Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Censure, pluralisme, liberté de l’information, en Suisse aussi

4 septembre 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Censure, pluralisme, liberté de l’information, en Suisse aussi

Censure, pluralisme, liberté de l’information, en Suisse aussi

Vu de France, la Suisse paraît presque un modèle : stabilité politique, richesse économique, propreté, sécurité, modèle référendaire. Mais tout est si rose dans la Confédération ? A titre d’exemple, le quotidien francophone Le Temps ne fait plus de journalisme depuis belle lurette, il rééduque ses lecteurs comme nous l’analysions dans un article de juin 2018. Il nous a semblé intéressant de livrer au lecteur français le point de vue du philosophe Eric Werner, paru chez notre confrère Antipresse n° 30 du 5 août 2018. Les sous-titres sont de notre rédaction.

Difficultés de la presse et vérités d’État

Les dif­fi­cultés de la presse sont graves. Peut-être même sont-elles insur­monta­bles. Mais cela ne devrait pas nous con­duire à tout accepter, y com­pris la mise sous tutelle éta­tique de l’information, avec à la clé l’imposition de vérités d’État.

Je n’étais pas un lecteur du Matin. Je ne lis, à vrai dire, pas (ou plus) beau­coup les jour­naux. Ne fréquente égale­ment que très peu les sites d’information sur Inter­net. J’ai longtemps été un fidèle lecteur du Monde, mais à un moment j’ai pen­sé que je ne per­dais rien en arrê­tant de le lire. Et je me suis vite ren­du compte que j’avais rai­son. Ce jour­nal est très ori­en­té idéologique­ment, et lorsqu’il en vient, comme c’est le cas aujourd’hui, à faire la leçon aux autres sur ce qu’est ou non la vérité, je me dis volon­tiers qu’il est par­ti­c­ulière­ment mal placé pour le faire. De temps à autre, il m’arrive d’acheter le Figaro ou Libéra­tion, mais je m’en veux quelque part de cette faib­lesse, car, me sem­ble-t-il, le temps que je passe à lire ces deux jour­naux pour­rait être util­isé plus intel­ligem­ment: à lire des ouvrages spé­cial­isés par exem­ple. C’est ain­si aujourd’hui qu’on s’informe. Je mets peut-être un bémol sur les chroniques spé­cial­isées: livres, san­té, cui­sine, voy­ages, etc. Elles sont sou­vent intéres­santes. Il y a par­fois aus­si de bonnes choses dans les pages «Opin­ions». Mais l’information est une chose, les opin­ions une autre.

Je n’étais donc pas un lecteur du Matin, mais j’avais de l’amitié pour ce jour­nal. Voici pourquoi.

Absence de pluralisme de la presse suisse romande ?

On reproche volon­tiers aux jour­naux suiss­es de dire tous plus ou moins la même chose. J’ai moi-même, en plus d’une occa­sion, été amené à dévelop­per cette cri­tique. En gros elle est fondée. L’absence de plu­ral­isme est cer­taine­ment une des raisons et non des moin­dres du naufrage actuel de la presse écrite en Suisse romande. Cela étant, s’il me faut ici par­ler de moi-même, je dois recon­naître que la presse romande s’est plutôt mon­trée bien­veil­lante à mon endroit. L’épisode auquel je fais référence remonte à une trentaine d’années. J’enseignais à l’époque la philoso­phie à l’Université de Genève. Les uni­ver­sités sont en principe des endroits calmes. Calmes, certes, mais pour autant qu’on sache se tenir soi-même calme et tran­quille. C’est le cas d’à peu près tout le monde, mais il me sem­ble que ce n’était pas exacte­ment le mien. Je con­nus donc à cette époque quelques dif­fi­cultés. Par­ler de pogrom serait évidem­ment trop dire. Mais je sen­tis pass­er le vent du boulet.

Une journaliste honnête

C’est le Jour­nal de Genève/Gazette de Lau­sanne qui m’avait en ligne de mire. Pour savoir ce qu’était à l’époque le Jour­nal de Genève/Gazette de Lau­sanne il suf­fit de feuil­leter aujourd’hui les pages du Temps. Inutile d’en dire davan­tage. A quoi, comme en écho, s’ajoutaient les dires et déc­la­ra­tions de cer­tains de mes col­lègues. C’était très nou­veau pour moi. Je n’avais jamais encore vécu ce genre de choses. Les spé­cial­istes soupe­saient mes chances de survie pro­fes­sion­nelle. Car, très claire­ment, le pronos­tic vital était engagé. Sauf que je reçus un jour la vis­ite d’une jour­nal­iste du Matin. Elle voulait tout sim­ple­ment me pos­er des ques­tions, avoir ma pro­pre ver­sion des faits. C’est ce qui fit, je pense, en par­tie au moins, que je survé­cus. Je dis en par­tie, car d’autres per­son­nes me vin­rent en aide. Mais la dou­ble page que me con­sacra un beau matin, c’est le cas de le dire, Le Matin joua cer­taine­ment un rôle dans ce retourne­ment de sit­u­a­tion. Per­son­ne, vrai­ment, ne s’y attendait.

Aujourd’hui encore je revois la tête de mes col­lègues. Ils furent tous très dignes, firent bon vis­age à mau­vaise for­tune.

J’ai donc à l’égard du Matin et de sa jour­nal­iste une dette per­son­nelle de recon­nais­sance. Comme quoi, le plu­ral­isme, en Suisse romande, n’est pas com­plète­ment un vain mot. L’épisode que je viens d’évoquer remonte, il est vrai, à plus de trente ans en arrière. L’histoire est ce que jamais on ne revoit deux fois. Qu’est ce qui se passerait aujourd’hui dans un cas de fig­ure sim­i­laire? Il est très dif­fi­cile de le dire. Qu’est-ce qui relève du hasard? De la néces­sité? Aujourd’hui encore, j’ignore si la jour­nal­iste du_ Matin_ qui, il y a trente ans, est venue un jour son­ner à ma porte le fit de sa pro­pre ini­tia­tive à elle ou à l’initiative de son rédac­teur en chef. Ce que je pense, en revanche, c’est qu’aucun sys­tème n’est jamais inté­grale­ment ver­rouil­lé. Inté­grale­ment, non. Il y a tou­jours des failles dans le sys­tème. Je veux ici par­ler des per­son­nes con­crètes et vivantes. Ce sont elles les failles dans le sys­tème. En l’occurrence cette jour­nal­iste.

Tout le monde a bien con­science que les médias suiss­es romands (presse écrite, radio et télévi­sion) sont aujourd’hui soumis, comme du reste partout (ou presque), à une cen­sure qui ne dit pas son nom. Il y a ce qu’on a le droit de dire et le reste. Cha­cun sait égale­ment ce qu’il risque s’il enfreint cer­tains inter­dits. Inter­dits, il faut le dire, qui ne por­tent pas seule­ment atteinte au droit à la lib­erté d’expression (pour­tant garan­ti par l’article 10 de la Con­ven­tion européenne des droits de l’homme), mais plus fon­da­men­tale­ment encore au droit à une infor­ma­tion vraie. C’est presque plus impor­tant encore. La presse et les médias offi­ciels ne cessent en per­ma­nence de vitupér­er les fab­ri­cants de fake news, per­son­nages, à les en croire, sévis­sant en per­ma­nence sur Inter­net, mais peut-être feraient-ils bien, en la matière, de bal­ay­er d’abord devant leur pro­pre porte. Car ils auraient beau­coup à faire.

Qui paie commande

Nul ne sait vers quoi on se dirige aujourd’hui en matière d’information. Assuré­ment pas vers moins de cen­sure. Dans un arti­cle récem­ment paru dans la revue Kri­sis, on pou­vait lire ce qui suit:

«Au-delà de la diver­sité des lignes édi­to­ri­ales de la presse, la plu­part des grands médias sont, du moins en France, large­ment sub­ven­tion­nés par l’État, et détenus par de grands action­naires rom­pus aux affaires. Loin de con­stituer un con­tre-pou­voir, la par­tic­i­pa­tion de l’État dans les grands médias con­tribue à per­pétuer un dis­cours général dont on peut devin­er en creux les opin­ions qu’il s’agit de con­tenir ou d’éviter: mesures pro­tec­tion­nistes, points de vue euroscep­tiques, analy­ses détail­lées des ten­ants et aboutis­sants des grandes direc­tives de la poli­tique européenne, etc.» [1]

A l’heure où il se mur­mure à Genève et à Lau­sanne que la solu­tion aux dif­fi­cultés que tra­verse à l’heure actuelle la presse romande est toute trou­vée: il suf­fi­rait de recourir aux finances publiques, elles sont là pour ça, on ferait bien de méditer de telles remar­ques. Si l’on admet que l’absence de plu­ral­isme n’entre pas pour peu dans le proces­sus ayant con­duit récem­ment, en Suisse romande, à la liq­ui­da­tion de plusieurs titres, en atten­dant celle d’autres (prévue ou à venir), le recours à l’État pour aider la presse écrite à sur­mon­ter ses dif­fi­cultés finan­cières relève de la fuite en avant. Qui paie com­mande. Com­ment imag­in­er un seul instant qu’une telle aide serait accordée sans con­trepar­tie? Les dif­fi­cultés en ques­tion sont graves. Peut-être même sont-elles insur­monta­bles. Mais cela ne devrait pas nous con­duire à tout accepter, y com­pris la mise sous tutelle éta­tique de l’information, avec à la clé l’imposition de vérités d’État.

Eric Wern­er

Notes

  • Syl­vain Fuchs, «Les mirages de la finance : une utopie con­tem­po­raine», Kri­sis, juin 2018, p. 28.
  • Arti­cle de Eric Wern­er paru dans la rubrique « Enfu­mages » du Drone de l’Antipresse n° 30 du 05/08/2018.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision