Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Chronique médiatique d’un confinement annoncé

27 janvier 2021

Temps de lecture : 5 minutes

Accueil | Veille médias | Chronique médiatique d’un confinement annoncé

Chronique médiatique d’un confinement annoncé

Accueil | Veille médias | Chronique médiatique d’un confinement annoncé

Chronique médiatique d’un confinement annoncé

27 janvier 2021

Depuis quelques semaines, la rumeur enfle : un nouveau confinement serait prochainement imposé aux Français. Dans la stratégie du gouvernement pour préparer le terrain à cette décision radicale, les médias de grand chemin sont de précieux alliés.

La nécessaire fabrication du consentement

Pour un gou­verne­ment, décider de « con­fin­er » la pop­u­la­tion est une déci­sion dif­fi­cile à pren­dre. L’activité économique et sociale de la société est lour­de­ment affec­tée par un con­fine­ment de la pop­u­la­tion et les con­séquences immé­di­ates et dif­férées sont nom­breuses. Le principe même du con­fine­ment ne fait pas l’unanimité. Cer­tains pays ne l’on pas appliqué alors que d’autres ont pra­tiqué un con­fine­ment lais­sant une assez grande autonomie aux citoyens. Tel n’a pas été le choix du gou­verne­ment français en mars et novem­bre 2020 qui a assigné par­tielle­ment à rési­dence les 66 mil­lions de Français, hormis pour les activ­ité essentielles.

Mais alors que les enjeux de tous ordres sont très impor­tants, le con­fine­ment que le gou­verne­ment pour­rait impos­er pour la troisième fois en un an fait peu débat en France. Il est vrai que les médias de grand chemin sont de pré­cieux alliés dans la stratégie « san­i­taire » du gou­verne­ment. Illustration.

Les préliminaires

Les chaines d’information en con­tinu don­nent fréquem­ment la parole à des pro­fes­sion­nels de san­té. Par­mi ceux qui s’expriment au micro des jour­nal­istes ou lors des débats télévisés, nom­breux sont ceux qui mili­tent pour que le gou­verne­ment organ­ise un nou­veau con­fine­ment en ce début d’année 2021.

Pour ne citer qu’un des médias bien placés par­mi ceux-ci, BFMTV est en pole position.

Dès le 26 décem­bre, la chaine d’information en con­tin­ue relaie l’information selon laque­lle « un médecin réan­i­ma­teur appelle à un recon­fine­ment strict dès le 26 décem­bre ». Le médecin réan­i­ma­teur, c’est le pro­fesseur Djil­lali Annane, qui se répand sur les plateaux de télévi­sion pour exprimer ses con­vic­tions en faveur du confinement.

Le 11 jan­vi­er, BFMTV men­tionne « une tri­bune (dans laque­lle) des médecins esti­ment qu’un recon­fine­ment mi-jan­vi­er est “à craindre” ».

On sem­ble pris dans un enton­noir qui nous con­duit vers une unique issue. Le 13 jan­vi­er, il ne s’agit plus que de répon­dre pos­i­tive­ment à l’angoissante ques­tion : « Pour­rons-nous échap­per au troisième con­fine­ment ? ».

Le 22 jan­vi­er, la chaine enfonce le clou. Quand elle pose la ques­tion de savoir si « un 3e con­fine­ment est inévitable. Ce qu’en pensent les médecins », on con­nait déjà la réponse, déjà con­tenue dans la ques­tion et compte tenu du pan­el de pro­fes­sion­nels de san­té retenu.

Pour résumer la sit­u­a­tion, Anonyme citoyen pub­lie sur Twit­ter quelques arti­cles de médias qui illus­trent son propos :

Les petites phrases

Dans leur stratégie de com­mu­ni­ca­tion, les mem­bres du gou­verne­ment pré­par­ent égale­ment le ter­rain en lâchant des « petites phras­es » auprès des jour­nal­istes. Il s’agit d’accoutumer l’opinion publique à une déci­sion dif­fi­cile à accepter.

Le min­istre de la san­té n’en est pas avare. Le 22 jan­vi­er, au jour­nal de TF1, il indique ne pas exclure un recon­fine­ment, nous apprend Med­scape, un site de for­ma­tion médi­cale con­tin­ue. Une infor­ma­tion qu’il avait lais­sé fuiter dès le 27 décem­bres selon Cap­i­tal.

Le pre­mier min­istre n’est pas en reste : « Jean Cas­tex n’é­carte pas l’hy­pothèse d’un troisième con­fine­ment », nous apprend Le Point le 12 jan­vi­er. On pour­rait mul­ti­pli­er les exemples.

Les opposants au confinement tournés en dérision

Mais la stratégie ne serait pas com­plète si elle lais­sait prise à des argu­ments opposés au con­fine­ment. Par con­formisme ou par con­vic­tion, cer­tains médias de grand chemin rivalisent d’énergie pour tourn­er en déri­sion les opposants au confinement.

Flo­ri­an Philip­pot, l’ancien numéro 2 des Rassem­ble­ment nation­al par­ti aux Patri­otes, est très en pointe dans l’opposition au con­fine­ment. Il organ­ise des man­i­fes­ta­tion à Paris et en province tous les same­di con­tre la « coro­n­afolie ». Il est assez fréquem­ment invité sur le plateau de C New. Pour qual­i­fi­er un échange houleux avec la porte-parole de LREM, GQ Mag­a­zine estime le 20 décem­bre que Flo­ri­an Philip­pot se serait fait « atom­iser ». Les argu­ments auraient donc la même valeur défini­tive que l’arme atom­ique. Sin­gulière présen­ta­tion du débat d’idées proche de l’anéantissement.

Le jour­nal de Bernard Arnault, le très Macron-com­pat­i­ble Le Parisien rivalise d’ingéniosité dans cet exer­ci­ce. Le 23 jan­vi­er, c’est dès la ques­tion posée en titre d’un arti­cle que le sort de cer­tains opposants au COVID ‑19 est réglé : « Com­ment les sou­verain­istes prof­i­tent du Covid pour se faire enten­dre ».

On aura com­pris que les poli­tiques qui cri­tiquent la stratégie du gou­verne­ment le font par cal­cul élec­toral. S’ils sont sincères, ce sont des hulu­ber­lus. La preuve ? François Asse­lin­eau pré­conise du miel pour traiter le Covid, apprend-on en con­clu­sion de l’article. Un résumé un peu (car­ré­ment) lap­idaire pour qui se donne la peine de regarder les nom­breuses vidéos que l’homme poli­tique a con­sacré au sujet sur sa chaine YouTube, avec par­fois une audi­ence considérable.

La révolte populaire passée sous silence

Un autre aspect de l’omerta médi­a­tique est le black-out qua­si-total sur la révolte et l’opposition pop­u­laire à un nou­veau con­fine­ment et aux restric­tions d’activité.

Avez-vous enten­du par­ler du refus de l’ancien prési­dent de Sud radio, Didi­er Mais­to de se pli­er à un nou­veau con­fine­ment, une posi­tion qu’il a présen­tée au micro de Jean-Marc Moran­di­ni, mais qui a été fort peu relayée ?

Avez-vous enten­du par­ler des actions juridiques con­tre les restric­tions de lib­erté ini­tiées par le leader de Via, Jean-Frédéric Pois­son ? Ou par le cer­cle des juristes Droit et lib­erté ?

Avez-vous enten­du par­ler du Hash­tag #JeN­e­MeRe­con­fin­eraiPas, pour­tant très pop­u­laire sur Twit­ter le dimanche 24 janvier ?

Avez-vous enten­du par­ler dans les médias de grand chemin et à une heure de grande écoute du mou­ve­ment de restau­ra­teurs, qui annon­cent ouvrir leur restau­rent le 1er février ?

Avez-vous enten­du par­ler des théâtres qui annon­cent ouvrir leurs salles pen­dant 1 heure le 30 jan­vi­er, pour pro­test­er con­tre leur  fermeture ?

Avez-vous enten­du par­ler, hormis sur les médias alter­nat­ifs, comme TV Lib­ertés, Le média pour tous ou Place gre’net, des man­i­fes­ta­tions con­tre le con­fine­ment et les restric­tions de lib­erté ? Peut-être un peu, peut-être pas du tout au vu du peu de reten­tisse­ment qu’ont eu ces initiatives.

Des questions sans réponses

Les mesures imposées par le gou­verne­ment seraient sans doute plus accep­tées si les médias menaient un véri­ta­ble tra­vail d’investigation sur les dif­férents aspects de la stratégie san­i­taire pour lut­ter con­tre le coronavirus.

Les urgences sur le point de sat­ur­er ? Quel média a fait un point pré­cis sur le nom­bre de lits sup­primés depuis le début de la pandémie mal­gré les engage­ments de min­istre de la san­té d’y sur­soir ? Le Canard enchainé a fait une ébauche de ce tra­vail. On aimerait le voir complétée.

Quid de la stratégie san­i­taire menée dans cer­tains pays asi­a­tiques (le Japon, etc.) qui a per­mis d’avoir un nom­bre réduit de décès dus au coronavirus ?

Quel média fera enfin une présen­ta­tion détail­lée des autres modes de con­fine­ment dans le monde, qui ris­querait de met­tre en avant son car­ac­tère pro­fondé­ment lib­er­ti­cide en France ?

Etc.

Dans cette surabon­dance d’informations et dans ce manque cru­el d’informations per­ti­nentes, sig­nalons la louable ini­tia­tive de Nice-Matin qui a pub­lié le 16 jan­vi­er une analyse sur la sures­ti­ma­tion par San­té publique France du nom­bre de malades du COVID, par rap­port aux don­nées des hôpi­taux publics du départe­ment des Alpes mar­itimes. N’oublions pas que le nom­bre de patients aux urgences est le seul indi­ca­teur qui sert à met­tre la société à l’arrêt. On croit rêver.

Un véri­ta­ble tra­vail d’investigation qui peut sus­citer le débat pub­lic. Un débat qui sem­ble jusqu’à main­tenant con­fisqué en dépit de la surabon­dance de joutes ver­bales sur les plateaux de télévision…

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés