­lée ? », s’in­ter­roge Claude. « Être hap­pé sig­ni­fie être saisi, attrapé brusque­ment et avec vio­lence. Le titre tend donc à faire croire que ces gens n’é­taient pas con­sen­tants, que c’est mal­gré eux qu’ils ont été enrôlés. Je laisse cha­cun juge de ce qu’im­plique le choix de ce mot », souligne Mar­cel. Entre le poli­tique­ment cor­rect et la dés­in­for­ma­tion, la fron­tière est sou­vent mince…

Voir notre infographie du groupe Le Monde

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision