Accueil | Actualités | Médias | Conflit d’intérêt autour du « fonds Google » ?
Pub­lié le 23 mai 2014 | Éti­quettes : , ,

Conflit d’intérêt autour du « fonds Google » ?

Créé pour « dédommager » la presse française qui réclame à Google des droits au titre du référencement, le Fonds pour l'innovation numérique de la presse (FINP) a attribué en 2013 16 millions d'euros à certains titres.

En tête, on retrouve Le Nouvel Obs avec 2 millions d'euros de dotation, le groupe L'Express-Roularta (1 970 000 euros), Le Figaro (1 800 000 euros) et Le Monde (1 800 000). Les quotidiens régionaux Ouest-France et La Voix du Nord ont tout deux obtenu 1,4 millions d'euros et 840 000 euros.

Viennent ensuite La Croix (835 000 euros), Slate (758 000 euros), Sud Ouest (700 000 euros), Libération (649 000 euros), Le Télégramme (640 000 euros) et Les Échos (588 000 euros). Cet argent est destiné à financer des projets innovants comme le vidéo, le data-journalisme ou encore les adaptations mobiles.

Ludovic Blecher, directeur de ce fonds appelé aussi « fonds Google », s'est « félicité de la diversité des éditeurs retenus, venant de toutes les familles de la presse ». Pourtant, à bien regarder qui en compose la direction, des questions de conflit d'intérêt ne se posent-elles pas ?

Par exemple, le titre le mieux doté est le Nouvel Observateur avec 2 millions d'euros attribués. Or qui retrouve-t-on à la présidence du FINP ? Nathalie Collin, présidente du groupe Le Nouvel Observateur du Monde ! Et ceci est sans parler des « représentants de la presse » membres du conseil d'administration comme Marc Feuillée, directeur général du Figaro, Francis Morel (groupe Les Échos), ou encore Bruno Lesouëf, directeur des affaires publiques pour la presse de Lagardère Active...

Crédit photo : Images of Money via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This